Glaciers aragonais, de blanc à noir

2008/03/01 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Si la tendance actuelle ne change pas, les glaciers aragonais disparaîtront avant ou après. En cela il n'y a pas de doute. Et il est clair que les températures et les précipitations affectent l'évolution des glaciers. Cependant, le degré d'accélération de la perte par suite du changement climatique est plus discutable. Le débat peut durer longtemps, mais, en attendant, les glaciers aragonais sont en train de perdre.
Glaciers aragonais, de blanc à noir
01/03/2008 Galarraga Aiestaran, Ana Elhuyar Zientzia Komunikazioa

L'ensemble glaciaire des Maladas est le plus grand des Pyrénées. À gauche on voit celui d'Aneto et, à droite, celui de Coronas, transformé en un frigo.
J. Chueca
Javier Chueca Cía est professeur de géographie physique à l'Université de Saragosse et spécialiste en glaciologie. Depuis des années, il étudie les glaciers de montagne et découvre de première main comment sont perdus les glaciers pyrénéens de la zone espagnole.

Les glaciers sont des masses de glace terrestre mobiles et persistantes. La glace des glaciers est générée dans le compactage de la neige sous pression, et en raison des conditions requises, il s'agit de formations très spéciales. Ils se renouvellent grâce à la neige qu'il fait en hiver, mais en été ils perdent de la glace parce qu'il fond. La différence entre la neige reçue et la glace fondue détermine l'évolution des glaciers.

Il n'y a actuellement que des glaciers dans quelques zones des Pyrénées. Tous se trouvent à grande hauteur, sous des pics supérieurs à 3000 mètres, presque toujours à l'intérieur de petits cirques ombragés; en bref, dans des zones où le rayonnement solaire est faible et les précipitations se produisent dans la neige.

Cela n'a pas toujours été le cas. Depuis la fin de la dernière glaciation, les glaciers pyrénéens atteignirent leur extension maximale au Petit Âge de Glace (1550-1830). Cependant, dans le premier tiers du XIXe siècle, le climat a commencé à se réchauffer et depuis lors, les glaciers ont diminué jusqu'à atteindre leur état actuel. Beaucoup des anciens glaciers sont devenus de simples réfrigérateurs ou ont disparu. En Espagne, il n'y a donc que quatre zones où il y a de vrais glaciers: Dans les massifs des Enfers, Mont-Perdu, Posets et Maladeta. Les quatre se trouvent à Huesca, au milieu des Pyrénées.

Lac de fusion sous le glacier oriental de Maladeta.
J. Chueca

Évolution climatique

Depuis que les glaciers ont commencé à disparaître, la perte n'a pas eu lieu à une vitesse constante. La vitesse de perte est intimement liée aux fluctuations climatiques dans la zone: en période de précipitations basses et de températures élevées, les glaciers ont rapidement reculé, tandis qu'en période de basse température et de haute précipitation les glaciers sont restés sans perte de masse.

Au Malada, par exemple, Chueca et son équipe de travail ont étudié l'évolution du glacier depuis la fin du Petit Âge de Glace et ont lié cette évolution aux facteurs climatiques. Cette étude explique que depuis les années 1820, le glacier a reculé en longueur et en épaisseur. Au début, surtout entre 1857 et 1901, la perte a été très rapide. À cette époque, les précipitations ont été faibles, tant en hiver que toute l'année, et les températures ont été plus élevées que la normale. Cela a entraîné une grande perte de masse du glacier.

Dans les prochaines décennies, il a continué à diminuer les glaciers, mais à une vitesse inférieure. Entre 1958 et 1981, le glacier s'est considérablement stabilisé. Les années 1960 ont été particulièrement sèches, mais celle de 1970, surtout dans la seconde moitié, a été très différente. Les températures estivales étaient à moitié inférieures à la moyenne des températures pendant cette période, tandis que les précipitations hivernales dépassaient de 13% la moyenne.

