Pottoka: Mince, libre, antique

1986/08/01 Aizpuru, Maria Luisa - Elhuyar Fundazioa | Yaniz Aramendia, Santiago Iturria: Elhuyar aldizkaria

Pottoka est la race des petits chevaux qui vivent libres dans les montagnes d'Euskal Herria. Le pottoka a joué un rôle particulier dans les coutumes et mythes d'Euskal Herria. Cependant, il est de plus en plus difficile de voir les pottokas en pâturage libre dans les monts d'Euskal Herria, car la race originale est menacée d'extinction. Tout cela, avec la personnalité propre de la même race et l'antiquité de celle-ci, donne une particularité au pottoka.

Un peu d'histoire

Le mot pottoka, qui sert à désigner tout animal en basque, a commencé à être utilisé pour désigner les petits chevaux et a finalement été lié à cette race spéciale.

Dessins et images d'Euskal Herria (Ekain, Etxeberri, Santimamiñe...) Son thème principal est la tête de cheval, la proie préférée des chasseurs de l'époque magdale. Dans plusieurs des dessins réalisés dans l'os apparaît aussi le pottoka. Ces données nous font penser que la pottoka a vécu dans les monts d'Euskal Herria depuis le Paléolithique. Par conséquent, ils seraient témoins de ces chevaux préhistoriques.

L'origine de la pottoka, selon certains, se trouve dans la période Solutre (Pléistocène). D'autres, cependant, disent que c'est un poney apporté de l'Europe dans l'âge du bronze ou une race autochtone qui a perduré à ce jour.

Quelle que soit son origine, et avec une évolution inconnue, mais en utilisant des biotopes spéciaux qui l'ont aidé à durer, cette race de caractères zootechniques spéciaux est venu jusqu'à nos jours. En ce moment, cependant, il souffre d'un phénomène important d'hybridation, presque jusqu'à la perte de pureté raciale.

Race similaire à celle de Pottoka, connu comme "asturiens". Ce sont de petits chevaux qui vivent libres et qui ont subi des hybridations et des confusions. Cette race a besoin de mesures de protection pour rester.

Dans le sud de la France, il y avait aussi d'autres races de poneys : la race barthaise (disparue à la fin de la guerre) et la landetarra (disparue comme race pure en 1946).

Population et distribution

Compte tenu de l'étendue de l'habitat habituel de la pottoka, l'une des caractéristiques de la population est son abondance. À Iparralde, il avait recensé 3500 chevaux de race pure en 1970. En Hego Euskal Herria, 2000. Ces derniers, cependant, ont subi une plus grande hybridation.

Auparavant, le montant était plus élevé. Cependant, la commercialisation, la diminution de la zone géographique utilisée habituellement par les chevaux et la plus grande occupation des terres dans les basses montagnes provoquent une baisse de la population de pottokas. Il faut dire, cependant, que la race gagne en qualité grâce aux mesures de protection prises.

La majeure partie de Pottoka vit dans les provinces de Lapurdi, de Basse-Navarre et de Basse-Navarre, dans cette zone sophique située le long de la frontière. Les limites de ce territoire sont, à l'ouest, la mer Atlantique, au nord, San Juan de Luz, Ezpeleta, Hazparne, Iholdi et Donibane Garazi, et au sud, Bera, Etxalar et Elizondo de Navarre.

Dans les monts de Biscaye, Gipuzkoa et Araba, on trouve aussi des variétés très hybrides de pottoka.

Cheval sauvage

Pottoka est vivant et rapide, élégant. C'est un pas clair et avec un fort caractère. Il est très doux, mais en même temps craintif. La vie libre dans la nature rend l'instinct défensif et durable très développé dans les pottokas.

C'est un cheval sauvage de type poney, d'une hauteur comprise entre 1,15 et 1,47 m. Poids entre 300 et 350 kg. La tête est un symbole de sa vitalité et de sa solidité, aux proportions classiques et pratiquement identique au type de cheval de Solutre : robuste, à profil droit, légèrement concave à vue et aux oreilles courtes et dressées. Il a de grands yeux gris bleuâtre, qui révèlent la vitalité, apparaissant sur le tranchant des poils qui viennent en bas du front. Col court, avec des poils longs et nombreux. Poitrine ouverte, dos large et long, scie légèrement tombée et queue longue et poilue. Ses pattes sont courtes et robustes avec de petits casques durs.

