Les prévisions météorologiques courent la moitié

1988/08/01 Otaolaurretxi, Jon Iturria: Elhuyar aldizkaria

Plus d'une fois, il est arrivé que les météorologues annoncent le beau temps pour le week-end et doivent rentrer à la maison trempés après être allés à la direction. Quand personne ne s'attend à des inondations, il n'est pas surprenant, etc. La prévision météorologique, donc, corrompt la moitié. Mais pourquoi les météorologues échouent-ils ? Pourquoi ils se tronquent?
Boîtes de météorologistes.

La vérité est que la météorologie n'est pas la science exacte. Ainsi les experts eux-mêmes le reconnaissent, qui comprennent indirectement le mot probabilité dans leurs prédictions. Et pour cela, ils ont une raison fondamentale: la complexité des phénomènes.

L'atmosphère est une machine thermique géante à laquelle le météorologue demande d'indiquer avec précision quelle sera son évolution à un moment et à un lieu déterminés.

Mais sur cette machine il y a différents aspects. Si, dans l'environnement équatorial, il existe, par exemple, des régimes de vent, il y aura longtemps des situations météorologiques stables, mais dans le territoire où nous vivons le temps est beaucoup plus instable; il peut varier en quelques heures.

La pluie est un phénomène facile à expliquer. En simplifiant le problème, il y a deux types d'air : le froid et la chaleur. L'air chaud peut contenir plus de vapeur d'eau que le froid. Un mètre cube d'air à une température déterminée et fixe peut contenir une quantité maximale de vapeur d'eau. On dit que l'air est saturé quand il a cette quantité maximale.

Si la température de l'air chaud saturé descend, l'eau existante ne peut pas rester en état vapeur (l'air n'admet pas tout) et se condense en nombreuses gouttes fines. Ainsi se forment le brouillard (près du sol) et le nuage (en haut). Si la température baisse plus, les gouttes fines sont recueillies formant plus grandes et faisant la pluie. Quand la température est plus froide, les gouttelettes fines peuvent se solidifier en devenant neige.

Pour réaliser des prévisions météorologiques, il est essentiel de savoir par où circuleront les masses d'air froid et chaud. L'annonceur veut savoir où se concentreront l'air chaud et le froid. Dans cet endroit, l'air chaud humide refroidit provoquant des nuages ou peut-être de la pluie.

Le nuage peut également être formé d'une autre manière, par exemple, parce que l'air chaud refroidit quand il monte de bas en haut.

Dans tous les cas, la pression est très importante pour le déplacement de l'air. La pression dépendra de l'endroit où vont les masses d'air. L'endroit où la pression est élevée est appelée anticyclone et l'endroit où elle est basse est appelée dépression.

Il semble que les masses d'air devraient aller de l'endroit où il y a beaucoup de pression au plus bas, mais cela n'est vrai que dans l'environnement de l'équateur. Une autre chose se produit sur notre territoire. Et c'est qu'en tenant compte du tournant de la Terre, une autre force agit aussi: Forces de Coriolis.

Ces deux forces font que l'air se déplace dans la direction des lignes de pression égale. Dans l'hémisphère nord l'air se déplace autour des dépressions dans le sens inverse des aiguilles de l'horloge et dans l'hémisphère sud se comporte d'un côté à l'autre.

La dépression centrale en Grande-Bretagne signifie normalement: L'arrivée d'air humide par la partie atlantique et le risque de pluie. Le lieu où il pleut est généralement entre la dépression et le vieux, où la pression atmosphérique change rapidement. Ainsi, si l'on observe une diminution de la pression dans le baromètre (accompagnée de dépression), il y a un risque de mauvais temps.

Zone Valencienne. Conséquences d'une tempête imprévue.

Les météorologues, au moment de réaliser leurs prédictions, ne saisissent pas l'atmosphère dans son intégralité comme c'est la réalité. L'atmosphère elle-même est très complexe. Les météorologues utilisent un modèle d'atmosphère simplifié. Son objectif est de connaître l'état et l'évolution des anticyclones et des dépressions à travers les calculs réalisés dans ce modèle.

Ils collectent des données du monde entier (parfois incorrectes) et en les appliquant au modèle simplifié, ils effectuent des calculs très longs et compliqués. Seulement une dizaine de centres dans le monde seront en mesure de réaliser ces calculs.

Avec les résultats de ces centres en main, le météorologue local effectue ses propres fuites pour les annoncer à la radio, au journal ou à la télévision.

Les résultats dans les centres ne sont pas exacts. Les modèles mathématiques calculés offrent des descriptions avec de grandes lacunes que le météorologue de chaque lieu doit interpréter avec son expérience.

Aujourd'hui, les météorologues ne peuvent pas fonctionner à petite échelle. Dans l'après-midi, ils parleront par exemple d'une tempête, mais pas à quel point et à quelle heure concrète. D'une part, le résultat donné par les modèles mathématiques doit être cohérent avec la réalité et, d'autre part, la prédiction à petite échelle (par exemple, pour un pays donné) ne doit pas échouer.