Chueca est la coordinatrice espagnole du projet GLIMS (Suivi satellite de la glace terrestre). Pour cela, ils utilisent les images recueillies par le satellite ASTER. Dans l'image ci-dessus apparaît toute la Pyrénées, datant du 1er août 2000. La neige est bleu, vert, végétation, rose et bleu foncé, roche et blanc, nuages.
(Photo: NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS US/JAPAN ASTER)
Cependant, à partir de 1981 la tendance a été révolutionnée et le glacier disparaît aussi vite qu'à la fin du Petit Âge de Glace. La preuve en est que dans les années 1990, le glacier des Maladas était divisé en deux, l'oriental et l'occidental. La perte est intimement liée aux températures et précipitations des dernières années, car il s'agit de la période la plus chaude et la plus sèche de toute la période analysée par les chercheurs. Ainsi, le glacier a commencé le XXI avec 35,7% de la surface occupée dans les années 1820-30. XX siècle (152,3 hectares en 1820-30 et 54,5 en 1997-99, un peu plus d'un tiers).

Cependant, dans le massif de Maladeta, outre les glaciers orientaux et occidentaux des Maladas, il y a plus de glaciers. Précisément, l'ensemble glaciaire des Maladas est le plus grand et le mieux conservé du côté espagnol. Il est situé dans la vallée de Benasque et ses sommets principaux dépassent 3000 mètres: Aneto, avec 3.404 mètres, est le plus haut des Pyrénées; Pico Maldito, avec 3.350 mètres; Maladeta, 3.308; Alba, 3.118...

Le massif s'étend du nord-ouest au sud-est, de sorte que la plupart des glaciers qui restent aujourd'hui sont orientés vers le nord-est. Seulement celle de Coronas est au sud-ouest, mais il est déjà devenu une sorte de réfrigérant et il est difficile de durer. Le reste des glaciers du massif (à l'est et à l'ouest de Maladeta, Aneto, Barrancs et Tempestades) ont également perdu une grande surface et une épaisseur au cours des deux dernières décennies. Selon les dernières mesures de Chueca, jusqu'en 2006 on a perdu presque la moitié de la surface de l'ensemble glaciaire des Maladas en 1981 (de 240,62 hectares à 125,74).

Après les glaciers de Maladeta, les plus grands sont ceux du Mont Perdu, mais ils y ont rapidement reculé. En 2006, l'ensemble glaciaire du Mont Perdu occupait 50,17 hectares, soit 44,3% de sa superficie en 1981. Les autres glaciers qui restent dans la partie espagnole ont perdu encore plus: Les glaciers du massif des Posets occupent 18,51 hectares, un peu moins d'un tiers de sa superficie en 1981, tandis que ceux des Enfers occupent seulement 6,96 hectares, environ un quart de celle qu'ils avaient en 1981.

Glaciers supérieur et inférieur du Mont Perdu. La plus basse est celle qui se trouve dans la meilleure situation et la plus dynamique.
J. Chueca

Phénomène sans frontières

Bien sûr, le climat et les montagnes ne connaissent pas les frontières administratif-politiques imposées par l'être humain et les glaciers des Pyrénées françaises évoluent de façon similaire aux glaciers aragonais. Par exemple, en été 2006, des chercheurs des universités de Bordeaux III et de Paris IV ont mené une étude approfondie sur le glacier d'Ossoue. Ce glacier est situé sous le sommet le plus haut du côté français des Pyrénées (Vignemale, 3.298 mètres) et occupe actuellement environ 50 hectares, environ la moitié de sa superficie à la fin du Petit Âge de Glace.

Les chercheurs ont analysé l'épaisseur du glacier par radar, point par point, comparant les données aux enregistrements précédents. Ils ont notamment noté qu'au cours des dernières années (depuis 2001), il est beaucoup plus rapide et de plus en plus rapide qu'avant. En outre, en général, il y a quelques années de neige basse, et en période de neige intense (hivers 2002-2003 et 2003-2004), il n'a pas suffi à égaler le fondu en été. On estime une perte moyenne annuelle de 1,5 mètres d'épaisseur.

La photo de gauche est des années 20 et celle de droite de 2001. En comparaison, on constate clairement une perte significative.
R. Rilter
Dans d'autres glaciers, les chercheurs ont observé une tendance similaire: le glacier du Taillon avait perdu quelques mètres au cours de l'été précédent, mais en 2005 il a reculé de 20 mètres. Cependant, les autres glaciers, bien qu'ils soient plus petits qu'Ossoue, ne diminuent pas aussi vite que lui. Comme l'ont expliqué les chercheurs, l'accumulation de neige, l'orientation, la présence de roches sur, etc. Ils provoquent une plus ou moins grande réponse aux facteurs climatiques et le glacier d’Ossoue ne présente pas les meilleures conditions de survie.

À cause de l'homme ?

