50 ans de plus pour socialiser la science et la recherche!

2022/09/01 Etxebeste Aduriz, Egoitz - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Depuis 50 ans, Elhuyar et l'UEU intègrent la science et la recherche dans la société, en basque et à partir de la production scientifique du Pays basque. Ensemble, ils ont parcouru le chemin et veulent aller de l'avant ensemble dans les années à venir. Pour ce faire, ses possibilités et ses difficultés ont été analysées dans une thertulia qui s'est tenue le 22 juin à l'usine de Teja.

Ana Galarraga Aiesta, Igol Leturia Azkarate et Ainhoa Latatu Nuñez, respectivement. Ed. Gorka Rubio/

Il vient de commencer l'été et il pleut dehors, mais nous sommes rassurés, à l'abri de l'usine de Teja, une douzaine de personnes. Comme le dit Arantxa Urretabizkaia de littérature Bejarano, la socialisation de la science est « quelque chose qui, pour la plupart, n’a rien à voir avec quelque chose que ce soit ». Nous ne sommes pas nombreux, mais nous sommes impatients d'écouter et de participer. Nous avons devant, assis autour d'une table haute, les deux interlocuteurs et le modérateur.

Avec la précision exigée par la science, à 18h00, ponctuelle, Igor Leturia Azkarate accueille et présente la session. Les institutions UEU et Elhuyar ont d'abord présenté leurs références dans la socialisation de la science et de la recherche. Il les connaît de près, car il est membre des deux, partenaire de l'un et travailleur de l'autre. Il présente aux partenaires de chaque côté : « Ana Galarraga Aiestaran, diplômée en sciences vétérinaires et en sciences et technologies des aliments, communique depuis plus de 20 ans la science d’Elhuyar. Et Ainhoa Latatu Nuñez, docteur en biologie, ancien conseiller en sciences naturelles de l’UEU, qui travaille depuis 20 ans dans l’équipe de l’UEU ».

La question posée est venue après un bref exposé de l'activité de chacun de ses organismes: « Pourquoi et pourquoi socialiser la science ? » Galarraga le dit clairement: Pourquoi? Car c'est un droit. L'un des droits de l'homme est l'accès aux connaissances scientifiques. Nous y contribuons. Et pourquoi? Une société à sens, critique, cultive, responsable et capable d’assumer et d’exiger des responsabilités ». Latado a la même vision: « Lorsque vous transmettez des connaissances, vous fournissez des outils et des clés pour interpréter la réalité. Si nous croyons à cette transformation sociale, nous devons nous doter de ces instruments. Et si cette société est euskaldun, car nous devons le faire en euskera, car c’est la langue de cette société. »

Cependant, la présence de l'euskera dans le monde de la recherche est faible. Cependant, à une époque où presque tout est communiqué en anglais au niveau académique, l'UEU organise depuis sept ans le congrès IkerGazte, en euskera, contre-courant. « Si nous voulons avoir un impact sur la normalisation de l’euskera, nous devons également normaliser l’euskera dans la recherche », affirme Latatu. « En plus de son importance dans le domaine relationnel, nous devons effectuer la recherche en euskera et créer des références en euskera. Donc, à contre-courant oui, mais à la fois répondre à un besoin. C’est ainsi que nous sommes Elhuyar et l’UEU, depuis notre naissance, en nous adaptant aux besoins de la société. » Les gestes et les paroles de Galarraga expriment leur total accord : « C’est ce que retient la devise d’Elhuyar : ‘changer de connaissance’. En plus d’être idéal, c’est un phare pour nous. »

Modification et adaptation

Le changement et l'adaptation sont essentiels pour rester 50 ans dans la communication scientifique. Leturia demande si les formats ont beaucoup évolué et ont su s'adapter bien. Commencez Galarraga: «En 50 ans, non seulement rester, mais être présent dans tous les formats de communication existants est un signe de quelque chose, beaucoup d'autres ont dû le laisser sur la voie et nous vivons et nous transformons constamment. Je pense que nous approchons. »

