Aitzol García-Etxarri Fisikaria

“Il a été démontré que la diversité implique une meilleure science”

2020/07/03 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. Aitzol García-Etxarri

Aitzol García Etxarri, docteur en physique, étudie en photonique au centre DIPC. À l'université, cependant, n'a pas choisi la physique, mais l'ingénierie. "Au Baccalauréat, je craignais d'être scientifique parce que cela me semblait très difficile. Le professeur de physique, mes parents et les autres me disaient qu'être chercheur était dur, pas techniquement, mais parce qu'il y avait peu de travail et d'argent dans ce domaine. En fait, je voulais étudier les mathématiques, mais j'ai été recommandé de faire de l'ingénierie. Ils apprendraient beaucoup de mathématiques et de physique, et ils auraient la chance de toucher là-bas, et que, dans le même temps, en tant qu'ingénieur pourrait faire un travail normal et obtenir de l'argent", a rappelé.

C'est ainsi qu'il commença à étudier l'ingénierie. Cependant, au cours de la dernière année, il a travaillé et réalisé qu'il ne voulait pas continuer à travailler. Au contraire, il aimait beaucoup la physique, donc quand il pouvait aller aux États-Unis pour faire le projet de fin de carrière, il n'a pas manqué: "C'était pour travailler sur la physique expérimentale, au laser et donc imaginez quelle illusion! Puis il est vrai que je n'ai pas trouvé mon site. J'ai eu l'occasion de me donner un doctorat à l'Université d'État du Colorado, mais j'ai démissionné et je suis retourné à San Sebastián".

Il est revenu auprès de "Tripei" et, à travers un ami, il a rencontré dans la rue le directeur de sa thèse: "Ainsi, on m'a ouvert une nouvelle voie pour faire mon doctorat en physique au DIPC". Et maintenant, il continue à enquêter.

Demandant que sa trajectoire se concentre sur le meilleur et le pire, il n'a pas hésité à la première chose: la meilleure expérience pour être scientifique. "Être scientifique n'est pas seulement faire de la science. C'est aussi beaucoup de voyages, congrès, postdoctoral, séjours... Et cela suppose de connaître d'autres cultures et environnements, et surtout de connaître à fond des gens superintéressants », explique García-Etxarri.

Le pire, comme pour beaucoup, est la précarité. "Je me suis déjà stabilisé à Donostia grâce à DIPC et Ikerbasque. Mais à certains moments de ma vie, je n'ai pas su si j'allais avoir du travail et du salaire le mois prochain ».

Le bénéfice de la diversité

De retour aux aspects positifs, Garcia souligne le bénéfice de la diversité des groupes de recherche: Il a été démontré que la diversité dans les groupes de travail aide à améliorer la science. Je l'ai vu aux États-Unis. J'ai fait mon successeur de doctrine à l'Université de Stanford et dès le premier moment, je me suis rendu compte que les groupes de travail ont une diversité beaucoup plus grande qu'ici, non seulement en ce qui concerne le genre, parce que cela semble très facile, du point de vue de l'orientation et l'identité sexuelle, du point de vue de la race, la culture, la religion... Et j'ai vu qu'une musulmane, par exemple, répondait autrement à un échec. Moi, par exemple, tandis que je restais abattu, il acceptait".

Il a expliqué que dans les Etats-Unis les politiques de promotion des minorités dans la science ont depuis longtemps. Ici aussi, de grands progrès sont réalisés dans le genre, en donnant l'exemple du DIPC. Le Plan d'égalité est déjà en cours et García-Etxarri sera le coordinateur en matière de diversité.

Auparavant, l'année dernière, il a organisé un événement scientifique pour célébrer le jour de la fierté. Malgré son initiative, il a été parrainé par le DIPC, CFM et Nanogune, et les gens l'ont très bien reçu: "Cette année, nous le ferons aussi, car c'est très nécessaire. Il faut offrir aux jeunes modèles et créer des environnements respectueux pour que tous se sentent acceptés ».

 

Aitzol García-Etxarri

Il est né à Pasai San Pedro en 1981. Il a étudié l'ingénierie des télécommunications à l'Université de Navarre (Tecnun). Après avoir obtenu son doctorat en nanosciences sous l'égide de Javier Aizpurua et Pedro Miguel Etxenike au DIPC et à l'UPV, il a passé quatre ans comme chercheur postdoctoral à l'Université de Stanford. En 2014, il est retourné au DIPC grâce au programme "Fellows Gipuzkoa" de la Députation Forale de Gipuzkoa. Aujourd'hui, Ikerbasque Research dirige son équipe de recherche comme fellow dans le DIPC dans le domaine de la nanophotonique.