La robe est l'une des caractéristiques les plus remarquables du pottoka. Les jeunes sont recouverts en automne d'une bordure d'environ 10 cm d'épaisseur pour se protéger du mauvais environnement hivernal. Au printemps, ils changent de fourrure. Ils tombent en morceaux pour devenir immédiatement des poils courts et brillants. Les adultes sont également couverts de longs poils en hiver, mais sans devenir jeune pelage. Plus vous maigissez en hiver, plus les cheveux sont longs. C'est la réaction de l'organisme qui, à travers un poil plus long, compense le manque de protection que suppose la consommation de graisses.

La couleur de la robe peut être très différente: brun rougeâtre, brun foncé, noir, brun pinto, brun rougeâtre ou pintxo trio. La couleur la plus abondante est le brun-rougeâtre, couleur originale de pottoka. Avant presque toutes les pottokas étaient brun-rougeâtres ou brun-foncés. Actuellement, en raison de la demande croissante des peintres, la couleur diminue. La couleur peinte n'est pas le fruit de la mutation, mais du croisement des chevaux. Les pintes apparurent à l'origine en Biscaye vers 1850 et dès lors une petite quantité s'étendit à la Navarre et à Lapurdi.

Habitat

La nécessité de s'adapter au milieu qui a vécu pendant des siècles a obligé à s'adapter à l'être original. En conséquence, le pottoka a obtenu une constitution spéciale. La taille, l'apparence et l'intelligence sont déterminantes par l'héritage, mais le milieu peut modifier ces facteurs. La dispersion en dehors d'Euskal Herria a généré une variabilité raciale. C'est pourquoi il y a eu une grande différence entre le cheval né et élevé sur la montagne et celui de la plaine. L'animal de la vallée présente une morphologie différente : plus grande hauteur, poitrine plus large, scie plus horizontale et plus grande fécondité. D'autre part, en exportant à d'autres endroits de leur origine, la race des pottokas peut être dégénérée de différentes façons.

Comme mentionné précédemment, l'habitat original de la pottoka sont les montagnes situées à Lapurdi et à la limite de la Navarre. Cette zone présente un relief érodé, avec des montagnes arrondies qui dépassent à peine 1500 mètres. La terre de ces montagnes est de nature géologique différente. Malgré cela, ils présentent une série de caractéristiques communes comme l'acidité du sol et la pauvreté de la chaux et de l'argile. Tout cela, lié à l'abondance des pierres et des rochers, les transforme en terres incultivables.

Le climat est océanique, il y a donc beaucoup d'humidité, de température tempérée et de pluies abondantes et de brouillards.

La végétation est composée de hêtres et fougères de txillar, certaines zones avec des forêts de chênes et de hêtres et des plantations de conifères.

L'exploitation des pâturages est exclusive aux moutons, vaches et chevaux. L'exploitation de ces pâturages se fait au moyen de conventions régulièrement renouvelées. Actuellement, ces terrains changent peu à peu, de sorte que la pottoka a quitté le mont. Cette diminution de l'habitat s'est également intensifiée avec les plantations de conifères et la modification du statut juridique de la propriété des terrains. Tout cela a entraîné un changement dans l'utilisation des terrains traditionnellement utilisés pour les pâturages.

Comme les troupeaux ont proliféré, plusieurs consortiums ont interdit le pâturage et le transit des chevaux, en raison de la mauvaise conviction que les pottokas rivalisent avec les moutons. Car il est non seulement le concurrent de la brebis, mais aussi l'assistant. Les moutons ne mangent que des pointes d'herbe, laissant les tiges, tandis que Pottoka se nourrit d'herbes dures. Elles sont plus douces dans les croissances suivantes, ce qui les rend idéales pour les moutons. De plus, le pottoka se nourrit des pousses de la teta en nettoyant les sentiers.

Les pâturages et les parcours libres sont nécessaires pour la conservation des pottokas. C'est une condition indispensable à la croissance des pottokas dans leur habitat d'origine.

Vie et coutumes de Pottoka

Depuis toujours le pottoka a échappé à l'homme. Pour les hommes a été un animal de chasse qui est protégé sur la montagne. Quand l'homme est passé d'être chasseur/cueilleur à devenir berger/producteur, il a commencé à s'intéresser à cet animal, donc la vie de ces petits chevaux a changé.

C'est un cheval social qui vit en groupes. Le groupe est généralement composé de 10-30 femelles et le mâle correspondant. Ses relations sont très spéciales et se renforcent au début du printemps et de l'été.

