Six syllabes ou quinze lettres

1997/05/01 Mujika, Alfontso - Elhuyar Fundazioa Iturria: Elhuyar aldizkaria

Inaki Irazabalbeitia ancien directeur de l’UEU

Vingt-cinq ans, six syllabes ou quinze lettres. Cependant, les mathématiques, à vrai dire, nous a mis un petit piège. Les années sont vraiment vingt-quatre et les issues vingt-cinq. Donibane Lohizune 73, Euskal Herria 97. Mais est-ce important ?

À Ustaritz je suis monté sur le chariot de l'UEU en 76 et depuis lors je suis un passage habituel. La fascination pour les temps passés nous éblouit souvent. Ce n'est pas le cas, mais j'ai des souvenirs d'ambition particulière de cet été. Franco venait de mourir, n'oubliez pas. L'expérience d'Uztaritz était comme une thérapie de choc. Il m'a mis en contact avec d'autres visions et expériences de l'industrie basque. J'ai étudié à l'ikastola, j'ai vécu de près les controverses de l'euskara batua et je ne me suis pas éloigné de la vie. Mais Uztaritze était autre chose.

Je me souviens du jour où j'ai rencontré Manex Goihenetxe, alors directeur. Nous sortons du Sud dans deux voitures, quatre amis, guidés par un moi. Pour l'UEU, nous étions cachés des milliers de pesetas récoltées dans le Sud. Quelle vibration à la frontière avec Hendaia! Je ne me suis pas rassuré jusqu'à ce que j'aie donné de l'argent à Manex. J'ai trouvé un grand exploit, à mes dix-huit occasions, ce petit trafic de devises. C'était le premier contact avec l'UEU.

J'ai été impressionné par l'environnement de l'union : une communication ouverte et au même niveau entre professeurs et élèves. Même avec des noms célèbres, dans les traitements et dans les relations, on ne soulignait pas le dernier élève. Une grande différence avec l'université officielle ! Il y avait un débat ouvert, un échange d'idées et on entendait l'opinion de tous ; par exemple, la méconnaissance impertinente comme moi osait parler de la terminologie de la science en basque et m'écoutaient ! L'environnement y contribuait. Je me souviens très bien des cours de ‘Bilgune’, spécialement donnés par Txillardegi sur le langage des signes des singes (Joseph Louis, dont il mettait le personnage mythique).

Sous la direction de Luis Mari Bandrés j'ai connu plusieurs des villages et villages de Lapurdi et Basse-Navarre merveilleux dans nos invités de nuit. J'y ai rencontré beaucoup de gens qui accompagnaient ensuite l'industrie basque (vous vous souvenez de mon Tabernacle perdu ?) Et j’ai encore honte de rappeler le jour où Natxo de Philippe fut empêché de chanter sous le cri “espagnol”. (Pardonne Natxo?)

Anciens directeurs de l'UEU, principaux "dinosaures". De gauche : Martin Orbe, Kepa Altonaga, Inaki Irazabalbeitia et Baleren Bakaikoa.

Pain trempé dans la vinaigrette pour rassasier le poux de l'intestin ; spectacles de vers de Joserra Etxebarria et Patxi Goenaga dans la prairie devant Landagoien ; gens qui viennent au camping ; l'euskera doux d'Iparralde… Raisins préférés de la mémoire. L'époque était différente et l'autre était notre esprit.

J'ai passé tous les niveaux de l'UEU depuis lors et finalement, comme le dit Martin Orbe, j'ai obtenu quelque chose qui ne m'enlèverait jamais : “ex”. Un grand honneur, ne croyez pas.