Science, recherche constante de la vérité

2022/07/05 Janire Otamendi Jauregi - Ingeniaritzako doktoregaia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Représentation du modèle géocentrique d'Aristote. Ed. Marques Hijazo, A./ CC-BY-SA-4.0.

« La recherche scientifique est de voir ce que tout le monde pense de ce que personne n’a pensé. » Il est dit que c'est une définition du physiologiste Albert Szent-Györgyi qui correspond parfaitement à la trajectoire d'éminents scientifiques tels que Copernic, Galileo, Newton ou Einstein.

Ils nous ont appris ce qu’est l’univers, nous avons travaillé sur le système solaire et nous sommes arrivés à intérioriser les trajectoires et les mouvements de la Terre. On nous a expliqué ce qu’est la force gravitationnelle, et certains pourraient comprendre la théorie d’Einstein, au moins assez pour comprendre la plupart du film Interstellar.

Tout cela est vrai ou du moins nous l'avons d'ailleurs. À l'époque corpatique, cependant, la vérité était bien différente. Ils étaient alors convaincus que la Terre était le centre de l’univers et que le Soleil, par exemple, tournait autour de lui. Pourquoi pas? Ils voyaient aussi déplacer le Soleil chaque jour d'est en ouest.

Pendant des années, cette idée de théorie géocentrique a été considérée comme certaine, jusqu'à ce que quelqu'un la conteste. L’astronome Nicolas Copernic se voit attribuer la théorie héliocentrique selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil, mettant la vérité jusqu’alors en haut [1]. Et ce n'est pas pour le moins, parlez-en à ce qu'il faut savoir que les principes qui ont jusqu'alors été retenus ne sont pas corrects.

Derrière tout cela, il y a quelqu'un qui a développé une pensée différente et qui, au vu de ce que tout le monde voit, pense ce que personne n'a pensé, est la définition du physiologiste Albert Szent-Györgyi.

La théorie héliocentrique a sans aucun doute changé la perception de l'être humain sur la place de l'univers, mais non seulement cela, mais a également influencé directement l'approche aristotélique qui a été adoptée pendant de nombreuses années pour expliquer la chute des objets.

Nous savons tous que si un objet se lève à une certaine hauteur, il tombe au sol et aujourd'hui, nous disons que la gravité est responsable. Mais ce fut le philosophe grec Aristote le premier à expliquer ce phénomène. Il avait la Terre comme centre de l’univers et protégeait la Lune, le Soleil, et les autres planètes et étoiles tout en tournant autour d’elle (voir figure supérieure). Selon lui, chaque élément de l’univers correspondait à une position, sa tendance était toujours de revenir aux positions de base et les objets plus lourds faisaient ce parcours plus rapide [2]. En d'autres termes, la pierre tombe au sol parce que c'est sa position naturelle et plus la pierre tombe plus vite. Cependant, la théorie héliocentrique a montré que le fondement de cette explication n'était pas correct, de sorte que l'idée qui était considérée comme certaine au fil des ans a été annulée.

Galileo Galilei a suivi le célèbre astronome, physicien, philosophe et mathématique, étudiant les chutes d'objets. Le travail de Galilei, avec l'astronome Johannes Kepler, était très important pour fixer la théorie héliocentrique, donc il était conscient des défis que cette nouvelle théorie pose. Pour étudier la chute d’objets, Galileo a mené des expériences scientifiques très précises et, contrairement à ce qu’a dit Aristote, il a conclu que les objets libérés en même temps atterrissent ensemble, quelle que soit leur masse. Il a également confirmé une accélération constante de la chute [3].

Des idées qui, comme nous l'avons dit, ne correspondaient pas à l'explication fournie par Aristote. Galileo a laissé de nombreuses questions sans réponse, par exemple, il n'a pas expliqué pourquoi la Terre tourne autour du Soleil. Cependant, il a apporté des contributions intéressantes aux chercheurs suivants et dans l'histoire de la science, une fois de plus, il a remis en question ce qui était considéré jusque-là comme une vérité.

Isaac Newton était le physicien qui a recueilli les idées jusqu'alors et a énoncé la loi de la Gravitation Universelle. On connaît bien l’histoire de la pomme qui est tombée à Newton, qui lui a fait penser à la force de la gravité [2]. Nous ne savons pas si cela s’est réellement produit ou non, mais il est vrai qu’à un moment donné, Newton s’est demandé « Pourquoi cet objet sera-t-il tombé sur le sol ? » Poussé par la curiosité, la connaissance et probablement l'imagination, Isaac Newton est l'un des scientifiques les plus connus de l'histoire. Selon leur théorie, les deux particules matérielles interagissent entre elles par une force proportionnelle au produit de leurs masses et inversement proportionnelle au carré de leur distance. Cette théorie coïncide avec celle constatée expérimentalement par Galileo et explique que la Terre tourne autour du Soleil.

Il semble que nous sommes face à une théorie solide qui explique ce qui se passe autour de nous, mais si l'histoire nous a appris quelque chose, c'est qu'il y a toujours quelque chose à améliorer. Et oui, la théorie de Newton avait quelques lacunes. Il fonctionnait très bien sur la Terre et assez bien dans le système solaire, mais en dehors de là il semblait que l'univers ne suivait pas les lois de Newton. Et alors quoi? Alors, Albert Einstein.

Oui, c’est le physicien Albert Einstein qui, énonçant la Théorie Générale de la Relativité, a corrigé les carences de la Gravitation Universelle de Newton, en donnant une explication aux phénomènes qui se produisent dans l’Univers.

Nous aurions besoin d'un grand nombre de caractères et d'une grande capacité pour expliquer bien la théorie d'Einstein, donc nous n'y entrerons pas pour l'instant. Mais, encore une fois, Einstein a vu ce que nous voyons tous, mais en pensant ce que personne ne pensait jusqu'alors.

Sortons donc de temps en temps, en dehors de ces idées que nous considérons comme vraies. Mettons-nous en doute ce qu'ils nous ont appris et nous nous demandons pourquoi ce qui se passe dans notre environnement. Pensons autrement que c'est le chemin qui, comme le montre l'histoire, nous a conduits jusqu'à la vérité d'aujourd'hui. Et qui sait, peut-être que vous êtes le prochain révolutionnaire de la science qui est mentionné à côté de ces grands noms.

 

BIBLIOGRAPHIE:

[1] Montor, L. « Les paradoxes des cercles : une base classique dans la théorie héliocentrique de Nicolas Copernic », Académie, 2019.

[2] Hawking, S., “A brief history of time”, Bantam Press, chapter 1, 1988.

[3] Bouton, P., Lilia, M. « Le phénomène de la chute libre en Galileo », Tecné, Episteme et Didaxis (TED), n°. 18, pp. 97-106, 2005.