Plantations d’eucalyptus sur la rivière Urumea

2020/05/22 Joserra Díez López - Biologian doktorea, ikertzailea eta unibertsitateko irakaslea | Ibai Olariaga Ibarguren - Biologian doktorea, ikertzailea eta unibertsitateko irakaslea | Iñaki Sanz Azkue - Biologian lizentziatua, ikertzailea eta unibertsitateko irakaslea Iturria: Elhuyar aldizkaria

Plantation d'eucalyptus dans la vallée de l'Urumea. Ed. Iñaki Sanz Azkue

Par cet écrit, en coïncidant avec la célébration de la Journée internationale de la biodiversité, nous voulons exprimer notre préoccupation et notre inquiétude au cours des dernières années et surtout devant les plantations d'eucalyptus qui se déroulent dans la vallée de l'Urumea ces derniers mois, avec l'autorisation des institutions publiques. Les plantations d'eucalyptus dans certaines vallées de l'Urumea limitrophes de la Navarre (Ruisseau d'Usoko, Kartola ou Vallée d'Olaberri, Sagarreta…) sont de plus en plus abondantes (selon les informations obtenues dans la presse de 300 ha), ce qui, comme l'indiquent diverses études, peut générer des impacts irrécupérables sur la biodiversité locale, les différents écosystèmes de la vallée, la flore et la faune

Comme le démontrent les études menées depuis 2007 par les signataires du présent écrit, ce sont des vallées d'une grande importance du point de vue de la biodiversité [1] qui ont reçu des plantations d'eucalyptus. La lithologie, la localisation et l'accidentalité des vallées créent des conditions spéciales qui en font la résidence de nombreuses espèces menacées. A noter, par exemple, la présence de 112 noyaux de 6 plantes menacées qui sont représentés dans le travail que nous publions en 2013 [2]. Parmi eux se trouvent les populations de Soldanella villosa, seulement localisable dans le monde entier dans les environs d'Euskal Herria, et les populations de fougères paléotropicales protégées Hymenophyllum tunbrigense, Vandenboschia speciosa et Dryopteris aemula. Il s'agit d'une sorte de Veratrum album de distribution isolée et d'exemplaires de Prunus lusitanica d'origine paléotropicale en danger d'extinction.

Ruisseau Kartola. Ed. Iñaki Sanz Azkue

Comme indiqué dans l'étude, en outre, ces vallées sont très importantes pour la conservation des espèces mentionnées. En effet, plus de 30% de la surface de distribution de H. tunbrigense, S. villosa et V. speciosa, connue dans le Pays Basque jusqu'en 2013, se trouvait dans ces vallées de l'Urumea. Ainsi, dans le cas de la V. speciosa, par exemple, depuis 2012 les noyaux locaux font partie d'une étude sur la génétique des populations à l'échelle européenne et les vallées peuvent être refuge de l'espèce face au changement climatique [3]. À leur tour, la plupart des populations de plantes menacées se trouvent en dehors des espaces protégés, comme les parcs naturels ou les zones de conservation spéciale, et comme nous le faisions déjà dans l'étude réalisée, certains types d'exploitations forestières peuvent constituer un risque pour la survie de ces plantes protégées [2].

D'un point de vue mycologique et licénologique, certaines espèces singulières trouvées sont remarquables. Beaucoup d'entre elles menacées: Lobaria pulmonaire, Lobaria virens, Thelotrema lepadinum, Sticta canariensis, Sticta limbata, Nephroma parile, Piptoporus quercinus (catalogué comme vulnérable dans l'UICN).

En plus de tous, la présence d'espèces de faune protégées est remarquable. L'étude herpétologique menée sur 10 ans [4] comprend 15 espèces dont 7 bénéficient d'une protection au niveau européen. Cependant, les enquêtes menées par Aranzadi Z.E. Des spécimens autochtones ont montré que les plantations d'eucalyptus ont une incidence directe sur leur santé et leur survie [5].En plus de l'herpetofauna, il convient de noter que la gestion du vison européen en danger d'extinction (Mustela lutreola) et le desman pyrénéen (Galemys pyrenaicus), dont le degré de conservation devrait être inclus dans le plan de forme, donc dans la gestion de la gestion.

