La flotte de pêche basque face à la nouvelle politique d'exclusion

2014/10/01 Arregi Errazkin, Luis - AZTI-Tecnalia Itsas Ikerketa Unitateko ikertzailea | Prellezo Iguaran, Raúl - AZTI-Tecnalia Itsas Ikerketa Unitateko ikertzailea Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. © AZTI-Tecnalia

En décembre 2013, l'Union européenne a établi la Politique commune de la pêche (PPC). Ce règlement établit, entre autres, les bases d'une politique de réduction des captures non désirées et d'exclusion des captures. L'une des mesures qui ont été mises en place pour atteindre l'objectif est la soi-disant "nécessité de débarquer du poisson", l'une des plus attentives depuis le nouveau règlement.

Actuellement, les poissons sont écartés pour diverses raisons. Pour commencer, pour les pêcheurs, il est impossible de choisir complètement ce qu'ils vont attraper. En outre, le marché lui-même offre des incitations à jeter les poissons, car les pêcheurs préfèrent apporter au port des espèces qui vendent au meilleur prix. Et il y a une autre raison: jusqu'à présent, les pêcheurs ont dû discriminer par la loi les espèces qui n'ont pas de part ou qui ont la part épuisée.

Cependant, depuis l'entrée en vigueur du nouveau règlement qui soutient la PPC, la situation a radicalement changé. Le poisson pêché est maintenant pris au port. Cependant, cette obligation ne s'applique pas à toutes les pêcheries ni à toutes les espèces, mais un calendrier est également établi en fonction du type de pêche. En fait, il est obligatoire de débarquer des poissons pêchés dans des populations avec des limites de capture, ainsi que dans la Méditerranée des poissons pêchés dans des populations avec une taille minimale établie. Tout cela s'applique aux pêcheurs qui pèsent dans les eaux de l'Union européenne et à ceux qui pèsent sur des embarcations communautaires situées en dehors des eaux communautaires. En cas de captures d'espèces établies, elles seront stockées dans le bateau de pêche, en enregistrant des quantités, en les transportant à terre et en les comptant, le cas échéant, pour les quotas fixés (sauf les captures d'appâts vivants).

Le calendrier dépend du type de pêche. À partir de janvier 2015, il sera appliqué à la pêche de petites et grandes espèces pélagiques (les plus proches de la surface). Parmi elles, la pêche au porc dans les anchois, les verres, les chicharros et les sardines est la plus importante pour les pêcheurs basques.

Depuis janvier 2016, elle s'appliquera aux pêcheries d'espèces démerales (liées au fond marin) et mixtes (dans lesquelles on utilise des engins de pêche de fond tant démersaux que pélagiques) avec un nombre annuel de captures (TAC) établi. Les pêcheries de traînée et cordée en merlu sont les plus importantes à ce stade.

La nécessité de débarquer le poisson pêché va supposer un changement important qui obligera à l'adaptation des flottes de pêche basques. L'arrangement doit être basé sur la réduction des prises indésirables, ce qui implique l'amélioration des engins de pêche pour une meilleure sélection de la pêche ou l'élaboration de stratégies pour éviter la capture de poissons indésirables. Les pêcheurs vont tarder à le faire.

Exceptions et incohérences

Le règlement prévoit des exceptions pour aider les pêcheurs à s'adapter à la nouvelle politique. Par exemple, les espèces qui, par leur vulnérabilité, sont interdites de pêcher, comme les mammifères marins, les requins et les tortues marines, ne doivent pas être amenées au port. Les espèces qui, après avoir été capturées et libérées selon des preuves scientifiques, ont un taux de survie élevé ne doivent pas non plus arriver. AZTI-Tecnalia a analysé les poissons qui survivent après avoir été capturés et libérés dans la pêche de clôture et a conclu que l'application de la stratégie de slipping (dans le cas où il n'est pas intéressant d'ouvrir le filet) suppose un taux élevé de survie dans de nombreuses espèces (anchois, verdel, sardine et chicharro), dans l'activité habituelle de la flotte de cerco basque. Les auteurs de l'étude considèrent qu'il peut servir de base pour l'approbation de l'exemption du débarquement de poissons qui sont capturés avec cette stratégie illégale jusqu'ici pour certaines espèces.

Enfin, les poissons inclus dans les exceptions de minimis ne doivent pas être conduits au port. Cette exception s'applique aux espèces à débarquer, jusqu'à un maximum de 5% des captures annuelles (à ce pourcentage on ajoute deux points dans les deux premières années et un point dans les deux suivantes). Pour cette exception, il faut montrer qu'il est très difficile pour les pêcheurs de choisir ce qu'ils pêchent ou que le besoin de débarquer du poisson indésirable entraîne des coûts disproportionnés, c'est-à-dire que prendre en charge les poissons indésirables et les garder dans l'entrepôt entraîne des dépenses considérables.

Cette obligation de transporter le poisson au port a des incohérences qui doivent être réparées avant son application selon le calendrier établi. Le premier est un problème de contrôle. Il est clair qu'il sera difficile d'établir un système de contrôle de toutes les flottes, et s'il ne le fait pas, la nouvelle politique sera diluée. C'est pourquoi, depuis longtemps, on étudie la possibilité et l'utilité d'installer un circuit fermé de surveillance dans les navires de pêche.

D'autre part, la nécessité de débarquer des poissons selon le calendrier ne commencera pas à s'appliquer simultanément sur tous les navires de pêche : parmi ceux qui pêchent la même espèce dans une pêche, selon le type de pêche, les uns seront appliqués avant les autres, c'est-à-dire à partir d'un jour déterminé les uns pourront écarter certaines espèces de poissons et les autres non. Cela va supposer une injustice dans les ventes et il sera très difficile de contrôler le besoin de débarquement.

Il existe également un problème juridique, car la nécessité de débarquer le poisson pêché selon la réglementation de base de la PPC, établie pour atteindre l'un des objectifs de la politique communautaire, ne correspond pas à d'autres lois et réglementations en vigueur aujourd'hui. En ce sens, on travaille depuis longtemps sur une nouvelle réglementation dans l'Union pour surmonter toutes les contradictions en la matière. En général, l'objectif serait que le 1er janvier 2015 les pêcheurs n'aient pas eu deux règlements qui pourraient prescrire le contraire.

Et sur terre il y aura aussi des problèmes. D'une part, nous devons maintenir la traçabilité des poissons qui auparavant étaient écartés, c'est-à-dire ce qui se passe quand ils arrivent au port de ces poissons, car ils ne peuvent pas être commercialisés comme d'autres poissons, ni influencer leur prix. D'autre part, les installations portuaires devront être aménagées pour augmenter la quantité de poisson et pour leur correcte classification et étiquetage. Cependant, ces poissons qui restaient auparavant en mer pourront bénéficier d'autres formes que la consommation humaine.