Ana Galarraga Aiestaran, diplômée en sciences vétérinaires et en sciences et technologies alimentaires. Ed. Gorka Rubio/

Et le contrepoint : « Il y a une sorte d’obsession car elle est aussi dans les derniers formats. Mais il faut aussi avoir de la patience et de la perspective, voir lequel de ces formats avance et s’ils servent nos contenus et nos objectifs. »

« Nous avons beaucoup évolué en communication », poursuit Latado. « Mais, comme le dit Ana, sachant très bien quel est notre objectif et quel est le moyen le plus approprié pour cela. »

Il y a 50 ans, les médias n'étaient pas accessibles à quiconque. Le développement d'Internet a grandement facilité et démocratisé la communication. Il y a beaucoup plus d'informations disponibles maintenant et en plus gratuitement. Bien que l'on puisse penser le contraire, Galarraga pense que cela met en valeur son travail : « Nous avons besoin d’aide pour distinguer le grain de la paille et nous fournissons des informations fiables, indépendantes, contrastées, prudentes, profondes et modérées, fuyant l’alarmisme et le triomphalisme. Et le destinataire en est très reconnaissant. En outre, la nôtre est gratuite. Ainsi, comme c’est une contribution à toute la société, les institutions publiques devraient garantir les ressources nécessaires pour maintenir notre activité. »

« Tout à fait d’accord », poursuit Latado. « La démocratisation et la libération de la connaissance sont très conformes à l’UEU. L’existence d’informations fiables habilite le destinataire. Dans la pandémie, on a clairement vu, pour savoir comment interpréter les choses qui se passent, il est important de disposer d'informations fiables. Nous devons être là. »

Responsabilité de tous

Cette fiabilité et cette crédibilité sont importantes car cette démocratisation de la communication s'accompagne de la prolifération de fausses nouvelles et de mensonges, de l'expansion des pseudosciences et pseudocyapies et des négationnismes. « Notre mission est de les faire face », dit Galarraga. « Nous avons cette responsabilité, mais ce n’est pas notre responsabilité. Les autres médias devraient également être responsables de la diffusion d'informations fiables et vérifiées. Et aussi toute la société, les individus. Et il y a beaucoup à faire depuis l’éducation pour que nous ayons tous un esprit critique. »

Ainhoa Latatu Nuñez, docteur en biologie, conseillère en sciences naturelles de l'UEU. Ed. Gorka Rubio/

Et, en commençant par parler de responsabilité, la Leturia a mis sur la table la question de l'égalité de traitement. « Nous devons briser les stéréotypes pour que les filles aient de nouvelles références, mais aussi pour normaliser la présence des femmes », explique Latatu. « L’une des voies les plus évidentes à cet égard est d’accorder une attention particulière à la présence des femmes dans les entretiens, etc. Mais aussi avec la présence féminine dans les commissions et les organes avec lesquels nous travaillons. Nous avons beaucoup à faire et nous devons le faire, c’est notre responsabilité. »

« Oui, il nous faut faire ce travail », explique Galarraga. « Et en plus de fournir des références, nous devons aider à dénoncer la situation et à demander des mesures aux responsables. Parce que ce problème est structurel, il n'est pas exclusif de ce domaine. Et, comme nous le disions au début, pour quoi nous voulons des gens avec discernement? Car pour demander des responsabilités, et dans ce cas, il nous touche aussi. »

Mais, « l’essence de votre travail est de diffuser les connaissances scientifiques et d’informer la société, ou est-il légitime d’influencer les opinions et la politique ? », demande Leturia. Et, Latatu: « Oui, nous sommes venus pour nous transformer. Nous agissons sur les politiques. » Oui, également Galarraga: « Auparavant, on nous demandait une sorte de neutralité, mais la société n’en est pas ainsi. La société est complexe et nous voulons l'interpréter, fournir des instruments pour l'interpréter et la transformer. Nous devrions donc travailler avec tous les éléments et tous les agents. »

Ils ont clairement quelles sont les valeurs qu'ils veulent stimuler. «La langue est claire — Latatu a commencé —, nous voulons la transmettre de notre langue, de notre pays, sans perdre le niveau global, mais en tenant compte du nôtre. Nous voulons miser sur les mêmes chances pour tous, et l’honnêteté est également importante. » Galarraga ajoute d'autres valeurs : « transparence, indépendance, empathie, prudence et humilité ».