Pour de nombreux experts, l'être humain est responsable d'une perte toujours plus rapide des glaciers. En fait, les émissions de gaz dans l'atmosphère provenant des activités humaines produisent l'effet de serre, ce qui provoque un changement climatique qui va au-delà de ce qui se produirait réellement. On pense que cela a rendu les températures dans les Pyrénées plus élevées que la normale et les précipitations moins élevées. Cela fait que les glaciers perdent de plus en plus rapidement, mais il est difficile de savoir à quel point l'activité humaine affecte.

L'association WGMS suit les glaciers du monde. Sur le graphique, bilan des épaisseurs des glaciers américains et eurasiens, de 1980 à 2006.
WGMS

Cependant, certains n'ont aucun doute. Greenpeace Espagne a publié en 2004 un rapport sur les glaciers. "La disparition des glaciers des Pyrénées espagnoles. Sous le titre "Le changement climatique en vue", les auteurs sont Enrique Serrano et Eduardo Martínez de Pisón, professeur de géographie physique. Avec les données des chercheurs, et sur la base des projections climatiques de l'avenir de l'association internationale chargée du changement climatique (GIEC), on prévoit qu'au milieu du XXIe siècle les glaciers actuels disparaissent totalement ou partiellement.

Ces prédictions pessimistes ont eu lieu ailleurs dans le monde, car les glaciers sont en recul à travers le monde. Par exemple, selon l'Agence européenne pour l'environnement, les trois quarts des glaciers des Alpes suisses seront portés disparus d'ici 2050. Et de nombreux scientifiques rapportent directement la perte au changement climatique qui provoque l'activité humaine. Si la tendance actuelle ne change pas, les sommets passeront du blanc au noir.

Javier Chueca: "En tant que glaciologue, il me semble un privilège d'être témoin de ce processus et de pouvoir l'analyser en temps réel"
Javier Chueca Cía est professeur de géographie physique à l'Université de Saragosse. Expert en glaciers, il dirige un projet de recherche sur la dynamique des glaciers des Pyrénées aragonaises financé par le gouvernement d'Aragon depuis 1997.
Nombreux sont ceux qui relient la perte des glaciers au changement climatique. Nous aimerions savoir si vous êtes du même avis.
Oui, mais avec des nuances. Le changement climatique accélère la perte des glaciers pyrénéens, mais cette perte a commencé il y a longtemps, à la fin du petit âge glaciaire, avant de commencer ce que nous appelons le changement climatique. D'une certaine manière, les glaciers perdent plus que ce qu'ils perdraient dans la situation climatique 'naturelle'.
En plus de la masse glaciaire, quoi d'autre est perdu avec les glaciers? Qu'apportera cette perte ?
Glacier d'Aneto.
(Photo: I. Illarramendi)
Dans les Pyrénées quelque chose de singulier sera perdu, un élément d'une énorme valeur paysagère. Cela va supposer passer d'un paysage de caractéristiques claires de haute montagne (à une échelle beaucoup plus petite, mais semblable à celles des Alpes, des Rocheuses et de l'Himalaya) à des montagnes qui n'ont que de la neige saisonnière (comme la plupart des chaînes de montagne de la planète). Du point de vue paysager, nous passerons de la première à la seconde.
Pour beaucoup de gens, la perte des glaciers est un phénomène malheureux. A toi personnellement, quel sentiment lui fait-il d'être témoin direct de cette perte ?
En tant que glaciologue, il me semble un privilège d'être témoin de ce processus et de pouvoir l'analyser en temps réel.
Et compte tenu des temps plus larges, la perte de glaciers est prise autrement ?
Oui. Compte tenu de l'histoire de la planète, nous savons que les deux derniers millions d'années ont été des cycles glaciaires/interglaciaires à travers le Quaternaire. Il est donc à supposer que les glaciers continueront à apparaître et à disparaître. Il est regrettable que l'activité humaine ait accéléré la perte actuelle, mais on sait que la Terre a été précédée par un réchauffement plus grand que l'actuel, dû à l'effet de serre d'origine naturelle, et qu'elle a conclu avec la création de nouveaux équilibres dans le système atmosphérique hydrosphère.
Galarraga d'Aiestaran, Ana
Services
En savoir plus
2008 - 2008 2008 2008 2008
Services
028 028
Physique Physique
Article 5 Article 1 Article 1 Article 1
Services