Évolution de l'orgasme féminin

2022/09/01 Irati Larrañaga Moran - EHUko Osasun Psikologia Orokorra masterreko ikaslea | Jurgi Cristobal Azkarate - EHUko Psikologia Eskolako irakaslea Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. Wikipédia (CC BY 2.0)

Historiquement, dans notre société, la sexualité féminine a été méprisée, au point de proposer que l'orgasme féminin est un sous-produit de l'orgasme masculin. Au contraire, des études de ces dernières années ont montré que l'orgasme est une partie importante de la stratégie évolutive des femmes. Avec d'autres disciplines, la psychologie évolutionniste aide à sortir de la situation d'ignorance, un phénomène fondamental chez les femmes.

Évolution de l'orgasme féminin

L'orgasme est une partie de la réponse sexuelle dans laquelle se produit une forte sensation de plaisir et un état de conscience altéré. Chez les femmes correspond à une contraction rythmique musculaire du domaine génital et chez les hommes avec éjaculation (Meston et al., 2004). Uni au dernier, l'orgasme est nécessaire pour la reproduction chez les hommes, mais pas chez les femmes. Sur la base de cette différence, Symons (1980) a suggéré que l'orgasme féminin serait un produit indirect de l'évolution de l'orgasme masculin. Selon cette hypothèse, l'orgasme féminin n'aurait aucune fonction, mais comme les femmes et les hommes sont très semblables génétiquement et ontogénétiquement, les femmes ont cette caractéristique, comme c'est le cas pour les mamelons des hommes.

Cependant, contrairement à cette hypothèse, de nombreuses preuves ont été trouvées ces dernières années que l'orgasme féminin a une fonction adaptative. Selon eux, l'orgasme maximise le succès reproductif des femmes, c'est-à-dire un phénomène de maximiser le nombre d'enfants qui atteignent l'âge adulte.

Orgasme féminin et renforcement de la coupole

Au niveau neurologique, le ruissellement dopaminé dans l'orgasme augmente considérablement avec l'activation des systèmes de récompense. Cela provoque, à court terme, le plaisir que vous ressentez dans l'orgasme et, à moyen terme, l'effet de renforcement. Ainsi, l'individu est incité à répéter le comportement sexuel et à reprendre la copulation avec la personne qui a expérimenté l'orgasme (Wheatley et Puts, 2015).

Bien que certaines études aient montré que les femmes ont tendance à éprouver l'orgasme à cause des rapports sexuels moins que les hommes (Garcia et al., 2014), d'autres recherches ont montré que l'expérience subjective de l'orgasme est très similaire chez les hommes et les femmes (Vance et Wgner, 1976) et que, de plus, les femmes ont plus de chances d'avoir des orgasmes multiples (Masters et Johnson, 1966). Cela montre, comme on l'a dit pour les hommes, que chez les femmes aussi, l'orgasme évoluerait en tant que mécanisme de motivation et augmenterait la probabilité de fécondation à moyen terme.

Orgasme féminin et fécondation

Différences d'une espèce à l'autre dans l'ovulation par l'effet du milieu (ex. qui se produit à une époque particulière de l'année), peut être due à l'action du mâle (à travers la coupole) ou être spontanée. Pour les espèces ovulées par mâle, l'ovulation se produit par l'orgasme des femelles, auquel cas il existe un lien direct entre l'orgasme et la fécondation.

Chez l’homme, l’ovulation est spontanée et évoluée depuis l’ovulation induite par le mâle (Pavlicev et Wagner, 2016). Cependant, bien que dans notre espèce l'orgasme ait perdu la capacité d'induire l'ovulation, d'autres changements physiologiques et physiques associés à ce type d'orgasme ancien ont été maintenus qui affectent la probabilité de fécondation.

