Un élève de l'UPV développe un programme qui simule l'impact des mesures anti-pandémie

2021/05/25 Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Unai Otamendi Loibide. Ed. Jorge Navarro. Bureau de communication, UPV/EHU.

Unai Otamendi Loibide, étudiant en génie électronique de l'UPV/EHU, a développé dans son travail de fin de grade un logiciel qui simule comment les mesures contre le COVID-19 affectent le déploiement de la pandémie.

« La méthode consiste à construire un champ de simulation à partir de recherches sociologiques et de données d'emploi et de démographie, comme un jeu vidéo de SIMS. Cette zone peut être une université, un village ou une province ; dans mon cas, je me suis basé à Oñati », a expliqué Otamendi. « La mise en œuvre d’un modèle de contamination permet d’analyser l’étendue d’une maladie et de voir les effets des mesures affectant le comportement des personnes. »

Pour prouver la fiabilité du programme, les mesures mises en œuvre dans l'État et dans la CAPV ont été mises en œuvre entre le 19 juin et le 12 décembre 2020 (usage obligatoire de masques, ouverture d'écoles, capacité de 60% de locaux culturels, sportifs et hôteliers…) et les résultats de la simulation ont été contrastés avec les cas détectés à Oñati pendant cette période. Emaita a été bonne.

Il confirme que les utilisations du masque et les différentes mesures de déplacement ont été « fondamentales », car les simulations mises en œuvre ont permis d'atténuer la courbe épidémiologique et de réduire considérablement le nombre de cas.

D'autre part, il a analysé l'influence des méthodes de test et d'exploration les plus exigeantes. « En augmentant le nombre de tests, on peut observer que la vitesse de propagation de la maladie diminuerait considérablement et que moins de cas seraient donnés. Et nous avons vu qu'avec des méthodes d'exploration plus strictes, la quantité totale de contamination peut être réduite. Ainsi, nous avons réussi à réduire de 4 195 cas à 673 en simulations, c’est-à-dire que le nombre de cas pouvait être réduit de plus de six fois », explique Otamendi.

“Ce sont de nouvelles théories et procédures que nous avons conçues pour réaliser ce travail et qui peuvent être améliorées en plusieurs points”, a-t-il reconnu. « Dans la pandémie créée par le COVID-19 et pour les maladies que nous pouvons souffrir au moment de la mort, ce travail peut servir de base au développement de programmes de planification de stratégies d’exploration, de mesures de sécurité et d’intégration ».