Ils découvrent que le ver du grand Panal Sits mange du polyéthylène

2017/04/24 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Plastique dégradé par dix pierres pendant 30 minutes. Ed. César Hernández/CSIC

Grâce au hasard, ils découvrent qu'un ver qui détruit les rayons mange du polyéthylène. En fait, Federica Bertocchini, chercheuse au Conseil supérieur de la recherche scientifique en Espagne, a réalisé qu'elle avait des vers dans les ruches de sa maison. Vers du grand site de rayons (Galleria mellonella). En se nourrissant de cire et de miel, ils causent beaucoup de dégâts, donc ils les ont retirés et les ont placés dans une housse en plastique. Quelques heures plus tard, il a réalisé que le plastique a été percé et échappé.

De là est née la recherche. Ils ont étudié conjointement avec l'Université de Cambridge et ont montré que les vers sont très efficaces dans la dégradation du polyéthylène. Par exemple, ils sont 100 granules capables de dégrader 92 mg de polyéthylène en 12 heures. «C’est très rapide», a souligné Bertocchini.

La production annuelle de sacs en plastique est de 80 millions de tonnes de polyéthylène, par exemple, ce qui rend les sacs en plastique fabriqués et est très difficile à dégrader. Par exemple, les portefeuilles fins prennent environ cent ans à se décomposer. Des liquides très corrosifs sont utilisés dans la dégradation chimique, bien que des mois soient nécessaires. Des tests de dégradation du polyéthylène ont également été effectués avec des bactéries, mais le processus est très lent.

Ainsi, les chercheurs croient que Galleria mellonella peut être une bonne solution. Outre le ver lui-même, ils ont vu que la cathode dégrade le polyéthylène avec un seul contact. Selon les chercheurs, il peut se dégrader avec une enzyme. L'objectif suivant est donc de clarifier le mécanisme de dégradation pour identifier l'enzyme possible et générer in vitro au niveau industriel.