Joanes Lameirinhas Ortuoste Psikogerontologoa

« Les hommes reçoivent la reconnaissance que ne reçoivent pas les femmes »

2022/11/04 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

400

Joanes Lameirinhas Ortuoste est doctorant à la Faculté de Psychologie de l'UPV/EHU et a choisi comme sujet de recherche la vieillesse, notamment la fragilité psychologique chez les personnes âgées. La plupart des professionnels qui s'occupent des personnes âgées sont des femmes et se concentrent donc sur la thèse d'un garçon. Lameirinhas, cependant, ne s'est pas aperçu de cette spécificité, car cette option l'a fait de manière très naturelle, poussée par l'intérieur. « Dans tous les cas, il est vrai qu’en psychologie il y a très peu de garçons et moins encore de travailler avec des personnes âgées en général. En d’autres termes, non seulement les chercheurs, mais il n’y a pratiquement pas d’hommes parmi le personnel chargé des soins aux personnes âgées. »

Il reconnaît les privilèges des hommes travaillant dans des domaines féminisés. "Par exemple, j'ai été auxiliaire de soins infirmiers dans un psychiatrique, et là nous étions aussi très peu de garçons. Et j’ai souvent entendu dire « quoi bien, les gars ici ». Au contraire, les femmes ne reçoivent pas cette reconnaissance. »

Rappelez-vous que lorsque vous avez fait le baccalauréat, vous avez décidé d'étudier la psychologie avec l'intention d'être conseiller. D'une manière générale, elle a le sentiment que l'on n'accorde pas l'importance qu'elle semble aux travaux d'orientation. "Peu après mon entrée en psychologie, ma grand-mère mourut et lui avait beaucoup d'amour. Par conséquent, sa mort m’a conduit à de nombreuses réflexions sur la mort, le vieillissement, le vieillissement de mon et de mes parents… Tout cela m’a poussé les boyaux. »

En troisième année, il y avait une matière appelée psychogérontologie, et alors il était clair que c'était le sujet qu'il voulait travailler. La même année a commencé une collaboration avec un groupe de recherche de la faculté, Qualiker, où il a eu l'occasion de voir de l'intérieur de l'université et le monde de la recherche. "Rien de plus que de terminer le diplôme, j'ai commencé à travailler avec eux et à la fois j'ai rejoint un master: Master en vieillissement sain et qualité de vie (UPV)”.

Maintenant, dans sa thèse, il étudie les facteurs qui peuvent influencer la situation de fragilité des personnes âgées et ses conséquences. « L’accent est généralement mis sur la partie physique du vieillissement et ne s’occupe pas de la partie sociale et psychologique. Et tous vont ensemble, il est très difficile de distinguer. Par exemple, la solitude a des conséquences psychiques et physiques. De même que le caractère multidimensionnel de la fragilité est souvent caché, il en est de même pour le handicap. « Quand nous parlons de handicap, des conditions physiques de difficulté nous viennent à l’esprit, mais il est beaucoup plus large. Par exemple, certains hommes âgés, lorsqu'ils restent veufs, ne sont pas en mesure de réaliser les activités de base de la vie quotidienne parce qu'ils n'ont jamais appris à accomplir certaines tâches essentielles d'auto-soins. C’est aussi un handicap. »

D’autre part, rappelez-vous que «nous sommes tous fragiles». Selon Lameirini, le processus de vieillissement couvre une bonne partie du cycle de vie et devrait donc être un sujet à aborder dès très petit. « Malheureusement, cette pratique se fait d’un point de vue négatif ou pathologique, considérant la vieillesse comme une maladie ou un handicap. Nous sommes donc une société pleine de préjugés et de stéréotypes envers le vieillissement et les personnes âgées. » À cet égard, il a revendiqué la nécessité d’aborder le processus de vieillissement dans une perspective positive, car «la vieillesse peut être aussi belle et satisfaisante que le reste des étapes du développement».

Importance de la traduction en euskera des outils d'évaluation

Lameirinhas travaille non seulement à l'étude des facteurs susceptibles de contribuer à la fragilité des personnes âgées, mais aussi à l'euskera des instruments d'évaluation. « Les outils d’évaluation sont d’une grande utilité pour le diagnostic et le suivi. Sa validation est un processus de longue année où il n'existe pratiquement pas de processus créés en euskera. Il faut donc les renvoyer et les adapter. Il ne s'agit pas d'une simple traduction, mais d'adapter les éléments culturels et symboliques. C’est un processus difficile et long, mais fondamental pour réaliser des évaluations concrètes et fiables, ainsi que pour que les droits linguistiques des Basques soient respectés ».

Lameirinhas se plaint que son importance n'est pas reconnue. Il dit qu'il n'est pas évalué parce qu'il n'a pas d'impact sur les revues scientifiques internationales. Mais il est clair qu'il faut le faire. « Pour la normalisation de l’euskera, il est essentiel que les instruments d’évaluation soient également en euskera », dit-elle. C'est ce qui est fermement.