Chaque groupe vit sur son territoire. Grâce au renouvellement générationnel des coutumes, les connaissances sur la topographie, le microclimat et la végétation passent de l'un à l'autre.

La largeur des pâturages peut varier en fonction du relief du terrain et de la qualité de l'herbe.

Le groupe est distribué sur un terrain d'environ deux hectares. Le groupe se réunit quand un inconnu est entouré ou va à la recherche d'eau. Ils se déplacent lentement d'un pâturage à l'autre, prenant des pousses dans un rayon d'environ deux kilomètres carrés. S'ils trouvent quelque danger ou quelque chose les effraye, ils fuient vers un sentier connu.

Ces déplacements sont effectués en fonction de la météorologie. En voyant où sont les pottokas, vous pouvez voir le temps. Lorsque vous descendez dans la vallée, le signe que le temps va s'aggraver et si vous êtes au sommet du mont, l'anticyclone arrive.

Les déplacements sont contrôlés et guidés par le mâle du groupe. Le reste suit la hiérarchie au sein du groupe.

Après le mois d'août, le groupe est divisé en 5 ou 10 groupes. Le mâle ne s'intègre pas spécialement dans l'un de ces groupes. Cette distribution est due à la pauvreté des herbes en période de sécheresse et au fait que le mâle, qui l'a déjà bouchée, ne prête pas beaucoup d'attention à la distribution. Les groupes restent à différents endroits jusqu'à l'automne.

Relations entre les membres du groupe

Parmi les juments surgissent amitiés en raison du temps qu'ils portent en groupe. On est le conducteur de l'équipe, au moins dans la mesure où les autres le suivent. Quand on compare une nouvelle jument, elle est écrasée par les autres jusqu'à ce qu'une jument (généralement la plus jeune) fasse amitié.

Les pottokas ont un système de communication très excellent. Certaines sont orales, comme les ronflements amicaux et les irrintzes de peur et de colère. La plupart sont gestuelles ; avec les mouvements des argiles et des oreilles, ils expriment haine, menace, curiosité, doute et anxiété.

Une hiérarchie est établie dans chaque groupe. Ainsi, chaque membre du groupe connaît bien son niveau. Les juments conducteurs ne doivent pas dominer les autres par la violence. Il suffit de déplacer l'oreille, le retourner ou agiter la queue pour chasser vos amis dans le tamis. Bien que les marches soient obtenues par la violence et la lutte, les chevaux n'arrivent jamais à blesser gravement. Et c'est que le plus faible quitte la lutte en acceptant sa dépendance. Les vieilles juments sont reconnus comme chefs d'équipe. Autour d'eux se forment des groupes ou des familles à la fin de l'hiver.

Le mâle fécondant ou calan dirige l'équipe, agissant comme chef. Si un mâle s'approche d'un groupe qui n'a pas de dirigeants, la femelle n'obtient pas le leadership en eux jusqu'à ce qu'il la couvre en temps ambiant.

De février à août, le calan guide l'équipe, en gardant un environnement déterminé et en veillant à ce qu'aucun cheval n'entre ou puisse y entrer. Elle est généralement séparée des femelles, généralement dans un endroit élevé, de sorte que l'odeur des femelles peut facilement être appréciée. Pour délimiter son territoire laisse des excréments en plusieurs points et généralement sur les excréments de la femelle. Quand l'une d'elles est d'une femelle irante, elle va à la recherche d'elle en levant la queue et la tête avant de la couvrir et montrant les dents. Ces signaux servent à montrer à des étrangers sa propriété et à avertir qu'ils ne peuvent pas accéder à ce territoire.

Si quelqu'un veut rivaliser avec son patron, il entre dans l'équipe, il lui fait face. Entre les deux émerge ensuite le bruit typique. Ils regardent et enseignent les dents, prêts à lutter. Ils se tiennent debout sur les pattes arrière et avec l'intention de frapper l'autre. Quand ils tombent au sol, les pattes avant sont mordues et, en tournant, ils jettent les stèles avec les pattes postérieures.

Les deux chevaux s'éloignent de soi-même et après un regard profond, ils s'attaquent à nouveau. Après vingt minutes, ou peut-être avant, le plus faible est rejeté. Si l'agresseur gagne, il n'obtient pas le statut du vainqueur chez les femelles jusqu'à la saison prochaine.