Ensemble

Leturia a apporté la devise ElkarEkin utilisée par l'UEU ces dernières années et a demandé le rôle de la collaboration. « Car cet événement, par exemple, répond Latado, étendant les bras au public. « Etre ici, Elhuyar, UEU, Teila Fabrika dans cet espace de coworking. Nous nous sentons de plus en plus identifiés par ce slogan, car nous donnons une dimension différente à ce caractère communautaire que nous donnons tant à nous. Et parce que la position est que nous ne sommes pas seulement une communauté, mais nous allons commencer ensemble. »

Ed. Gorka Rubio/

« Et d’autre part, je pense que nous devons être très reconnaissants. Nous ne l'avons pas fait seuls. Nous l’avons fait avec l’aide de beaucoup et parmi beaucoup, ensemble, et nous voulons continuer à faire ensemble face. » Galarraga continue d'exposer la devise : « Il était très agréable qu’Elkarri récompense les deux organisations. Nous aussi, nous nous sentons très identifiés par le slogan, nous nous servons aussi. » « Bien sûr, c’est pour tous », offre Latado. « Oui, tout le monde peut. Et oui, cette protection est indispensable. Cela ne dure généralement pas 50 ans sans le soutien de beaucoup de gens. »

Comme bertsolaris, de belles phrases pleines de sens pour mettre fin au colloque. Mais elle n'est pas terminée. C'est le tour des auditeurs. On commence avec enthousiasme : « J’ai lu le nombre de lignes suivantes : Un concert de Rammstein provoque une anomalie dans le fonctionnement d’un accélérateur. Est-ce que nous avons une personne capable de parler ou d’écrire à ce sujet demain dans votre communauté ? » Galarraga n'a aucun doute: « Oui, nous l’avons. Et même si nous ne l'étions pas, nous savions à qui aller. Nous travaillons depuis longtemps sur le réseau. 50 ans! C'est un réseau basé sur la confiance. Dans tous nos projets, nous avons recours à des experts qui se rendent compte que nous les mesurons et que ce qu’ils disent sera bien interprété et nous le mettrons ainsi. »

Et un autre auditeur souligne le courage de donner une visibilité à ces experts : « Il est très important que le chercheur de proximité soit la référence, pas seulement les dieux comme Einstein et Newton. »

Une autre se plaint que, dans la pandémie, l'accent a été mis sur l'importance de la communication scientifique, mais qu'elle a déjà été écartée, qui est la responsabilité des médias et des administrations publiques. « Il doit y avoir une décision politique claire. Et nous devons aussi demander aux médias de remplir leur fonction d'information. Nous ne demandons pas assez», dit Galarraga. « Je suis fier de la façon dont nous avons traité la situation, dit Latatu, maintenant nous devons continuer, nous devons la maintenir. »

Et les auditeurs ont continué à participer, dans un environnement presque surpeuplé, à demander si les scientifiques doivent communiquer davantage, en dénonçant pourquoi les études de communication n'apprennent pas de base scientifique et en proclamant que la culture scientifique est aussi culture.

Le temps a progressé sans se rendre compte. Et maintenant, pour terminer, la Leturia a remercié et demandé des applaudissements aux orateurs et a félicité les deux institutions pour 50 ans et pour le travail accompli pendant ces années. Qu'ils continuent à rencontrer UEU et Elhuyar pendant 50 ans, avec ElkarEkin.