Applications mobiles au détriment du web

2011/10/01 Leturia Azkarate, Igor - Informatikaria eta ikertzaileaElhuyar Hizkuntza eta Teknologia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Les téléphones portables et tablettes actuels permettent l'accès à Internet, mais généralement pas un navigateur comme sur les ordinateurs. Pratiquement tous les sites Web ou services Web ont développé des applications pour ces appareils mobiles, à travers lesquels on accède au contenu de ceux-ci. Cette tendance s'oppose aux standards du web et aux principes d'ouverture et de publicité et est préjudiciable au web.
Ed. © Frank Mitchell/350RF

Pensez pendant un moment à ce que vous faites normalement sur votre ordinateur de bureau ou de travail lorsque vous êtes sur Internet: vous verrez sûrement l'e-mail, dans un service Web comme Hotmail, Gmail, etc., vous accéderez à Facebook ou même à Twitter; si vous avez l'habitude de suivre des blogs ou des sites de nouvelles via RSS, vous pourrez également accéder à Google Reader, Alrefox ou un navigateur Internet Opera;

En revanche, si vous le faites à partir de votre tablette ou smartphone, vous n'ouvrirez sûrement pas votre navigateur : pour chacun de ces services web, vous aurez installé une application qui vous permettra d'accéder au contenu de ces sites.

Cette tendance à remplacer les navigateurs Internet sur les appareils mobiles par des applications pour chaque site n'est pas anecdotique : l'agence Flurry, qui effectue des analyses d'audience d'applications sur les appareils mobiles, assure qu'aux États-Unis les gens consacrent déjà plus de temps à l'utilisation d'applications mobiles qu'à la navigation à travers le navigateur, et que lorsque les appareils mobiles s'étendent autant que là, il est prévu que cette tendance à se produire.

Au détriment du web

Mais Sir Tim Berners-Lee, inventeur du web et directeur de l'organisation W3C qui marque les directives du web, a affirmé dans la revue Scientific American que cette tendance va au détriment du web pour de nombreuses raisons. L'une d'elles est que les applications utilisent souvent des protocoles de communication propriétaires et cachés plutôt que HTTP, REST, SOAP et similaires ouverts et standard. Les dommages sont multiples : d'une part, le navigateur n'est pas en mesure d'accéder à ces ressources, car le protocole est inconnu ; d'autre part, le protocole peut ne pas être suffisamment optimisé (ils ont vu que l'application officielle d'accès à Twitter génère deux fois le trafic de données que d'autres tiers) ; enfin, ce qui se passe dans cette communication n'est pas possible.

Une autre raison est que les ressources accessibles via les applications ne sont pas contraignantes, car elles ne sont pas sur le web. Ils ne pourraient pas être liés, les chercheurs ne pourraient pas non plus être indexés... Cela nous ramène au monde des « jardins clôturés », aux îles isolées, en dirigeant l’un des principaux avantages que le web apporte au pilori, le seul réseau universel d’un tas de pages référencées et reliées. Il est vrai que pour le moment ces services qui sont accessibles via l'application comprennent également la version Web, mais à l'avenir, seules les applications seraient utilisées si ces versions Web disparaissaient...

Enfin, chaque application ne fonctionne que sur une plate-forme (Apple, Android, Nokia, Blackberry…) et si l'auteur d'un site ne développe pas d'applications pour toutes les plates-formes, certains utilisateurs ne seront pas en mesure d'accéder au Web s'il n'y a pas de version Web.

Il ya des cas où les applications ont un sens. Par exemple, lorsque vous devez utiliser le matériel de l'appareil (caméra, GPS, etc. ), le faire via le web n'est pas facile, ou dans certains cas est impossible; ou lorsque les données que vous voulez consulter ne sont pas très variables (par exemple, dictionnaires), les applications permettent d'opérer sans connexion Internet. Mais lorsque les applications doivent consulter les données mises à jour en ligne...

Et, étant généralement contre-productif, pourquoi y a-t-il cette tendance ? Bien, en ce qui concerne les utilisateurs, il est logique d'utiliser les applications, car les appareils mobiles sont préparés spécifiquement pour faciliter le téléchargement et l'installation des applications. En outre, de nombreux sites Web ne sont pas prêts à les voir bien sur les appareils mobiles. Et il est dit qu'il ya des services Web qui fonctionnent plus rapidement à partir des applications que depuis le navigateur, intentionnellement propriétaire du service.

Dans le cas des prestataires de services Web, il n'est pas facile de comprendre la raison, si avant il n'était pas si facile de créer des sites de grande interaction. Cependant, aujourd'hui, grâce à des technologies standard telles que HTML5 et AJAX, vous pouvez construire des sites très interactifs adaptés aux appareils mobiles. Et une fois fait, vous pouvez accéder à partir de n'importe quel appareil sans avoir à faire une application pour chaque plate-forme. En vue de tout cela, les seules raisons possibles qui nous arrivent sont la méconnaissance (croyance difficile) ou le désir éternel de domination et de contrôle par les entreprises, plus facile à obtenir sur un Internet d'applications et d'îles isolées.

Avez-vous commencé à changer la tendance?

Ces derniers temps, cependant, il ya eu des mouvements importants dans la direction opposée à cette tendance, qui sont venus d'où on pouvait s'attendre le moins: grâce à Apple, il défend le contrôle et la fermeture (pas par sa volonté).

En raison du succès de l'iPad d'Apple, iPada est devenu le grand espoir de nombreux médias et magazines qui regardaient comment les ventes sur papier ont chuté. Avec les abonnements à l'édition numérique via les applications iPad, ils voyaient la possibilité de réactiver les entrées, leur dernière option. Mais Apple, conscient de cela, imposait des conditions très dures aux médias qui voulaient faire une application iPad pour pouvoir s'abonner à son contenu : 30% des entrées d'abonnement doivent être pour Apple ; les données des abonnés sont gérées par Apple et ne peuvent pas accéder aux médias ; si le média offre également l'abonnement via son site Web ou d'autres plateformes, son prix ne peut pas être bon marché.

Eh bien, la question est que le Financial Times n'a pas respecté ces conditions et n'a pas développé d'application pour l'iPad, mais a développé le web interactive html5 pour offrir des abonnements et du contenu. Plus tard, Amazon a également développé son site Web HTML5 pour acheter et lire des livres et des magazines en elle, étant sur l'appareil sur lequel nous sommes et sans applications, à partir du navigateur.

Face aux mouvements de ces deux grands agents, Apple a adouci ses conditions. Mais, sûrement, cette question aurait fait voir de nombreuses entreprises du web que les applications supposent une dépendance des producteurs de la plate-forme. Cela permet à HTML5 et aux standards ouverts de s'imposer et de prévaloir les principes d'ouverture et d'universalité du web.