Ainsi, dans l'orgasme, l'hormone oxytocine est sécrétée. Cela, en plus d'encourager l'attachement émotionnel au couple sexuel (Levin, 2014), provoque, comme dans l'accouchement, des contractions musculaires des parois vaginales et utérines. Les contractions vaginales excitent d'une part l'éjaculation masculine et, d'autre part, facilitent l'entrée plus rapide des spermatozoïdes au col de l'utérus, soit directement (Levin, 2002), soit parce qu'elles investissent la pression utérine de l'extérieur vers l'intérieur (Wildt et al., 1998; Lloyd, 2005). En plus de l'oxytocine, la prolactine est sécrétée dans l'orgasme, ce qui facilite l'entrée de spermatozoïdes dans l'utérus, tout en activant et activant des spermatozoïdes (Meston et al., 2004).

Par conséquent, l'orgasme féminin, bien qu'il ne produise pas la sécrétion de cellules sexuelles comme dans l'orgasme masculin, a un certain nombre d'effets qui facilitent la conception, qui, avec l'effet motivant mentionné ci-dessus, souligne la fonction adaptative de ce phénomène.

L’Origine du monde (l’origine du monde). Ed. Gustave Courbet. Musée Orsay, Paris.

Orgasme féminin, sélection et rétention de couple

Les différences entre hommes et femmes dans la biologie de la reproduction sont notables, ce qui a un impact direct sur les stratégies visant à maximiser le succès reproducteur de chaque sexe. Les hommes produisent des milliers de spermatozoïdes par jour, tandis que les femmes produisent un seul ovule, ou plusieurs, tous les 28 jours environ. Par ailleurs, en raison de la ménopause, la fécondité des femmes est plus limitée que celle des hommes, et il faut ajouter que les femmes ne peuvent plus féconder pendant les neuf mois de grossesse et d'allaitement. Il serait donc possible qu'un homme ait des centaines de filles et de fils, mais cela est impossible pour les femmes.

Ainsi, le facteur le plus important qui limitera le succès reproducteur des hommes sera l'accessibilité sexuelle, alors que chez les femmes la survie des filles sera plus grande. Si nous ajoutons à cela que, dans la croissance des filles, l’investissement féminin est très élevé (Pillswoth et Haselton, 2006) et que des risques pour la santé liés à la grossesse et à l’accouchement peuvent apparaître, il est facile de comprendre que le choix et l’adhésion d’un couple « mauvais » ont des effets plus graves sur les femmes, de sorte que les femmes doivent être plus strictes que les hommes lors du choix du couple.

Bien que la fonction initiale de l'orgasme féminin ait été de promouvoir la fécondation, dans ce contexte, il existe plusieurs preuves que la sélection naturelle a favorisé un processus secondaire d'adaptation de ce phénomène et qu'elle a développé de nouvelles fonctions liées à la sélection du couple et à la fixation (Gallup et al., 2018; Whatley et Puts, 2015).

Il semble donc que l'orgasme féminin est lié aux caractéristiques des couples sexuels. Par exemple, on a vu que les femmes reconnaissent avoir plus d'orgasmes si leurs partenaires sexuels masculins sont plus symétriques (Thornhill, Gangestad, & Come, 1995), plus attrayants (Puts et al., 2012; Shackelford et al., 2000), physiquement plus masculins (Puts, Dawood, & Welling, 2012) et génétiquement plus combinés au niveau de l'histocompatibilité complexe centrale (Garver-Apgar et al., 2006) Ces caractéristiques ont été liées à la santé, à la fertilité et aux bons gènes en général des hommes. Il convient toutefois de noter que cela n'a été observé que dans l'orgasme coital, qui est obtenu sans pénétration peno-vaginale, n'influence pas ces signes de couple. D'autre part, dans des espèces comme la nôtre, où la croissance de la descendance nécessite un investissement important, la qualité du couple ne se limite pas aux gènes bénéfiques, mais peut également être mesurée en fonction de la disponibilité et de la capacité de s'engager avec le soin et la croissance des filles. A cet égard, Gallup et al. (2014) ont constaté que la fréquence et l’intensité des orgasmes féminins étaient liées positivement à la sécurité personnelle des couples et au revenu familial. Et d'autres études affirment que l'intensité des orgasmes des femmes est directement liée à leur satisfaction et à leur intimité émotionnelle avec leur partenaire (Ellsworth et Bailey, 2013; King et al., 2011). D'une manière plus générale, on a constaté que la satisfaction sexuelle des femmes est liée à l'amour de leurs partenaires et au soutien qu'ils offrent (Gallup et al., 2014). Cette dernière idée explique peut-être pourquoi les femmes obtiennent l'orgasme plus facilement en masquant ou en ayant du sexe avec d'autres femmes.

