Nagore Martinez Merino Jarduera Fisiko eta Kirolaren Zientzietako ikertzailea

“Je pense que la recherche devrait être un outil de transformation”

2020/09/04 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. Nagore Martínez Merino

De nombreuses recherches ont été menées pour connaître l'impact du sport tant du point de vue sanitaire que social. Cependant, il y a des arêtes inexplorées, et Nagore Martínez Merino se fixe sur l'une d'elles dans sa thèse de doctorat : les proies.

Martin explique qu'il a étudié les sciences de l'activité physique et du sport et a toujours considéré que le sport a une valeur sociale et qu'il peut être un outil de transformation. « Convaincus de cela, nous avons décidé de réaliser une intervention sportive dans un centre pour mineurs, parce que nous croyions que le sport pouvait être bénéfique pour leurs relations, coutumes… Après cette première expérience, j’ai trouvé que le sport ou l’activité physique avait une influence différente sur la situation de liberté et celle de privation de liberté. Pour approfondir cela, j’ai décidé de réaliser la thèse en prison et avec les femmes, sur lesquelles il y a très peu d’enquêtes.»

Ce n'était pas facile. L'objectif de Martinez était d'enquêter à l'intérieur de la prison, mais il n'a pas obtenu l'autorisation. Il a ainsi réalisé une revue systématique de la littérature et interrogé des femmes prisonnières qui pouvaient sortir dans la rue, comme celles qui étaient au troisième degré ou celles qui venaient de purger la peine.

Cependant, il n'a pas reculé pour son intérêt pour la réalisation de cette recherche, surtout du point de vue du genre: « Le sport et la prison, tous deux très androcentriques, avaient envie de s’y confronter », a déclaré Martínez.

Dans ses recherches, il a montré que les pratiquants du sport avaient des avantages psychologiques, sociaux et physiques. « Nous avons détecté deux autres variables qui nous ont semblé intéressantes pour avancer », a-t-il souligné : « L’un est celui qui sert à la transformation : pour mieux porter la condamnation, pour laisser les drogues, pour avoir une prise en main en sortant de la prison… L’autre, comme outil pour la microrésistance. Comme ils savent que le soin pénitentiaire valorise positivement la pratique sportive, ils l’utilisent pour obtenir des bénéfices».

Bien qu'il ait été affirmé que la pratique sportive ou la pratique de l'exercice est bénéfique, dans les centres pénitentiaires on ne facilite rien aux femmes pour qu'elles pratiquent le sport, mais à l'inverse. « En tout cas, je ne veux pas que l’influence du sport soit brisée », a averti Martinez. « La prison est une prison et le sport n’est pas une panacée ».

Chercheur Attendu

Après la présentation de sa thèse, il avait prévu de faire un postdoctoral pour approfondir cette voie avec des femmes consommatrices de drogues. Cependant, à l'UPV, on lui a ouvert la possibilité de se substituer et il a été professeur à la Faculté d'Éducation de Bilbao. Maintenant, la recherche a été reprise et est très actif. Cependant, il reconnaît que quand il a commencé ses études, il ne s'attendait pas du tout à être chercheur.

« Je me souviens qu’au deuxième degré nous avions la matière de recherche, mais je ne l’ai pas écouté. Plus tard, cependant, lors de la maîtrise, je n'avais pas envie de réaliser la formation des enseignants, et j'ai décidé d'effectuer la recherche en sciences de l'activité physique et du sport, mais pas parce que je pensais que ce serait mon chemin, mais simplement parce que j'étais compatible avec mon travail. J'ai rencontré deux professeurs, Oidui Usabiaga de l'UPV-EHU et Daniel Martos de l'Université de Valence, à travers lesquels j'ai commencé à travailler avec des femmes prisonnières dans le travail de fin de master. C'était un travail très simple, mais très intéressant, qui m'a suscité curiosité et envie de continuer à enquêter.

D'autre part, il a souligné que pour lui, il est essentiel d'avoir le soutien et le soutien de l'équipe de recherche, sinon il devient très dur. Heureusement, il a une bonne ambiance et, par son intérêt pour le sujet, il a une ferme intention de suivre. Toujours dans le but que la recherche soit un outil de transformation.

 

Nagore Martínez Merino

Il est né à Zarautz en 1990. Diplômé en Sciences de l'Activité Physique et du Sport, Master en Recherche et Doctorat de l'Université du Pays Basque. Il est actuellement professeur adjoint de la Faculté d'éducation de Bilbao et membre du Groupe de recherche sociale, sportive et physique (GIKAFIT).