Le changement climatique et les inégalités sociales, axes de la conférence épidémiologique espagnole

2022/08/30 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Le thème central du colloque a été le changement climatique dans la santé. - Ed. DÁRSENA

 

L'Assemblée annuelle de l'Association espagnole d'épidémiologie, organisée par l'Université du Pays basque, se tiendra d'aujourd'hui au 2 septembre à Donostia. 'XXI. Les défis du XXIe siècle : l’environnement, le changement climatique et les inégalités sociales » est la devise de la conférence de cette année, dont le titre a été le colloque ouvert d’introduction. La conférence, présidée par Aitana Lertxundi Manterola, secrétaire du congrès, a compté sur Elisa Sainz de Murieta Zugadi, Dorleta Orue-Echevarria, Cristina Linares Gil et Jesús Ibarluzea Maurolagoitia.

Lertxundi explique que l’objectif du colloque est de transmettre à la société l’importance des thèmes repris par le slogan. Elisa Sainz de Murieta Zugadi a été le premier rapporteur. L’étude de l’impact de l’urgence météorologique sur l’UPV et le BC3 met d’abord en évidence le changement climatique : augmentation des températures au cours des dernières décennies, niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère depuis 800 000 ans…

L'évolution du climat dans la santé est l'un des thèmes du congrès épidémiologique. Outre les vagues de chaleur de cet été, il mentionne les incendies, les sécheresses, les inondations et l'élévation du niveau de la mer.

De plus, il rappelle que nous vivons dans un lieu privilégié, par exemple, au Pakistan, il y a maintenant des inondations qui touchent des millions de personnes. C'est précisément ces pays que le changement climatique a les conséquences les plus néfastes, qui contribuent le moins au changement.

Outre l'impact sur les écosystèmes, il souligne les conséquences économiques. A cet égard, ils deviendront les plus défavorisés.

Terminez avec le message: « Nous n’avons pas d’autre planète, et nous sommes encore à temps de modérer les effets du changement climatique, notamment en changeant nos systèmes de production, de mouvement et d’alimentation en énergie. »

Crise climatique, crise sanitaire

Cristina Linares Gil (Unité de référence sur le changement climatique, la santé et l’environnement urbain de l’Institut de santé Carlos III) intervient ensuite sur l’impact du changement climatique sur la santé. Tout d'abord, il souligne que l'urgence météorologique favorise la propagation des maladies plutôt que l'apparition de nouvelles maladies. Les maladies transmises par les moustiques et les tiques, telles que la cizika ou la fièvre du Nil, en sont un bon exemple.

En outre, les phénomènes météorologiques extrêmes sont interdépendants et certains renforcent les autres. Les conséquences sont donc encore plus fortes. Il note également que, outre les dommages qu’ils causent à la santé physique, il faut tenir compte de leurs effets sur la santé mentale, tels que la dépression, l’anxiété, le stress post-traumatique… Par exemple, les incendies et les sécheresses détruisent la vie des agriculteurs et les problèmes économiques et la perte de moyens de subsistance favorisent l’apparition de troubles mentaux.

Il mentionne également les bouffées de 2022. Par rapport à ces dernières années, l'été a été la période la plus meurtrière liée à la chaleur, mais elle entraîne en outre une aggravation des maladies chroniques, des maladies cardiovasculaires aux problèmes psychiatriques. Il rappelle également les effets de la pollution atmosphérique : allergies, cancers, aggravation des maladies chroniques, diminution du développement cognitif…

Enfin, comme Sainz de Murieta, Linares a également tenu compte des inégalités sociales, notamment des risques pour les femmes et les filles, ainsi que pour les migrants.

Villes et scénarios d'avenir

Ensuite, Jésus Ibarluzea Maurolagoitia (Biodonostia, CYBERESP) expose dans son intervention les conséquences pour la santé des villes. Il souligne l'importance de la perception des risques environnementaux par les citoyens, car les perceptions ont une grande force dans le comportement. La perception des citoyens est donc un sujet de santé publique.

Il a rappelé le risque que les villes soient prises en considération dans le cadre des Objectifs de développement durable des Nations Unies. En tout état de cause, des éléments favorables existent pour les villes, notamment les espaces verts et bleus. Par exemple, une augmentation de 10 % de la verdure des villes fait que la morbidité associée aux maladies psychiatriques et la réduction significative du taux de lentement.

Il finit par expliquer le suivi qu'ils font aux femmes enceintes et à leurs enfants après l'accouchement.

La dernière conférence a été organisée par Dorleta Orue-Echevarria de la Fondation Naturklima. Il commence par expliquer les scénarios d'avenir et souligne que, bien que le phénomène soit global, les impacts sont locaux. Orue-Echevarria confirme donc que les mesures d’atténuation et d’adaptation doivent également être locales.

À cet égard, le climat d’ici 2050 rappelle la stratégie basque du changement climatique et explique le travail qu’ils accomplissent dans la nature : surveillance, analyse et conseil d’indicateurs et de mesures. L'objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80 % d'ici à 2050 par rapport au niveau de 2005. Par ailleurs, il présente le fonds de vente volontaire.

L'analyse des mesures d'atténuation et d'adaptation du climat. Un réseau d'infrastructures vertes a été conçu pour lutter contre la perte de biodiversité. Les zones côtières, les zones agricoles et forestières et les noyaux de population ont également été étudiés.

Enfin, les interactions entre tous les domaines sont analysées. Par exemple, la coupure d'une route par une inondation peut empêcher l'arrivée à l'hôpital.

La tertulia se termine par l'heure des questions. Dans les prochains jours, et jusqu'au 2 septembre, les spécialistes tiendront un congrès où ils approfondiront tous ces sujets. En fait, 1100 communications ont été approuvées cette année et 840 participants sont attendus. Selon Lertxundi, le principal défi est d’apprendre les uns des autres, de continuer à améliorer et à développer ce qu’ils ont appris.