Ensemble, ces preuves suggèrent que pour les femmes l'orgasme peut être un indicateur de la bonne qualité des couples. Si nous ajoutons à cela l'effet de renforcement de l'orgasme et l'effet facilitateur de la grossesse, nous constatons que l'orgasme féminin favorise la grossesse avec des hommes de meilleure qualité et donc le succès reproducteur des femmes. Cet effet est augmenté par les effets de rétention de l'hormone oxytocine qui se sécrète dans l'orgasme.

Oxytocine favorise la communication positive, l'affiliation et le soutien émotionnel entre les personnes, en réduisant la relation mère/enfant, mais aussi la relation en couple (Gangestad et Brege, 2017; Gallup, Towne, et Stolz, 2018). Par conséquent, l'orgasme contribue à développer la proximité émotionnelle avec le couple, qui, comme nous l'avons vu précédemment, augmente la probabilité d'avoir des orgasmes avec ce couple à court terme et, à moyen terme, augmente la motivation pour répéter les relations sexuelles.

En outre, les effets adaptatifs de l'orgasme féminin ne se limitent pas au sexe hétérosexuel. Dans ce sens, dans nos parents évolutionnaires les plus proches, les bonobos (Pan paniscus), les comportements homosexuels sont fréquents chez les femelles. En outre, il a été constaté que la sécrétion d'oxytocine que produisent les orgasmes liés à ces relations augmente la coopération entre partenaires sexuels (Moscovice et al., 2019), ce qui est lié positivement au succès reproductif, chez les primates, chez les femelles, par la durée des filles de la patrie (Silk et al., 2009. Tout cela est clair, non seulement en ce qui concerne l'évolution de l'orgasme féminin, mais aussi de l'homosexualité féminine.

Enfin, il se pose que l’orgasme féminin agit comme « acte qui influence le comportement du prochain » (Wheatley et Puts, 2015). En faveur de cette idée, Ellswoth et Bailey (2013) ont constaté que l'intensité de l'expression externe de l'orgasme de la femme (les incises, les expressions corporelles) prédit positivement la satisfaction de l'homme dans la relation et la motivation pour y investir.

En résumé, l'orgasme féminin, loin d'être un sous-produit de l'orgasme masculin, est un mécanisme évolutif visant à maximiser le succès reproducteur des femmes, donnant ainsi forme à l'évolution de notre espèce. Cela est réalisé par des processus supplémentaires tels que l'association plus sélective de couples avec de meilleurs gènes et avec un potentiel d'investissement dans les filles de la paie, l'augmentation de la probabilité de succession et la coopération des membres du sexe.

 

BIBLIOGRAPHIE

Ellsworth, R. M. et Bailey, D. H. (2013). Human female orgasm as evolved signal: A test of two hypotheses. Archives of Sexual Behavior, 42(8), 1545–1554.

https://doi.org/10.1007/s10508-013-0152-7

Gangestad, S. W. et Grebe, N. M. (2017). Hormonal systems, human social bonding, and affiliation. Hormones and Behavior, 91, 122–135.

https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2016.08.005

Gallup, G., Towne, J. P. et Stolz, J. A. (2018). An development perspective on orgasm. Evoltionary Behavioral Sciences, 12(1), 52–69. https://doi.org/10.1037/ebs00104

Garcia, J. R. Lloyd, E. A. Wallen, K. et Fisher, H. R. (2014). Variation in orgasm occurrence by sexual orientation in a sample of U.S. singles. The Journal of Sexual

Garver-Apgar C. E. Gangestad S. W. Thornhill R. Miller R. D. et Olp J. J. (2006) Major histocompatibility complex alleles, sexual responsivity, and unfaithfulness in romantic couples. Psychological Science, 17(10), 830–835.

