Izaro Basurko Pérez de Arenaza Ingurumen-zientzialaria eta ekintzailea

"La science n'est pas neutre: quelqu'un la fait"

2021/04/16 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

400
Izaro Basurko Pérez de Arenaza combine recherche universitaire et entrepreneuriat dans les mouvements sociaux dans le domaine de l'urgence climatique. Pour y arriver, il a pris le chemin de la science, mais à la recherche et à la découverte des sentiers qui ne se distinguaient pas dans les cartes.
 
Basurto explique qu'il a abordé la science de l'environnement, en étudiant les sciences environnementales à l'Université de Salamanque. "J'ai toujours aimé l'environnement, l'écologie, l'écologisme... et ainsi je suis entré dans ce monde. La catastrophe du Prestige a eu une grande influence, parce qu'elle voulait savoir comment agissaient la science et la technologie et ce qu'on pouvait faire pour éviter ce type de malheurs », a rappelé Basurko.
 
Basurko lui-même a participé au nettoyage du Prestige et a vu que tout n'était pas solidarité et volonté. "Je confirme que certains font des affaires avec le désastre".
 
Quand il a commencé à étudier les sciences environnementales, il a découvert que la science et la technologie ne sont pas neutres: "qui sont faits et sont pour quelqu'un". Il commença alors à s'introduire dans le monde de la coopération et à connaître d'autres territoires. "J'ai appris que la science peut être utilisée pour améliorer et aggraver la vie des gens, ou pour gagner de l'argent, par exemple".
 
Au début, il se sentait seul, mais il a rapidement rencontré l'équipe d'ingénierie sans frontières et a commencé à travailler comme bénévole avec eux, également avec Ekologistak Martxan. Grâce à cela, il a rencontré beaucoup de gens qui pensaient la même chose et, bien que beaucoup n'appartenaient pas au monde universitaire, il a vu qu'il y a une autre façon de faire de la science.
 

En faveur de l'ouverture des fissures dans le système

 
Travailler sur les mouvements sociaux vous permet d'être proche des gens, de connaître leurs préoccupations et leurs problèmes. Mais d'autre part, vos recherches n'ont pas le même niveau que celles faites à l'université, elles sont sous-estimées », a expliqué Basurko. Je pense qu'il serait important d'unir les deux. D'une part, suivre avec rigueur la méthodologie de la science et, d'autre part, tenir compte des gens et prévoir les conséquences des progrès ».
 
En outre, il a mentionné le problème de la marchandisation: "De nombreuses entreprises sont entrées dans l'université et de l'argent, des enquêtes et de la renommée ont été destinés à protéger leurs intérêts. Au contraire, les mouvements sociaux ont beaucoup moins d'argent, ils ne sont pas connus et ne peuvent pas le publier dans les principaux magazines. Ceci enlève à beaucoup de chercheurs la capacité ou l'enthousiasme de rechercher ». Les médias, dans de nombreux cas, soulignent les travaux académiques et laissent les autres à l'ombre.
 
Cependant, considérez que vous pouvez et devriez essayer d'ouvrir des fissures dans le système: « Il n'est pas facile de casser les inertes, mais, bien que la précarité que nous avons soit difficile, nous avons des chances d'ouvrir quelques fentes et je pense que nous devons en profiter. D'autant plus que l'UPV est une université publique ».
 
Le système d'articles scientifiques et de magazines, par exemple, lui semble significatif. « Vous faites vos recherches à travers une université publique, mais ensuite pour la publier dans un magazine, vous devez écrire en anglais selon vos critères. Et une fois publiée, qui veut lire doit payer, connaître l'anglais et avoir internet. Pour qui sommes-nous ? J'aimerais étudier en basque et écrire en basque ces articles, mais alors il n'arrivera nulle part. »
 
En tout cas, il a rappelé que la devise de l'UPV est Eman ta zabal zazu, et il l'essaie : ce qu'il apprend à donner à la société. Par exemple, je suis maintenant entré dans la transition énergétique et quand on nous appelle une mairie ou un autre agent, nous vous donnons l'avis de demander de l'aide. Et cela me satisfait beaucoup plus que de publier un papier. Aussi les conférences, dans les gaztelekus, dans les sessions organisées par Goiener ou ailleurs, car cela vous permet de parler aux gens, de résoudre des doutes... Faire ainsi me satisfait beaucoup parce que je crois que nous avons cette obligation avec la société ».
 
 
Izaro Basurko Pérez de Arenaza

Né à San Sebastian en 1981. Il est diplômé en sciences environnementales de l'Université de Salamanque. Au cours des dernières années, il gère des projets de recherche et de coopération, et travaille maintenant sur le projet européen mPower, tout en menant son doctorat en transition énergétique à l'UPV. Au cours des dernières années, il a collaboré avec l'Ingénierie Sans Frontières et Ekologistak Martxan, faisant partie du groupe de recherche consolidé Ekopol.