Izaro Goienetxea Urkizu Ingeniari Informatikoa

"Pour moi, il a été naturel d'entrer en informatique"

2018/03/02 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. Izaro Goienetxea Urkizu

Izaro Goienetxea Urkizu a récemment présenté les résultats de son travail. Il a publié son travail dans le projet du robot bertsolari BertsoBot, mais il a précisé que l'objectif de son travail n'était pas de mettre le robot en berthsos, mais de créer une méthode de création musicale automatique et de classification musicale.

Le chemin parcouru pour y arriver a été "assez naturel". Et c'est que sa passion pour la technologie lui vient de la maison, les frères avaient des ordinateurs et aimait aller avec eux: "J'aimais jouer avec des ordinateurs, mais je ne savais pas comment ils fonctionnaient. Cela m'a suscité la curiosité et cela m'a poussé à apprendre l'informatique ».

Il aimait aussi les robots et la science-fiction, et il avait et a une autre passion: la musique. En fait, dès son enfance, il joue du violon. Il a donc combiné dans son travail les deux mondes qu'il aime, celui de la technologie et celui de la musique.

Auparavant, à la fin de ses études d'informatique, il a travaillé au centre de recherche Vicomtech, avec des images médicales et des applications biomédicales. Il a également suivi le Master en ingénierie informatique et systèmes intelligents, et c'est alors que l'occasion est venue de travailler avec un chercheur qui travaillait en informatique musicale à l'UPV.

En ce sens, il considère qu'il a eu de la chance: "La recherche mêlant musique et technologie est plus développée qu'ici ailleurs en Europe. Quelque chose se fait à Barcelone, mais ici très peu, donc je peux dire que je suis chanceux". Oui, vous reconnaissez que vos prévisions avant de commencer à travailler ont changé. "Il passe toujours, la magie est perdue. Des problèmes surgissent, les choses ne sortent pas toujours comme on veut... Mais je suis très à l'aise".

Nouvelles mélodies et classements

Il a également obtenu des résultats. Vous avez d'abord créé une méthode de création automatique de musique. Pour commencer, j'avais besoin d'un corpus dans lequel j'ai aussi eu de la chance: « Juste au début du projet, j'ai entendu en Euskadi Irratia que Xenpelar a présenté le corpus de berthos réalisés par Joanito Dorronsoro. Ce corpus est un trésor car il n'est pas facile de trouver un corpus aussi complet et actualisé. Nous les avons contactés et tout a commencé ».

Il dit que c'était un hasard. Quoi qu'il en soit, ce qui lui a permis, encore une fois, de concilier ses hobbies avec le travail, car il est aussi bertsolari. "De plus, Joanito Dorronsoro était ami de mon oncle. J'avais donc déjà un rapport ». A partir de ce corpus, il a développé la méthode de création automatique de nouvelles mélodies.

Les membres du Groupe Robotique et Systèmes Autonomes (RSAIT) ont vu que le travail de Goienetxea était également approprié pour créer une méthode de classification, et ainsi a commencé à collaborer avec eux. Avec eux et avec le robot bertsolari BertsoBot, ils appliquent leurs progrès. L'objectif de RSAIT est d'améliorer l'interaction entre les humains et les robots.

Il a développé les méthodes de création et de classification musicale séparément, mais a maintenant l'intention de les combiner. Précisément, dans la dernière année de sa thèse, il présentera la combinaison des deux méthodes. Pour l'avenir, il aimerait continuer à travailler dans ce domaine, mais n'exclut pas les alternatives: "En fin de compte, ce sont des méthodes d'analyse de données applicables à d'autres domaines. Par exemple, quand j'ai travaillé avec des images biomédicales, j'étais très à l'aise. Si c'est intéressant, cela me donne la même chance de changer de zone ».

Izaro Goienetxea Urkizu

Izaro Goienetxea Urkizu est né en 1985 à Lezo. J'ai étudié l'ingénierie informatique à l'UPV-EHU puis travaillé à Vicomtech pendant trois ans dans le département des applications biomédicales. En même temps, il a suivi le Master en ingénierie informatique et systèmes intelligents, puis a rejoint l'UPV/EHU dans le groupe d'informatique musicale. En 2014, il a commencé ses études de doctorat en génie informatique et présentera bientôt sa thèse.