Nerea Irastorza Landa Neurozientzialaria

"J'aime cette combinaison d'ingénierie biomédicale et de recherche clinique"

2019/11/03 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

400

Nerea Irastorza Landa a eu une journée laborieuse. Cependant, il a été ravi par son travail. La thèse se termine dans le domaine de la neuroréhabilitation. Il a précisé qu'il avait quelques années avec un patient paralysé par ictus, en essayant de récupérer la mobilité par une interface cranio-machine et un exosquelette.

« Avec cette interface, nous détectons des signaux cérébraux et musculaires pour savoir quel mouvement vous voulez faire et nous aidons à déplacer le bras et la main qui sont paralysés en fonction de cela, en utilisant un exosquelette robotique », explique Irastorza.

Selon lui, il ne s'agit pas que le patient utilise à tout moment ce robot pour se déplacer, mais qu'une zone du cerveau qui n'a pas été affectée par l'ictus, à travers un entraînement par machine, apprend la fonction perdue "pour refaire la connexion entre le cerveau et l'extrémité et que le patient soit capable de se déplacer". C'est-à-dire, même si le robot est utilisé en thérapie, l'objectif est qu'il ne soit plus nécessaire et que le patient retrouve son autonomie.

Irastorza a reconnu que cela suppose une relation directe et profonde avec le patient, ce qui lui semble très enrichissant et a aussi un aspect psychologique et émotionnel. "Nous avons eu beaucoup de chance parce que le patient a beaucoup envie et donne tout, et la vérité est qu'il est reconnaissant."

Interdisciplinarité, motivant

Un autre aspect qui a été souligné est l'interdisciplinarité: "En fait, je suis étudiant d'une université allemande [Université de Tübingen], où je fais la thèse, avec le neuroscientifique Ander Ramos Murguialday. Ramos travaille à son université et à Tecnalia. Dans ce projet de recherche, Tecnalia travaille principalement dans le domaine de la robotique, et le laboratoire allemand, en particulier le décodage des signaux, en collaboration avec l'Université de Berkeley. En outre, l'équipe de physiothérapie de l'UPV-EHU et l'Université de Bruxelles, en bref, nous devons travailler ensemble, seulement avec le robot ne suffit pas. La thérapie quotidienne est réalisée à Donostia et à l'Hôpital Universitaire de Cruces ».

Se réunir dans un même projet est vraiment « motivant » pour Irastorsa : ingénieurs électroniques, physiothérapeutes, biomédicaux, processeurs de signaux, neurologues... À son tour, il aime le travail en direct avec le patient. "Cette relation quotidienne est très spéciale", dit-il. Il aime aussi ce qu'il fait par ordinateur, l'analyse de données, etc. « J'aime cette combinaison entre ingénierie biomédicale et recherche clinique. Enfin, nous étudions tout le processus, du décodage du signal à la thérapie du patient. Voir cette application directe du travail me remplit beaucoup ».

Inutile de dire que plus que cela, voir que la thérapie donne de bons résultats. Selon Irastorza, il existe de nombreux types de thérapies et différents degrés de blessure. Par exemple, certains patients, malgré la paralysie due à une blessure, conservent leur fonction même si c'est dans une certaine mesure. Avec eux, la thérapie est basée sur l'augmentation de ce qu'ils gardent. « Dans notre cas, nous traitons de patients à mobilité totalement perdue. »

Son but est d'obtenir un mouvement minimum d'être totalement paralysé. Ensuite, avec d'autres thérapies ou thérapies innovantes qui jusqu'à présent sont utilisées, on essaierait d'améliorer la mobilité, mais c'est une première étape difficile à obtenir, et dans ce sont Irastorza et ses compagnons.

Une fois terminée, la thèse vise à continuer dans le même domaine. En fait, en Tecnalia a la possibilité de faire des recherches sur des projets de neurotechnologie, qui abordera avec enthousiasme: « Parfois, il semble que nous n'avons rien à voir avec ce qu'ils ont à l'extérieur, mais ici il y a aussi de bons groupes de recherche, faisant des choses très intéressantes, et cela vaut la peine de reconnaître et de stimuler ce qui est ici ».

Nerea Irastorza Landa

Né en 1991. Il a obtenu un diplôme en génie biomédical à Tecnun, puis un master en systèmes mécatroniques de réhabilitation à l'Université Pierre et Marie Curie de Paris. Pour la réalisation du projet de master, il est allé à l'Institut de Psychologie Médicale et de Neurobiologie du Comportement de l'Université de Tübingen (Allemagne), à l'équipe de Neuroprothèse. Il est maintenant doctorant dans le même groupe au sein du programme de l'Institut de recherche Max Planck.