Le vulcanisme le plus violent jamais enregistré sur Terre n'a pas provoqué la disparition des dinosaures

2021/09/24 Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Des chercheurs des Universités de Saragosse et de Barcelone ont guidé l'étude réalisée sur les falaises de Zumaia. Ed. Géoparc

Une étude réalisée sur les falaises de Zumaia a fermé un long débat dans lequel le vulcanisme extrême eu lieu en Inde à la fin du crétacé, le plus violent de tous les temps sur Terre, a eu très peu d'influence sur la disparition des dinosaures. Ceci confirme que l'impact de l'astéroïde, qui a eu lieu il y a 66 millions d'années dans la péninsule mexicaine du Yucatan, a provoqué la destruction massive de dinosaures et d'autres formes de vie.

La disparition des dinosaures a été l'une des cinq grandes extinctions de masse de la planète, qui a eu lieu à la limite Crétace-Paléogène (K/Pg). Des sédiments et des roches riches en microfossiles accumulés entre 66,4 et 65,4 millions d'années ont été étudiés pour étudier les changements climatiques avant et après la disparition massive. Ils ont pu effectuer une datation détaillée des événements climatiques. En fait, trois épisodes hyperthermiques ont eu lieu à cette époque, dont deux ont eu lieu après la destruction massive et n'ont donc pas eu un effet direct sur la destruction, mais un troisième a eu lieu avant la destruction, provoquant un réchauffement climatique entre 2 et 5 degrés Celsius. Les chercheurs ont voulu préciser si le changement des orbites sur Terre et le volcanisme massif en Inde, qui a émis de grandes quantités de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, ont affecté ce réchauffement climatique.

Couches sphériques analysées dans le flysch de Zumaia. Les sphériques sont dues à l'impact du Yucatan. Ed. Géotextile

L'étude a montré que le changement climatique orbital s'est produit peu à peu à l'échelle de centaines de milliers d'années (bien que le volcanisme l'ait promptement augmenté) et qu'il n'a rien à voir avec la destruction massive d'espèces limites K/Pg. Au contraire, ces données suggèrent que la disparition est due à quelque chose d'totalement étranger au système terrestre, l'impact de l'astéroïde aux 100.000 ans de ce réchauffement global final du Crétacé.

L'étude a été réalisée sur les falaises de Zumaia, dans la zone appelée Géoparc de l'UNESCO de la Côte Basque, et a été menée par des chercheurs des Universités de Saragosse et de Barcelone. Les résultats ont été publiés dans la revue Geology, ce qui a mis fin au long débat qui dure depuis plus de 30 ans.