Jabier Agirre Lasarte : “Je veux être témoin que le basque a la place dont il a besoin et mérite”

2021/06/01 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Jabier Agirre Lasarte (Donostia, 1952) a reçu cette année le Prix des mérites décerné par le patronat de la Fondation Elhuyar. Ce prix vise à rendre hommage aux personnes qui se sont distinguées dans la normalisation du basque et dans la divulgation de la science et de la technologie, ce qui en vaut la peine. Il a reçu sa satisfaction et sa reconnaissance et lui a permis de rappeler le travail accompli dans ces deux domaines, la normalisation et la divulgation de la langue. Au passage, il a reconnu le rêve qu'il n'a pas encore accompli: que le basque ait le niveau du castillan en Espagne et le français en France.
400
Médecin et activiste
Qu'est-ce qui vous a le plus surpris, altéré ou fasciné depuis que vous avez commencé à travailler?

Depuis mon enfance, j'ai eu l'impression que je voulais être médecin. Chez moi, mon oncle était le médecin Jabier et j'admirais comment il vivait son travail. J'étais pédiatre, je travaillais aussi à l'hôpital, mais ce que j'aimais était le travail que je faisais à la maison. J'avais un traitement très proche avec les patients, très proche, et c'était le modèle pour moi.

J'ai donc commencé à étudier la médecine et j'ai été fasciné par la génétique. Dans la course, nous avons très peu appris ce sujet, il n'était pas encore très développé. Mais l'oncle, qui était de la génération précédente, avait aussi beaucoup d'intérêt pour la génétique. À cette époque, nous avons commencé à faire des tests génétiques de diagnostic prénatal, de ce qui se passait avec ceux qui avaient le syndrome de Down… Depuis lors, en 40 ans, le grand saut de la génétique semble mensonge. Je n'ai jamais pratiqué cette médecine de pointe, ces techniques d'édition du génome, etc. Mais je trouve incroyable l'avancement qu'il a apporté. Avec ces vaccins actuels, c'est incroyable ce que vous avez obtenu !

Que voudriez-vous être témoin de la révolution ou de la découverte ?

Comme je l'ai dit, j'ai reçu de mon oncle le désir de donner un traitement proche aux patients, et j'ai toujours essayé d'expliquer le mieux possible, non seulement aux patients, mais aussi aux autres. Dites-moi: j'ai connu parler aux médecins. Ces médecins donnaient des ordres, mais moi, et d'autres de mon environnement comme moi, nous voulions avoir un autre type de relation. Nous avons voulu être à côté du malade, pas au-dessus. Et là vient toujours l'euskera.

Au début, il n'y avait peut-être pas autant de gens pour bien parler en basque, mais quand j'ai commencé à la radio — avec un grand courage, avec deux autres amis — j'ai vu qu'il y avait des gens prêts à le faire. Alors, je m'attendais à une plus grande collaboration de la part des institutions et ce fut un grand désir de voir comment ils n'ont rien fait pour. Au contraire, ils n'ont mis que des obstacles. Il suffit de voir comment la langue a progressé dans d'autres domaines et quel peu en médecine. Imaginez que vous ne pouvez pas encore suivre les études universitaires complètes en basque.

Dans mon engagement pour l'euskera dans l'administration sanitaire, je dois mentionner l'impulsion du directeur de l'hôpital de Cruces, Iñigo Jaka Arrizabalaga. Nous avons créé l'Institut d'Euskaldunisation de la Santé, totalement volontaire, et depuis lors nous avons travaillé avec d'autres groupes, dont Elhuyar, et nous n'avons pas obtenu la moitié de ce que nous voulions. Nous demandons seulement que le basque ait la place dont il a besoin et mérite : Au sud le niveau de l'espagnol et au nord le français. Je voudrais en être témoin, mais je ne suis pas très optimiste.

Gai honi buruzko eduki gehiago

Elhuyarrek garatutako teknologia