Andrea Cabezas Rodríguez Erizain ikertzailea

"Auparavant, on travaillait dans une perspective biomédicale, on n'étudiait pas le milieu social"

2021/07/02 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. Andrea Têtes González

Il y a des gens qui ont clairement ce qu'ils veulent apprendre et ce qu'ils veulent travailler dès leur plus jeune âge; Andrea Têtes Rodriguez, qui n'était pas d'eux: je n'imaginais pas qu'il étudierait l'infirmerie et, encore moins, qu'il serait chercheur. Cependant, il a abordé les opportunités qui lui sont apparues sur le chemin et il poursuit actuellement sa thèse sur les inégalités de genre dans la santé mentale.

Pour cela, à la fin du baccalauréat, il a décidé d'étudier l'infirmerie. « J’ai toujours aimé la biologie et la santé, et à la fin je me suis décanté pour l’infirmerie. J’ai beaucoup aimé les études et avant de faire la thèse, j’ai eu l’occasion de travailler à Osakidetza, et cela m’a aussi beaucoup plu.»

Dans la deuxième année de travail commence le Master en santé publique, où l'inégalité sociale se concentre sur la santé: “Dans les études de soins infirmiers, le sujet est mentionné, mais il est généralement axé sur l'aspect clinique. Cela change maintenant, mais à mon époque, on travaillait surtout avec une approche biomédicale, et on n’étudiait pas tant l’environnement social que comment influencent les conditionnements sociaux dans la santé ».

Ainsi, pour la fin du master, il a décidé de réaliser un travail sur l'impact des inégalités sociales sur la santé des enfants. “Maintenant, dans l'équipe de recherche OPIK, je l'ai fait avec ma compagne, Yolanda González Rábago. Par hasard, ils m'ont proposé de faire la thèse et, bien que je n'avais pas l'intention de le faire, j'ai trouvé une option attrayante. Après tout, la pratique clinique sera toujours là, mais je n'aurais peut-être jamais eu plus de chance de faire une thèse. Alors j’avançai.»

En fait, il pensait enquêter sur l'impact des inégalités sociales sur les personnes âgées, mais il n'a pas obtenu de financement pour cela. Au contraire, un projet de recherche sur les inégalités entre les sexes en matière de santé mentale a été lancé, avec l'opportunité d'agir. Il lui a semblé très intéressant, il s'est donc montré affirmatif et va maintenant réaliser sa thèse dans ce domaine.

Travail en équipe enrichissant

Comme il s'agit d'un sujet qui travaille en groupe, il collabore avec d'autres collègues à la réalisation de la thèse, ce qui satisfait beaucoup: « On dit souvent que faire la thèse est très solitaire. Même ceux qui sont dans un groupe, travaillent plusieurs fois. Mais dans notre cas, ce n'est pas le cas. Bien que chacun ait son thème, nous travaillons ensemble. De plus, nous sommes multidisciplinaires: il y a des sociologues, il y a des médecins… C’est donc très enrichissant et les résultats obtenus sont plus complets.»

Il reconnaît que lorsqu'il est entré dans l'infirmerie, il n'imagine pas à quel point les conditionnements sociaux et les circonstances vitales affectent la santé. Ni qu'il fût chercheur ! « Maintenant, je suis vraiment satisfait. Et je n’ai jamais imaginé être professeur, et j’ai déjà eu envie de donner un séminaire, et cela m’a aussi plu.» Par conséquent, je voudrais continuer à y travailler.

Enfin, il a mentionné une caractéristique de son équipe de travail : tous ses membres, sauf un, sont des femmes. « Je pense que cela influence notre façon de travailler. D’autre part, il est significatif que les femmes s’inquiètent de ce type de questions.» Il laisse donc le thème de la réflexion.


 
Andrea Têtes Rodríguez

Il est né à Abanto-Zierbena en 1993. Après avoir obtenu son diplôme en soins infirmiers, il a obtenu un master en santé publique. Une thèse de doctorat sur les inégalités entre les sexes en matière de santé mentale est actuellement en cours au sein du Groupe de recherche sur les conditionnements sociaux et le changement démographique en matière de santé (OPIK).