Dans le modèle simplifié utilisé par les météorologues, l'atmosphère est divisée en boîtes ou cubes. A l'intérieur de chacune de ces boîtes est supposé que la situation est la même à tous les points; pression, température, humidité, vitesse du vent, etc. Ils sont égaux.

La partie de la boîte a une longueur de 100 kilomètres et il est considéré que les paramètres de son intérieur peuvent varier légèrement d'une demi-heure à une demi-heure, de sorte que la situation d'un cube modifie les suivants.

Pour rapprocher le modèle de la réalité, il faut tenir compte de nombreux facteurs : le relief de la terre (qui fait monter l'air, refroidir), la nature de la terre (parce que la lumière du soleil les uns reflètent plus que les autres), la température de la terre, l'humidité, la pression, etc. Le modèle se complique immédiatement si nous voulons qu'il soit fiable et les calculs sont très compliqués. La seule voie pour faciliter les calculs est de réduire le nombre de boîtes. Mais les calculs des boîtes de 100 kilomètres d'avantage exigent déjà les plus grands ordinateurs du monde. A la hauteur de l'atmosphère, ils occupent quinze caisses pour réaliser les calculs, les caisses proches du soleil étant les plus fines.

Avec cette distribution atmosphérique, ces grands ordinateurs, comme le Cray 2, ont besoin d'une demi-heure pour calculer la prédiction pour un jour et deux heures et demie pour un jour.

En tenant compte de la trajectoire et de l'expérience accumulée à ce jour, on peut affirmer que dans le modèle de caisses de 100 kilomètres est également défaillant plusieurs fois. Dans les prédictions pour trois ou quatre jours, le risque de ne pas réussir est encore plus élevé et les raisons pour cela peuvent être différentes. D'une part, le modèle utilisé n'est pas parfait. D'autre part, les données sur lesquelles elles sont basées sont parfois inexactes. Les dimensions des caisses sont élevées et dans une boîte il peut y avoir des différences (par exemple, d'une ville à l'autre).

Le modèle utilisé ne couvre généralement pas le monde entier et il est prouvé qu'il doit couvrir l'ensemble de l'hémisphère nord, par exemple, pour prédire le temps de Euskal Herria quatre jours plus tôt.

Les erreurs se produisent au début, dans les données qui sont insérées dans l'ordinateur. Il y a des centaines de milliers de caisses réparties autour du monde et une douzaine de paramètres météorologiques correspondent à chacune deux fois par jour. D'où les millions de données quotidiennes nécessaires. Cependant, ceux qui sont réellement reçus quotidiennement sont environ: 15.000 en surface, 3.000 avions, 1.500 mesures satellites, 3.000 mesures de vent, 1.500 sondes de radio, 800 ballons, 200 bouées, etc.

La collecte de données est relativement abondante dans les pays développés, mais très faible dans les pays pauvres et les océans, sauf sur les lignes habituelles de bateaux ou d'avions.

D'autre part, au lieu de redéfinir initialement les données de base dans chaque calcul, les experts préfèrent modifier certaines données en fonction des mesures qu'ils reçoivent et basées sur la situation qu'ils ont calculée six ou douze heures auparavant.

Ce changement est assez complexe. Il ne suffit pas de remplacer une valeur par une autre. Cette nouvelle valeur doit être justifiée par l'existence d'erreurs dans n'importe quelle mesure physique. Ainsi, l'ordinateur refuse 5% des mesures reçues. Mais parfois, la donnée écartée peut être correcte et importante, comme dans la création d'un cyclone.

Cependant, selon les experts, les prévisions à long terme devraient suivre les étapes suivantes :

  1. Obtenir des données beaucoup plus détaillées. De plus, ces mesures devraient être beaucoup plus réparties dans le monde entier.
  2. Le modèle devrait couvrir tout le monde pour effectuer les calculs.
  3. Les boîtes de calcul à prendre devraient être plus petites. A une distance de cent kilomètres, comme le sommet du Gorbeia et du Bilbao, sont considérés des points du même niveau, ce qui suppose une simplification excessive.
En Octobre de l'année dernière en Grande-Bretagne, il y avait une ventée inattendue. Les dommages causés par les forêts et les champs ont été très importants.

Mais prendre ces mesures est très cher. Si le côté de la boîte est de 50 km, le nombre de boîtes est huit fois plus élevé et le temps nécessaire pour effectuer les calculs. En conséquence, l'annonce serait publiée trop tard et ne servirait à rien.

Cependant, les météorologues violent d'autres voies. Au niveau mondial, par exemple, ils divisent l'atmosphère en grandes boîtes, mais la divisent en petites boîtes occupant une grande ville. Cependant, l'union des deux modèles à grande échelle et à petite échelle pose des problèmes.

Il ne semble donc pas que les prédictions qui sont faites dans la situation actuelle pour plus d'un couple de jours ont une grande fiabilité. Même dans les deux jours, les météorologues échouent souvent. C'est ce que nous pensons au moins jusqu'à ce que nous écoutions une nouvelle théorie à l'expert d'Arantzazu Pello Zabala. Et c'est que le météorologue amezketarra a reconnu par radio que les prévisions elles-mêmes ne manquent pas, le temps est ce qui est parfois négligé. Vous ne pouvez pas nier qu'il soit de Ferdinand.