En l'absence d'autres recherches, les données mentionnées ne sont que le résultat des études réalisées à ce jour. Compte tenu de la potentialité des vallées, cependant, il est prévu qu'elles puissent également être la résidence d'autres espèces protégées. De même, les emplacements des vallées agissent comme des couloirs naturels des zones de conservation spéciale de Leitzaran, Urumea et Aiako Harria, protégées au niveau européen, permettant leur connectivité.

Compte tenu de toutes ces caractéristiques, et compte tenu de la gestion forestière en cours, les soussignés, nous demandons:

- Éviter de nouvelles plantations d’eucalyptus dans la vallée de l’Urumea.

- Création de couloirs naturels entre les plantations d’eucalyptus déjà réalisées.

- Entretien ou restauration de la forêt autochtone à une distance de 100 mètres du ruisseau dans les zones où des plantations ont été réalisées, comme indiqué les plans de gestion du vison et du desman.

- Plan forestier structuré et ordonné au niveau du bassin, en tenant compte de la conservation des écosystèmes et des espèces autochtones.

- Suivi des régates et espèces protégées autochtones, promouvant la recherche pour mesurer l’impact sur la biodiversité des plantations réalisées.

- Réalisation de mesures strictes et suivi des travaux sylvicoles à effectuer.

- Doter ces vallées d'un degré plus élevé de protection, en les transformant en réseaux de microreservas, parcs naturels et ZEC précédemment soulevées.

- Coordination entre institutions et chercheurs.

Olariaga, sur la rivière Kartola, collecte des données. Ed. Olariaga, collecte de données.

La gestion de ces vallées, outre la biodiversité et le paysage, concerne directement la conservation de l'eau et du sol, ainsi que la gestion du risque d'inondation. Les conséquences du changement climatique seront encore plus graves dans la mesure où prédominent les plantations à croissance rapide. En outre, la fréquence des inondations et les dommages causés dans le bassin de l'Urumea augmentent au cours des dernières décennies. Le déboisement, la couture des pentes par pistes, le mouvement des terres et le compactage du sol sont certainement des dommages irréparables.

Malgré l'existence de lois et de normes, nous considérons qu'elles ne suffisent pas à protéger notre patrimoine. La longue histoire de ces vallées n'explique pas leur fragilité. Ni contextes économiques: Le Pays basque est parmi les huit pays de l'UE avec un PIB par habitant plus élevé. Ne serons-nous pas en mesure de préserver la biodiversité et l'identité de ces espaces ?

Dans ce contexte, il est vital de maintenir en bon état de conservation la Source et ses artères. De plus, en ces temps où toutes les études montrent que la conservation de la biodiversité est intimement liée à notre santé et à l'héritage que nous laisserons aux générations à venir. Nous considérons que la pandémie par COVID-19 est la meilleure option pour la réflexion.

Pour tout cela, nous appelons à mettre en place dès que possible des projets réels de conservation de l'Urumea. La conservation des canaux et de la végétation du rivage est une mesure de vie ou de mort pour les espèces menacées comme pour nous, c'est pourquoi il est une priorité d'acheter des terrains, de conserver des terrains ou de restaurer des ruisseaux entourés de plantations. C'est notre défi et pour ce projet nous demandons l'adhésion de différentes entités, associations et personnes.

 

[1] Sanz-Azkue, I., Olariaga, I. Jour, J. 2007 Analyse du patrimoine naturel de Hernani. Hôtel de ville de Hernani.

[2] Sanz_Azkue, I., Díez-López J.R. et Olariaga-Ibarguren, I (2013). Inventory and mapping of red-listed vascular flora in Hernani municipality (Gipuzkoa, Basque Country). Munibe (sciences naturelles - sciences naturelles), (60), 7-38.

[3] Felipe-Diaz, A., Olariaga, I. Sanz-Azkue, I. 2012. Analyse de la distribution géographique potentielle de fougère de Trichomanes speciosum dans Hernani et bassin de l'Urumea. Hôtel de ville de Hernani.

[4] Sanz-Azkue, I. Alkorta, E. 2017 Amphibiens et reptiles de Hernani et Inugurueta. Société des Sciences Aranzadi. ISBN 978-84-945560-6-7

[5] Sanz-Azkue, I. 2018. Le cas du triton palmé. L'eucalyptus et le pin sont-ils nuisibles aux amphibiens ? 04-03-2018. Hebdomadaire ARGIA. 2589 unités.