https://doi.org/10.1111/j.1467-9280.2006.01789.x

King, R., Belsky, J., Mah, K. et Binik, Y. (2011). Are there different types of female orgasm? Archives of Sexual Behavior, 40(5), 865–875.

https://doi.org/10.1007/s10508-010-9639-7

Levin, R. J. (2002). The physiology of sexual arousal in the human female: A recreational and procreational synthesis. Archives of Sexual Behavior, 31(5), 405–411.

https://doi.org/10.1023/A:1019836007416

Levin, R. J. (2014). The pharmacology of the human female orgasm - Its biological and physiological backgrounds. Pharmacology, Biochemistry and Behavior, 121, 62–70.

https://doi.org/10.1016/j.pbb.2014.02.010

Masters, W. H. et Johnson, V. (1966). Human sexuala response. Boston: Little

Meston, C. M, Levin, R. J. Sipski, M. L. Hull, E. M. et Heiman, J. R. (2004). Women’s orgasm. Annual Review of Sex Research, 173–257.

Moscovice, L. R. Surbeck, M., Fruth, B. Hohmann, G., Jaeggi, A. V et Deschner, T. (2019). The cooperative sex: Sex interactions among female bonobos are linked to increases in oxytocin, proximity and coalitions. Hormones and Behavior, 116. https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2019.104581

Pavlicev, M. et Wagner, G. (2016). The evoltionary origin of female orgasm. Journal of Experimental Zoology, 326(6), 326–337. https://doi.org/10.1002/jez.b.22690

Pillsworth, E. G. et Haselton, M. P. (2006). Femmes’s sex strategies: The evolution of long-term bonds and extrapair sex. Annual Review of Sex Research, 17, 59–100.

https://doi.org/10.1080/10532528.2006.10559837

Puts, D. A. Dawood, K. et Welling, L. L. M. (2012). Why women have orgasms: An evolution analysis. Archives of Sexual Behavior, 41(5), 1127–1143.

https://doi.org/10.1007/s10508-012-9967-x

Puts, D. A. Welling, L. L. M, Burriss, R. P. et Dawood, K. (2012-b). Chez les hommes masculinity and attractiveness predict their female partners’ reported orgasm frequency and timing. Evolution and Human Behavior, 33(1), 1–9.

https://doi.org/10.1016/j.evolhumbehav.2011.03.003

Shackelford, T. C. Weekes-Shackelford, V. A. LeBlanc, G. J. Bleske, A. L. Euler, H. A. et Hoier, S. (2000). Female coital orgasm and male attractiveness. Human Nature, 11, 299–306

Silk, J. B. Beehner, J. C. Bergman, T. J. Crockford, C., Engh, A. L. Moscovice, L. R. Witting, R. M, Seyfarth, R. M. et Cheney, D. L. (2009). The benefits of socil capital: close social bonds among female baboons enfait offspring survival. PRoceedings. Biological sciences / The Royal Society. 276, 2099-3104.

Symons, D. (1980). Precis of: The evolution of human sexuality. The Behavioral and Brain Sciences, 3, 171–214.

Thornhill, R., Gangestad, S. W. et Manger, R. (1995). Human female orgasm and mate fluctuating asymmetry. Animal Behavior, 50, 1601–1615.

https://doi.org/10.1007/2017387-28039-4_15

Vance, E. B. et Wagner, N. N. (1976). Written descriptions of orgasm: A study of sex differences. Archives of Sexual Behavior, 5(1), 87–98.

https://doi.org/10.1007/BF01542242

Wheatley, J. R. et Puts, D. A. (2015). Evolution science of female orgasm. In T. C. Shackelford & R. D. Hansen (Ed. ), The Evolution of Sexuality, 123–148. Springer Internation Publishing. https://doi.org/10.1007/ 20173-319-09384-0

Wildt, L., Kissler, S., Licht, P. et Becau,W. (1998). Sperm transport in the human female génital tract and its modulation by oxytocin as assessed by hysterosalpingoscintigraphy, hysterotonography, electrohysterography and Doppler sonography. Human Reproduction Update, 4, 655–666.