}

II sur la science, la technique, la culture et la société. Journées de travail

1998/04/01 Urkizu, Urtzi Iturria: Elhuyar aldizkaria

9, 10 et 11 mars dans la Grande Salle du Centre culturel Koldo Mitxelena de Donotia, organisé par la revue scientifique Theoria. Les journées ont eu lieu. « Cloner des mammifères, cloner des êtres humains ? Sous le titre «Problèmes éthiques du clonage», six conférences ont été organisées en collaboration avec le Département de la Culture et Euskera de la Députation Forale de Gipuzkoa. Il a abordé différents thèmes, domaines et points de vue, et attiré par le sujet, la salle a été remplie chaque jour.

EVANDRO AGAZZI, professeur et philosophe de l'Université de Fribourg

Lors de la conférence intitulée «Problèmes éthiques de la science et de la technique», le philosophe italien a parlé des doutes éthiques soulevés devant le clonage. Agazzie estime que le clonage humain en soi n'est pas mauvais, mais les problèmes éthiques peuvent être dus à l'utilisation de la manipulation génétique. Par ailleurs, le philosophe ne voit pas clairement la nécessité de cloner les êtres humains. Dans le cas des animaux, cependant, il a une opinion favorable, car il pense qu'il peut devenir une «usine de médicaments».

En général, il dit que dans le débat du clonage on oublie une donnée de base: que les clones naturels nous les connaissons depuis longtemps, les jumeaux monozygotes. Cependant, même si les jumeaux grandissent dans la même famille et l'école, chacun veut et grandit différemment. Selon Agazzie, les copies ne seront jamais égales et même si le patrimoine génétique est cloné, ce n'est qu'une partie de l'être humain.

Les médias ont exagéré le débat du clonage avec une émotion excessive. Sûrement dans 15 ans personne ne sera surpris et il n'y aura actuellement aucune réaction au clonage humain. De même, le chercheur italien estime que toute la société devrait s'engager dans l'élaboration de normes techniques et scientifiques lorsque les projets peuvent avoir des conséquences négatives. Il faut prendre des décisions morales et chaque être humain a sa propre responsabilité au bénéfice de la société.

Professeur et biologiste de l’UPV FELIX GOÑI

Dans sa conférence intitulée «Scientifiques devant le clonage», Félix Goñi a souligné que le clonage humain était absolument impossible. Il a apporté une vision personnelle d'un biologiste, une fois clarifié les organismes cloniques et transgéniques.

Les recherches sur le clonage n'ont pas commencé dans cette décennie. Le professeur de l’UPV/EHU a fourni des données importantes sur: Les antécédents de la brebis Dolly remontent à des temps immémoriaux et quelques expériences ont été faites en 1952. Dans les années 70, on a aussi travaillé dans ce domaine, mais jusqu'aux années 90 on n'a pas réussi avec Dolly.

Mais Goñi ne voit pas grand succès dans ce dernier accomplissement: on a pris en premier lieu 434 ovules de brebis différentes (dont beaucoup sont morts sur le chemin), dont 277 zigotos ont été obtenus, dont seulement 29 embryons ont été exécutés; par la suite, 21 fœtus ont été obtenus, dont, après 20 avortements, le célèbre Dolly a surgi. Par conséquent, le succès a été de l'un des 434 et l'original ou la mère de Dolly est mort il ya longtemps. Pour le moment, ils n'ont pas l'intention de répéter cette expérience.

Goñi reconnaît, cependant, que les animaux cloniques transgéniques peuvent être utiles pour la production de médicaments maintenant inaccessibles. Mais il ne serait pas logique de cloner l'homme.

D'autre part, le clonage humain serait impossible parce que chaque être humain est le résultat de l'interaction entre les gènes et leur environnement. Vous pouvez créer une personne avec des gènes égaux ou presque égaux, à partir de là peu. Par conséquent, les fantasmes qui sont actuellement inventés dans certaines tertulias sur le clonage sont fausses et impossibles.

Pour terminer, Felix Goñi a posé la question suivante: La recherche biomédicale est-elle très chère et vaut-il la peine de dépenser autant d'argent sur ces expériences ?

JOSE M. MATO, biophysique et hépatologue de l'Université de Navarre

“Confidentialité des informations génétiques” Jose Mª. Mato a parlé de la recherche génétique. Les techniques de détection des maladies génétiques sont de plus en plus avancées, sachant que certains gènes peuvent détecter la probabilité de souffrir d'une maladie.

Grâce au projet Genoma, la connaissance des gènes sera de plus en plus grande dans les années à venir. Nous aurons l'occasion de connaître quelles maladies nous pouvons souffrir à l'avenir, et comment les guérir par la prévention. Mais à qui doit être l'information génétique d'une personne? Il y a là mille problèmes. Les conditions sont différentes selon le système sanitaire public ou privé. Aux États-Unis, par exemple, c'est un système privé et les compagnies d'assurance veulent obtenir des informations génétiques auprès de leurs clients. Cela peut impliquer l'utilisation discriminatoire de l'information génétique.

