Antiquités : le charme du passé

1995/08/01 Arrojeria, Eustakio - Elhuyar Zientziaren Komunikazioa | Kaltzada, Pili - Elhuyar Zientziaren Komunikazioa Iturria: Elhuyar aldizkaria

Sur la place Usurbil, dans les locaux d'Udarregi Zaharra, nous rencontrons Fermin Leizaola, coordinatrice du Département d'ethnographie de la Société des Sciences Aranzadi. Nous visitons l'exposition "Antiquités" organisée par la Mairie d'Usurbil, la Diputación Foral de Gipuzkoa y Aranzadi. Discutons avec Fermin pour connaître l'exposition et le travail qui se cache derrière. Le but de ces lignes est de vous transmettre la curiosité qui nous a suscité la conversation.
Photos EKAITZ

Elhuyar: L’exposition “Antiquités” a son origine dans un projet présenté au Département de Culture de la Députation Forale de Gipuzkoa. En quoi consiste ce projet ?

F. Leizaola: La Section ethnographique d'Aranzadi étudie depuis des années le patrimoine historique des Guipuzcoans. Il nous semblait nécessaire de donner de la cohésion et de faire connaître à la société ce travail. Ce qui est présenté à la Députation est une tentative d'arrondir les résultats de ces enquêtes. Du point de vue ethnographique, les pièces empilées dans des maisons ou des fermes ont une grande valeur historique. Malheureusement, la perception de la citoyenneté n'est pas la même et est considérée comme des objets à jeter. Nous oublions que le nôtre est un peuple qui vit uni à cet héritage et que toutes ces petites pièces que nous avons rassemblées donnent un sens à notre vie.

D'autre part, le patrimoine est considéré comme composé de constructions ou de pièces de haute valeur économique. Au contraire, nous ne donnons aucune importance à ces petites choses qui se trouvent entre la poussière. Cependant, ces petites choses nous fournissent une grande information parce qu'elles constituent notre patrimoine meuble. En prendre conscience et devenir fiers de notre histoire sont les objectifs principaux du projet « Antiquités ».

Elhuyar: Vous avez déjà réalisé cette expérience dans plusieurs municipalités de Gipuzkoa. Quelles mesures faut-il prendre pour que nous puissions voir ces objets ?

Selon Fermin Leizaola, ce projet a deux objectifs principaux. D'une part, sensibiliser les habitants de leur patrimoine et, d'autre part, faire partie du patrimoine historique de Gipuzkoa.
Photos EKAITZ

F. Leizaola: Nous avons recours aux municipalités qui ont manifesté leur intérêt pour le projet et nous avons essayé d'impliquer dans le projet des collectifs de grand poids spécifique de la municipalité. Les représentants de la Mairie et les membres d'Aranzadi sont également réunis par les jeunes des écoles du village. En fait, on a voulu que les jeunes soient des acteurs dans ce projet de récupération. Avant de commencer le travail pratique, nous réalisons deux jours d'exposition pour fixer les critères. Une fois cela fait commence le travail externe.

Une fois regroupés, les élèves se dirigent vers les fermes du village. Selon les critères donnés ci-dessus, ils élaborent une liste d'objets d'intérêt qu'ils ont trouvés dans la ferme. Du point de vue ethnographique, bien que ces données ne soient pas très précises, elles servent à une première approche. Cela signifie que le travail avec les élèves est un travail pédagogique et non scientifique. Cette expérience leur permet de connaître la réalité qui existe et n'est pas la propre du peuple.

Cette première phase du travail dure 2 mois. Sur la base des données recueillies par les élèves, les membres de la Société d'Aranzadi nous dirigeons vers ces fermes pour voir et énumérer des objets d'intérêt ethnographique. Ci-dessous sont les plus importants pour votre exposition publique. Même si cela semble simple, cette dernière étape est un excellent travail. D'une part, nous devons surmonter la méfiance que les propriétaires de ces objets peuvent avoir avec nous et, d'autre part, nous devons avertir de leur importance. C'est plus difficile que ce que les gens pensaient.

Elhuyar: Il est indéniable que ces pièces exposées dans l'exposition ont une valeur sentimentale pour la citoyenneté. Mais scientifiquement, pourquoi le Département d'ethnographie d'Aranzadi utilisera-t-il ces données ?