Les jeunes constituent la hiérarchie inférieure du groupe. Les femelles ne sont pas intégrées dans le groupe pendant deux ou trois ans, et jusqu'alors elles sont très stupéfiantes. Les alevins ou poulains, quant à eux, sont acceptés immédiatement et sont souvent accompagnés de calanum. Cependant, quand vient le temps ambiant, celui-ci les compare, souvent avec colère. Dans la deuxième année, ils commencent à chercher les juments libres et ceux qui, à trois ans, n'ont pas réussi à former une équipe, osent rompre avec les leaders d'autres équipes pour éliminer une femelle.

Cycles reproductifs

Les mâles sont capables de se féconder depuis deux ans, mais jusqu'à quatre ou cinq ans ils n'atteignent pas la maturité. Les femelles sont couvertes à 3 ans et à 4 ans elles sont élevées.

La saison des tournées se produit au printemps-été, avec des températures tempérées et la reproduction des pâturages. La femelle gérante urine plus que la normale et est généralement très nerveuse. Quand le mâle sent son odeur, il crie et vient à lui. Quand ils sont ensemble, ils jettent de puissantes bombes. La jument donne une paire de bateaux au mâle et celui-ci saute effrayé et crie. Si la femelle continue à faire des objections, le cheval s'éloigne, mais dans les prochains jours on fait une approximation jusqu'à ce que finalement la femelle abandonne.

Le revêtement est généralement produit au coucher du soleil. Après une brève ronde, le cheval est placé à côté de la jument, oliant tout le corps. Soudain, il est comparé pour que la jument prenne la bonne posture. Pendant la coulée, la soie de la personne cuit des bonbons. Puis il tombe très calme sur le sol.

Dans les jours suivant l'accouplement, la femelle se produit jusqu'à sa réintégration dans le groupe.

À l'époque d'élevage (onze mois plus tard), la jument se dirige vers un lieu solitaire pour accoucher. Immédiatement après l'accouchement, il se tient debout brisant le cordon ombilical et brisant le sac avec les dents. Après avoir respiré, l'enfant essaie de se lever avec l'aide de sa mère et commence à boire du lait.

Jusqu'à quelques jours la jument et le chiot ne s'approchent pas du groupe. Quand le nouveau-né est capable de se renforcer et de marcher autour de sa mère, ils viennent aux autres. Après avoir rejoint le groupe, l'enfant joue avec d'autres nouveau-nés.

A 6 ou 7 mois on enlève la dita. D'ici là, le chiot est généralement fortifié et habitué à manger de l'herbe.

Pottokas: Passé et futur

Bien que la pottoka ait été un cheval sauvage dans le passé, avec le passage du temps et malgré la vie libre, elle est devenue patrimoine de l'être humain et utilisée comme commerce. Il est devenu une partie du bien éleveur. Le groupe de chevaux est transmis de génération en génération entre les propriétaires du bétail. Les chevaux ont été vendus chaque année dans des foires et sont encore utilisés dans le commerce de contrebande frontalière.

Les pottokas ont également été utilisés pour transporter des produits ménagers dans les places. Cependant, puisque les ânes et les commandes peuvent être utilisés pour de plus grandes tâches, les pottokas ont reçu une autre fonction. Ils ont été principalement utilisés pour le transport de contrebande frontalière. XVI. À partir du XXe siècle ont également été vendus pour une utilisation dans le cirque, mais ont été principalement utilisés pour le transport de charbon dans les mines. Et c'est grâce à sa faible hauteur et la solidité était très approprié pour ce travail. Les chevaux étaient vendus avec un an et demi ou deux ans et expédiés en Italie et en Espagne. Une fois la demande minière terminée, ils ont commencé à être vendus pour les boucheries et les charcuteries.

Il faut dire, cependant, que dans les 10 dernières années la situation des pottokas a beaucoup changé. En 1970, l'administration française de Haras a officiellement reconnu cette course avec de nouvelles applications de pottoka.

Il se prépare à l'équitation et crée un grand passe-temps au Pays Basque Nord pour faire des excursions en pottokas. Le Gouvernement basque, pour sa part, prend depuis des années une série de mesures pour la protection des pottokas.

Les principaux points de vente de pottokas restent les foires locales, en particulier les principales foires annuelles qui ont lieu à Zumarraga et Heleta. Les traitants ont des emplois pour amener les pottokas aux camions, car ces chevaux sont durement défendus pour obtenir la liberté qu'ils ont perdu.

Nous espérons que les pottokas seront maintenus grâce aux mesures de protection prises. En plus d'être un cheval joyeux et agréable, il est un symbole de la culture basque et un témoin important de la vie libre dans la forêt.