Oier Lakuntza Irigoien Kimika kuantikoan ikertzailea

"J'étais curieux d'apprendre la chimie"

2020/04/03 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

En décembre 2014, la revue Elhuyar a créé la section « En action », dans le but de recueillir les expériences des jeunes étudiantes. En fait, le système scientifique cache souvent ses contributions et pousse son abandon. Face à cela, la revue Elhuyar, avec la collaboration de la Chaire de Culture Scientifique de l'UPV, a apporté sa voix au centre. Maintenant, afin d'approfondir la perspective inclusive, le magazine a décidé d'étendre la section à d'autres qui sont cachés. Le premier exemple est Oier Lakuntza Irigoien.
Ed. Oier Lakuntza à Irigoien

Oier Lakuntza Irigoien a la vue perdue et l'ouïe diminuée. Cela ne l'a pas empêché d'être bertsolari et chercheur du CIC Energigune. Ce n'était pas un chemin facile.

Par exemple, quand il a décidé d'étudier les sciences au baccalauréat, il s'est rappelé que ceux qui l'entouraient lui ont recommandé de toucher les lettres parce qu'il leur était plus facile: « Ils me disaient que je pouvais faire quelque chose comme le journalisme ou la philologie basque. Mais j'ai toujours eu envie d'apprendre les sciences, surtout la chimie. Et je savais que si je ne me mettais pas, je resterais pour toujours.»

Il avoue que chaque fois qu'ils commençaient un nouveau sujet de la chimie, il était curieux. C'était votre désir d'apprendre la chimie et vous n'avez pas regretté. Je ne pouvais pas faire des pratiques de laboratoire: « J’étais à côté et parfois je m’ennuyais. Il essayait de comprendre les procédures et de travailler au niveau théorique, mais il ne pouvait pas expérimenter.

En outre, j'ai eu du mal à prendre des notes. En fait, le système d'écriture par ordinateur de braille n'a pas de signes de formule scientifique. Il devait donc demander des notes aux camarades de l'école et, à la maison, il recevait l'aide de ses parents pour les compléter. « C’était un excellent travail et je devais aussi lui demander d’avancer, tant pour obtenir des notes que pour expliquer aux enseignants ma situation. Certes, de la part de quelques camarades de classe, j’ai reçu une grande aide, et certains professeurs essayaient aussi beaucoup, mais de la part de l’université je n’ai pas trouvé de structure pour faire face à ces situations.»

Malgré les difficultés, il a obtenu de très bons résultats. Ainsi, à la fin de la course, il s'est demandé s'il devait y laisser sa trajectoire scientifique et a décidé de rester dans le monde de la chimie. Il savait qu'il serait impossible dans un laboratoire, mais il découvrit qu'à l'Université du Pays Basque il y avait un doctorat en chimie théorique et informatique, et il prit contact avec son chef, Jesús Ugalde Uribe-Etxebarria.

«J’ai bien reçu et j’ai décidé d’y faire mon doctorat», explique Lakuntza. Il a fait sa thèse sur l'activation du méthane et postdoctoral est allé à Tarragone, Institut catalan de recherche chimique. Mais son objectif était de revenir à Euskal Herria, et quand il a appris la possibilité du CIC Energigun, il l'a passé.

Carences et carences

En fait, bien que le CIC Energy se consacre principalement à la recherche appliquée, il existe une équipe dédiée à la chimie informatique qui a semblé être un bon endroit pour continuer à étudier: « J’ai parlé avec le chef de ce groupe, il m’a bien accueilli et quand j’ai obtenu la bourse ministérielle Juan de la Cierva, je suis allé là-bas. Depuis, je travaille là-bas.»

Bien qu'il ait réussi à progresser, ce n'était pas un terrain de chemins, il a dû faire face à une multitude d'obstacles. « Il est vrai que depuis que je suis sorti de la faculté, je n’ai pas foulé aucun laboratoire. J'ai travaillé en chimie théorique et, en ce sens, il m'a été plus facile de s'adapter. Dans tous les cas, j'ai eu du mal à passer d'être étudiant à avoir une mentalité de recherche. De la même manière, j'ai remarqué une tendance disproportionnée de la part des autres à vouloir faciliter souvent les choses. Par exemple, comme je suis aveugle, j'ai besoin de plus de temps et de dévouement que ceux qui voient pour comprendre certains aspects, et souvent ils m'ont dit que, au lieu de me consacrer à expliquer les choses, je ferais un autre. Après avoir terminé le doctorat, j’ai vu aussi une sorte de peur de quel chemin j’allais aller…», a accepté Lakuntza.

Selon lui, si la science doit être réellement intégratrice, il faudrait changer ces choses et croit qu'il conviendrait que dans les centres de recherche et les centres de travail il y ait plus de ressources et d'appuis pour répondre aux besoins spéciaux. « Il y a un grand vide et un manque. Quand je suis entré dans le groupe de chimie informatique de l'UPV, j'étais le premier aveugle qui y entrait, et il n'y avait rien prévu pour s'adapter et travailler avec les autres ».

Maintenant, le CIC Energigune enquête sur les matériaux pour stocker l'énergie. Le travail qu'il a accompli jusqu'ici est donc très différent et a été un grand défi. « Mais je pense que j’ai bien réussi », affirme-t-il. Pour l'avenir, il préfère aller à jour sans grandes prévisions: « La stabilité dans le monde de la recherche est difficile et mes limites vont me rendre encore plus difficile. Pour l'instant, j'ai un contrat pour une autre année au CIC Energigun et nous le verrons. Si, comme Pampelune, j’y trouvais quelque chose, je serais ravi.» Si vous revenez à Pampelune, vous n'abandonnez même pas le monde de la recherche, mais en attendant, vous continuerez à enquêter pour satisfaire votre curiosité.

Oier Lakuntza à Irigoien

Né à Pampelune en 1985. À 6 ans, le syndrome de Wolfram a été diagnostiqué avec une maladie neurodégénérative rare. Diplômé en chimie, aveugle et sourde, il a obtenu son doctorat en chimie théorique et informatique à l'UPV sous la direction de Jesus Ugalde Uribe-Etxeberria. Après deux ans de séjour à l'Institut catalan de recherche chimique (ICIQ), il est actuellement chercheur au CIC Energigune.