La folie de la publicité réseau

2020/03/01 Leturia Azkarate, Igor - Informatikaria eta ikertzaileaElhuyar Hizkuntza eta Teknologia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Sur le réseau, chaque utilisateur peut afficher une publicité personnalisée selon ses goûts et tous gagnent : les annonceurs ont plus de chances de convertir l'annonce en achat et la rentabilité de leur investissement est augmentée, et les utilisateurs considèrent la publicité moins intrusive parce qu'elle correspond à leurs goûts et peut la considérer utile. C'est en théorie, mais est-ce vraiment le cas ?
Ed. Everything possible/Shutterstock.com

La publicité en ligne est de plus en plus importante. Selon les prospections, plus de la moitié des dépenses totales publicitaires seront effectuées en ligne en 2021. Aujourd'hui, en théorie, la publicité sur le web tend à être plus personnalisée, efficace et respectueuse à travers la méthodologie de prédiction qui prévaut actuellement: la publicité programmatique.

Et qu'est-ce que la publicité programmatique? C'est une sorte de foire virtuelle automatisée de publicité. Dans celui-ci, les médias et les sites web offrent un espace pour la publicité, et les annonceurs placent des annonces en définissant la typologie d'utilisateur et d'autres paramètres. Lorsqu'un visiteur entre dans une page du média, connaissant le profil du visiteur, les annonceurs font une enchère d'espace pour les annonces de la page et finalement il est assigné à l'annonceur qui s'adapte le mieux au profil de destination et est prêt à payer plus. Tout cela est fait par un logiciel (d'où le programmatique) et se produit en millisecondes.

Grâce à la publicité programmatique, tous les agents gagnent. D'une part, étant donné que le visiteur reçoit des annonces selon ses goûts, il peut parfois acquérir un certain intérêt. D'autre part, la plus grande probabilité de convertir ce qui est annoncé en achat fait que les annonceurs augmentent la rentabilité de l'investissement.

Il existe différents services de publicité programmatique. Google, Facebook, Alibaba, Amazon, Instagram, Twitter... sont les plus connus, les plus utilisés et ceux qui reçoivent le plus d'argent.

Pour être vrai...

Mais la publicité programmatique a de mauvaises choses, à vrai dire. Quant à la langue, il convient de souligner la problématique de l'euskera et des médias basques dans la publicité programmatique. Et il n'est pas facile de rivaliser sur ces gigantesques marchés virtuels pour les médias basques avec peu d'audience comparative, où on paie peu pour chaque annonce. Et certaines plates-formes, comme Google ou Twitter, ne prennent pas en charge la publicité en basque. Les annonces en basque ne parviennent pas aux médias basques ou au public basque, et dans les médias en basque, des annonces partent dans d'autres langues. C'est pourquoi, en septembre, le Gouvernement basque, l'ITIE et Tokikom ont lancé l'initiative Euskal PMP (Euskal Private Market Place), une plate-forme de publicité programmatique qui rassemblera les médias en basque, dans laquelle on pourra insérer des annonces en basque.

Pour obtenir plus de revenus publicitaires, les médias sont obligés d'augmenter l'audience, ce qui entraîne des pratiques et des effets nocifs: sensationnalisme, clicksame, amen-omen edo face news...

Un autre des lecteurs ou des téléspectateurs les plus faux est l'existence d'agences spécialisées en augmentant l'audience des médias, certains avec des méthodes justes, d'autres obtiennent le trafic faux par bots et malware. Une autre astuce est de “visualiser” des centaines ou des milliers d'annonces à un vrai visiteur d'une page Web sans vraiment vous déranger (avec la taille d'un pixel, d'une manière transparente, derrière d'autres images...), à savoir, le visiteur ne les voit pas vraiment. Un autre piège est de rafraîchir la page de temps en temps automatiquement. Et enfin, une autre méthode douteuse consiste à utiliser de fausses métriques pour mesurer les visites publicitaires : interpréter qu'une publicité vidéo a été vue, même si l'utilisateur a interrompu l'émission au début, afficher les publicités au bas d'un long article, etc.

Sur un site qui utilise ce genre de techniques, nous n'embaucherons jamais de publicité, non? La question est que dans la publicité programmatique tout est fait par des intermédiaires et vous ne savez pas où vos annonces apparaissent. Ainsi, il y a des études qui indiquent que les visualisations fausses des annonces peuvent osciller entre 50-80%. Cela indique l'importance d'utiliser des moyens et des moyens de confiance comme le PMP basque.

En ce qui concerne les utilisateurs, les gens ne sentent pas que les publicités en ligne que nous recevons maintenant grâce à la publicité programmatique sont plus ou moins intrusives. Et même si vous nous faites sentir cela, ce sera pour notre vie privée. Et c'est que pour recevoir des publicités adaptées à notre profil, ils ont besoin de données sur nous, et c'est là que de nombreux agents du réseau agissent, pour accumuler des informations sur nous, pour les exploiter ou les vendre à d'autres : navigateurs d'entreprises à but lucratif comme Google Chrome ou Microsoft Edge, réseaux sociaux, apps gratuites, de nombreux sites Web... De plus en plus de gens réagissent contre eux, en installant des extensions de navigateurs pour mélanger ou bloquer des trackers qui cachent la publicité ou collectent nos données de navigation.

En outre, il ya récemment une guerre contre le tracking cité ou suivi par des cookies tiers. Il commence Safari et Firefox, dans leurs dernières versions, bloque les trackers par défaut. Google a également annoncé que Chrome rejettera en deux ans les cookies tiers. À première vue, il ne semble pas logique que Google, qui vit de la publicité personnalisée, prenne des mesures qui lui rendent cette personnalisation difficile, mais cette mesure nuit plus à sa compétence. Parce que Google reçoit des informations de première main sur nous de ses outils: Android, Chrome, Maps, Search, Gmail, Youtube...

Pour tout ce qui précède, il ya de plus en plus d'endroits où vous entendez que la prochaine bulle qui va éclater sera la publicité en ligne. Et c'est que plus d'utilisateurs refusent la publicité et la perte de confidentialité et les navigateurs ne peuvent pas suivre notre histoire, moins les visites aux publicités seront affichées et ne seront pas affichées au profil d'utilisateur approprié. Mais il y a presque cinq ans que nous écoutons ce genre de prédictions et l'explosion ne se produit pas, car les conséquences seraient terribles pour tous. La plupart des médias et Google ne pouvaient pas les maintenir sans l'entrée de la publicité, et alors la seule solution pour ne pas tomber serait de payer leurs services, et il faudrait développer et diffuser des infrastructures, des techniques et des coutumes pour réaliser les micropages. Il ya des propositions intéressantes pour cela, comme le navigateur Brave. Mais je ne sais pas si les gens seraient prêts, si nous ne nous sommes pas trop habitués à ramasser tout gratuitement...