Itziar Alkorta Idiakez Bioetikan aditua

Itziar Alkorta Idiakez : « Il serait révolutionnaire d’être conservatrice »

2021/03/01 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

La page complète est restée brève pour recueillir les réponses d'Itziar Alkorta Idiakez, qui a rendu publique une profonde réflexion. Depuis des décennies, il étudie les questions éthiques et légales liées à la fertilité humaine artificielle, et voit avec préoccupation l'avenir. Né à Saint-Sébastien en 1967, il est professeur titulaire de droit civil à l'UPV/EHU, directeur des cours d'été de l'UPV, membre de Jakiunde et agent actif du débat social sur les défis de la bioéthique, tant au Pays Basque qu'au niveau international. Ici aussi, il a donné quelques clés pour le débat, sincère et profonde.
400
Expert en bioéthique
Qu'est-ce qui vous a le plus surpris, altéré ou fasciné depuis que vous avez commencé à travailler?

Depuis que j'ai commencé à étudier, j'ai toujours eu comme thème la fertilité humaine artificielle. Et je trouve la révolution fascinante qui s'est produite depuis les années 80. Je ne crois pas que ce soit plus un changement technologique et sociologique, mais un phénomène technoscientifique qui a changé la civilisation.

Dans les années 1990, quand j'ai lu la thèse, je me souviens des représentations que nous avions sur le don d'ovules ou la lourdeur subrogée, en vue de l'avenir. Et le résultat que cette révolution technologique a donné, avec la biomédecine, n'est pas du tout ce que nous représentons alors. Il a largement dépassé nos attentes et a généré de grandes opportunités, questions et préoccupations. J'ai surtout été préoccupé par l'application, qui s'est orientée vers le bénéfice économique.

Avant j'étais optimiste de ces technologies, aujourd'hui je reconnais que je suis critique. La reproduction assistée est devenue une industrie privée où celui qui a de l'argent a accès à des formes de reproduction et la plupart des gens ne l'ont pas. Il a produit la discrimination et la marchandisation du corps humain. Pour moi, c'est inquiétant. De nos jours, des bases ont été établies, non seulement pour la reproduction humaine, mais aussi pour le don d'organes, que nous avons dépassés et il existe maintenant une industrie qui vit de nouvelles formes d'exploitation du corps humain. En outre, il a renforcé les risques des personnes qui étaient auparavant vulnérables: jeunes femmes, pauvres… Leurs corps sont devenus des matières premières en Europe et dans des pays appauvris en dehors de l'Europe.

Que voudriez-vous être témoin de la révolution ou de la découverte ?

Ce qui est fait avec la dérégulation du corps humain ne se limite pas à la reproduction. Voici ce qui se passe avec les séances cliniques, dans le domaine des soins… Je pense que nous devrions faire une nouvelle approche.

Quand les droits humains ont été proclamés il y a 75 ans, l'idée du corps humain et celle actuelle n'a rien à voir. Au moment où nous sommes, nous avons besoin d'un nouveau statut du corps humain, dans lequel j'incorpore aussi l'intelligence. Nous devons réfléchir à ces moments où faire un pas de plus dans l'application de la technologie nous donnerait un changement fondamental dans la nature même de l'être humain.

Sinon, si nous n'abordons pas cette réflexion sérieusement, nous risquons de passer à une étape sans possibilité de revenir en arrière. Nous devons formuler la renonciation à certaines options. Cela n'a jamais été le cas dans l'histoire : nous avons fait tout ce que nous pouvions faire. Depuis mon expérience, cela a également été le cas : nous avons réalisé tout ce qui pouvait être fait dans la reproduction humaine. Être conservateur serait donc révolutionnaire.