Avec Fermin Leizaola en tête, Iosu Tellabide, Juan Antonio Lejarza et Iñaki Agirre de la Société d’Aranzadi travaillent sur le projet “Zaharrinak”. Dans tous les cas, ils considèrent comme fondamental la collaboration prêtée par la citoyenneté.
Photos EKAITZ

F. Leizaola: Ce projet a deux objectifs principaux. Sensibiliser les voisins sur le patrimoine qu'ils ont dans la municipalité et compléter le patrimoine historique de Gipuzkoa. Quant au premier objectif, les expositions locales nous offrent cette possibilité d'intégration. Quant au second, le catalogue du patrimoine meuble est en cours d'élaboration. Nous classons et fichamos près de 50% des pièces recueillies dans les villages. Le critère principal que nous utilisons pour cela est d'être le reflet de notre patrimoine. Cela signifie que nous avons priorisé l'analyse de la situation de notre patrimoine. Nous avons voulu revendiquer que même si pour beaucoup de personnes elles sont nulles, comme partie importante de notre histoire, il faut les garder et les respecter.

Elhuyar: Comment évalueriez-vous le travail accompli jusqu'à présent?

F. Leizaola: Il a été très enrichissant. À Aranzadi, nous avons passé de nombreuses années dans des tâches similaires, mais ce projet nous a permis de réaliser une radiographie plus précise. Jusqu'à présent nous avons été à Andoain, Zerain, Asteasu, Azpeitia, Zaldibia, Deba, Errezil et Usurbil, et nous aimerions aller dans d'autres municipalités pour compléter notre travail. En tout cas, ce qui a été réalisé jusqu'à présent serait impossible sans l'aide de ceux qui nous ont accueillis dans ces villages. La Société Aranzadi fait un grand effort pour mieux faire connaître notre patrimoine. Qu’elle serve à aider à retrouver la dignité de notre passé.

Fermin Leizaola s'est plaint de l'indifférence que la société a démontré aujourd'hui sur le patrimoine historique. « Les pièces empilées dans des maisons ou des maisons ont une grande valeur ethnographique. Malheureusement, les citoyens n'ont pas la même perception et souvent ils écartent ces objets. Nous oublions que le nôtre est un peuple qui vit uni à cet héritage et que toutes ces petites pièces que nous avons rassemblées donnent un sens à notre vie ».

Fermin a souligné que ces petites choses qui composent le patrimoine meuble ont la même valeur historique que les grandes constructions: « Nous ne donnons pas d’importance à ces petites choses qui sont dans la poussière. Cependant, ces petites choses nous fournissent une grande information parce qu'elles constituent notre patrimoine meuble. En prendre conscience et devenir fiers de notre histoire sont les objectifs principaux du projet « Antiquités ».

Voici une brève explication des photographies.

Sur les photos première et deuxième, vous pouvez voir les outils de la ferme. Leizaola nous a indiqué que ce type de matériaux nécessite une grande préparation préalable, car, entre autres choses, les pièces doivent être nettoyées, traitées et exposées. Dans tous les cas, le projet “Zaharrinak” est une exposition simple, de sorte qu'il ne donne pas le traitement détaillé des pièces pour le placement dans les musées.

Sur la troisième image, vous pouvez voir les récifs. Selon la coordinatrice de la Société des Sciences Aranzadi, on a pu recueillir toutes sortes d'éléments. Fermin nous a également dit que les jougs d'Euskal Herria ont des caractéristiques propres.

Dans la chambre, vous pouvez voir les outils ménagers: machines à coudre, fers lisses, etc. Ces pièces sont particulièrement attrayantes pour le visiteur. Ils expliquent comment était la vie antique et bien qu'ils aient un lien direct avec les ustensiles ménagers que nous utilisons aujourd'hui, l'évolution de ces années est évidente.

Dans le cinquième, Fermin montre le soufflet de fumée et la ruche utilisée par les apiculteurs.

La sixième photo montre les outils des angles. Afin d’accueillir les particularités locales, le projet «Zaharrinak» d’Usurbil a montré les outils et outils utilisés pour la capture d’angles.

Sur la septième photo vous pouvez voir les outils de la menuiserie. Les petites et grandes pièces ont été placées à la fois dans l'exposition d'Usurbil.

Sur la huitième photo vous pouvez voir le vieux kaiku. En dehors du Pays Basque, on n'utilise pas de kaikus, ce qui donne une valeur intrinsèque au kaiku utilisé dans nos fermes pour la descente des vaches et des moutons.

La neuvième photo nous montre les photos, images et documents anciens cédés par les Baserritarras du village. Curieusement, ces pièces ont une grande valeur pour analyser l'évolution de la société.