La journée organisée par Aranzadi propose des mesures pour réduire le déclin des amphibiens

2020/12/09 Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. Ion Garin Quartier/Aranzadi

La Société des Sciences Aranzadi a organisé les 16 et 17 octobre les IIIe Journées de Conservation des Amphibiens, dans le but d'identifier les principales menaces aux amphibiens et d'affiner les procédures de suivi des populations. Les experts ont mis en évidence la nécessité de mettre en place des initiatives qui conjuguent recherche, gestion et divulgation dans les plus brefs délais, avant qu'il ne soit trop tard.

Les amphibiens sont le groupe de vertébrés terrestres le plus menacé, avec plus d'un tiers des espèces menacées. Le Pays Basque est considéré comme un « point chaud » au niveau européen du point de vue de la biodiversité amphibie, et la nécessité de prendre des mesures a été soulignée. En Navarre et dans la CAPV, par exemple, 18 espèces vivent, dont la moitié figurent sur la liste des espèces menacées.

Grenouille forestière ibérique. Ed. Ion Garin Quartier/Aranzadi

La principale menace des amphibiens est la destruction ou la transformation de l'habitat, avec laquelle ces vertébrés sont très dépendants. Entre autres choses, les plantations monospécifiques d'arbres ont une influence directe, comme l'eucalyptus qui est déjà devenu un cas extrême et qui se développe considérablement. Les maladies émergentes des amphibiens sont également très préoccupantes : elles ont éliminé des populations et des espèces entières, même dans des endroits apparemment bien conservés. Les principaux pathogènes sont les champignons (chitridiens) et les virus du genre ranavirus. Récemment, le premier cas de kitridiomycose d'arrabie a été détecté en Catalogne, c'est pourquoi les experts présents à la journée ont conclu que des mesures préventives devraient être prises à la CAPV et en Navarre pour éviter, dans la mesure du possible, l'introduction de ces maladies. Les mesures générales proposées sont:

Contrôler la vente d'espèces exotiques d'amphibiens.

Mettre en place des protocoles de désinfection efficaces pour éviter la propagation du champignon à l’environnement.

Mener des campagnes de sensibilisation sur la problématique des maladies émergentes

Examiner périodiquement la présence de ces agents pathogènes au milieu.

En outre, comme les amphibiens sont menacés dans le monde entier en tant que groupes, en plus du suivi des espèces déjà menacées, il serait souhaitable de suivre les espèces communes. Avec elles, on peut mettre en évidence des baisses de population qui ne sont pas perceptibles à court terme par l'étude d'espèces rares.

Ed. Ion Garin Quartier/Aranzadi

Un autre problème s'est également manifesté dans la journée : la méconnaissance sociale des amphibiens. Il s'agit donc de promouvoir des campagnes de sensibilisation sur les amphibiens et leur déclin, en relation avec deux autres questions qui ont actuellement une grande incidence sur les médias: la perte de biodiversité et l'urgence climatique. Selon les participants à la journée, les écoles et les médias jouent un rôle fondamental dans la transmission du problème des amphibiens, et c'est le bon moment de travail, étant donné que la société a commencé à se sensibiliser à la crise éco-sociale.

Les principales conclusions de la journée sont:

Il est nécessaire de miser sur la connaissance et la science.

La méconnaissance de l'état des populations d'amphibiens dans la CAPV est significative. Le suivi de ces populations à long terme est indispensable pour connaître leur évolution et détecter les menaces.

Prêter plus d'attention aux espèces avec une plus grande catégorie de menaces. Cependant, les espèces les plus communes et nombreuses peuvent faire connaître à long terme le déclin global des amphibiens ou l'apparition de maladies. Sans eux, ils seront difficilement détectés.

Surveiller l’apparition éventuelle de maladies émergentes et la possible affection des pesticides dans le milieu naturel, en organisant des suivis spécifiques.

Certains habitats, comme les moyens agricoles traditionnels, sont adaptés et nécessaires à la conservation de certaines espèces, tandis que les monocultures d'espèces exotiques comme les eucalyptus, malgré leur aspect forestier, fonctionnent comme pièges écologiques.

Aiguiser le contrôle sur les voies de commercialisation des amphibiens exotiques, à la fois en vente directe et sur Internet.

S’efforcer d’éduquer la population pour éviter la manipulation des amphibiens et éviter leur capture (oeufs, têtards, jeunes ou adultes).

Encourager les campagnes de sensibilisation sur les amphibiens et leur déclin, en accordant une attention particulière à l'incidence des principaux facteurs de menace, tels que la destruction des habitats et des maladies émergentes.

Pour l'avenir, il est essentiel d'éduquer sur l'importance des amphibiens dans les écoles et la biodiversité en général.

Les médias peuvent jouer un rôle important dans la sensibilisation sociale sur le problème des amphibiens et la perte de biodiversité.

L'organisation de la journée a mis à la disposition de tous les participants les vidéos et conclusions des conférences.