Mato croit que chaque individu devrait avoir un génome humain protégé et pour cela, les systèmes sanitaires publics sont les plus appropriés. À l'avenir, la recherche génétique sera beaucoup abordée, mais nous devrions savoir utiliser les informations obtenues. Certes, une information génétique aussi large que possible est positive et améliorera la qualité de vie, mais il faudra la protéger.

VICTORIA CAMPS Professeur d'éthique à l'Université de Barcelone

Victoria Camps a posé sur la table de nombreux doutes à la conférence « Éthique face à la manipulation génétique ». Il a reconnu que les non-scientifiques ont peu d'informations et peu de temps pour bien nous informer sur ces sujets. Cependant, dans les médias, on parle tant du clonage que des opinions qui surgissent.

À l’avenir, par exemple, il y aura l’occasion de faire des enfants de “haute qualité”, et là l’éthique humaine a beaucoup à voir. Comme la recherche avance, il faut voir les utilisations. La recherche génétique est un domaine important, mais une chose est de connaître le génome humain et l'autre, l'utilisation de cette connaissance.

Devant le pluralisme idéologique actuel, il y a des positions très différentes, souvent mélangées. D'un point de vue éthique, devons-nous parler d'éthique ou d'éthique ? Nous devons être relativistes et chacun a sa propre éthique. Par exemple, est-il positif ou négatif de donner à une personne son information génétique et de dire quelles maladies ont des possibilités? La réponse est douteuse, surtout si ces maladies sont incurables.

Victoria Camps travaille en bioéthique avec des chercheurs d'autres régions. Et là, le professeur catalan croit que la science et l'humanité devraient aller plus unis. La science n'est pas neutre et ces sujets doivent être abordés en profondeur. L'information génétique est positive et prévisible à l'avenir, mais il y a un risque de mauvais usage.

Enfin, Camps insiste sur la nécessité d'extrême prudence avec l'information donnée dans les médias et avertit que nous n'allons pas sur la bonne voie en faisant de la science-fiction.

PASCUAL SEGURA Expert en brevets

« Peut-on breveter des organismes et des gènes génétiquement modifiés ? », déclare Pascal Segura.

Grâce aux diapositives, l'expert de l'Université de Barcelone a expliqué ce qu'est un brevet et ses avantages.

Les médias et certains groupes luttent dur contre les brevets parce qu'ils sont mal informés et ne savent pas ce que sont les brevets. Segura a expliqué que les brevets sont conçus pour stimuler le développement technologique, pour diffuser la nouvelle technologie et faciliter la recherche et le développement (R & D) des entreprises. Toute invention peut être brevetée, pourvu qu'elle soit innovation et non contraire à l'ordre et à la morale publique.

Quant aux brevets de gènes, il n'y a pas encore d'évolution claire. Le scientifique Craig Venter a essayé de breveter une partie d'un gène, mais son utilisation n'a pas été acceptée parce qu'il n'était pas clair. Pour breveter quelque chose, il est nécessaire de connaître son utilisation. Par ailleurs, les brevets sont publics et ne sont pas secrets. En outre, les brevets vont par pays et peuvent être reconnus ou non dans chaque pays.

Les animaux et les plantes génétiquement modifiées brevetent et Segura croit que ce n'est que bénéfique; elle aime la publicité des brevets. Mais en parlant de l'homme les choses changent et croit que les embryons manipulés pourraient être hors des brevets. Les brevets sont transparents et faciles à contrôler, mais la biotechnologie est beaucoup plus difficile à maîtriser et il est parfois impossible de savoir ce qu'on fait.

JOSE L. Professeur à l'Université des Baléares LUJAN et Docteur au CSIC

José Luis Luján a exposé lors de la conférence « L'anecdote publique de l'ingénierie génétique et la fécondation assistée » une recherche sociologique, présentant les connaissances et l'opinion de la société sur la science et la technologie. Luján reconnaît que ces recherches sont assez limitées, surtout parce qu'il ne dit pas pourquoi les gens pensent ce qu'ils pensent.

Il est très difficile de connaître l'opinion des gens, car la façon de poser des questions peut changer les résultats. La société est plus intéressée par le produit final que par les valeurs morales.

Une enquête menée auprès de 2 700 personnes a soulevé un certain nombre de questions liées à la science, avec un niveau de connaissance supérieur à celui attendu, malgré le peu d'informations disponibles. Au moment de leur avis, plus les personnes interrogées ont accepté la manipulation génétique avec les plantes qu'avec les animaux, et plus avec les animaux qu'avec les humains.

Quant à la fécondation assistée, la plupart des gens voient cette technique avec de bons yeux, mais les données changent si on se trouve dans cette situation (20% de moins, ils ne le voient pas mal, mais ils ne le feraient pas). En demandant l'adoption ou la fécondation assistée, 50% seraient en faveur de chaque option. Quant au diagnostic génétique, la société se montre pleinement en faveur.

Lujane estime qu'il y a peu d'intérêt pour ces enquêtes et études, mais il estime important de connaître la vision de la société. Pour conclure, une grande majorité de la société a noté que la télévision est la principale source d'information sur ces sujets.