Marta Olazabal Salgado : « Je voudrais qu’il y ait un changement dans la demande sociale »

2022/09/01 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Marta Olazabal Salgado (Bilbao, 1981) est chercheuse au Centre basque pour le changement climatique (BC3) et chef du Groupe de recherche sur l’adaptation. Récemment, elle a reçu l'un des prix Ikerbasque pour le travail et la carrière des femmes scientifiques, à savoir le prix Starting pour les jeunes chercheurs. Vous êtes satisfait en tant que reconnaissance de la recherche en sciences sociales : « C’est un prix qui unit les sciences sociales, le changement climatique, les femmes et la recherche, ce n’est pas mauvais. » Répondez rapidement et avec précision aux questions du magazine Elhuyar.

Ed. BC3
Chercheur en changement de climat
Qu'est-ce qui vous a le plus surpris, altéré ou surpris depuis que vous avez commencé à travailler ?

Au fil des ans, mon travail a été d’analyser ce que les villes font sur le changement climatique, tant pour réduire les émissions que pour s’adapter au changement, quelles politiques elles ont, quelles actions elles conçoivent…

Pour moi, c'était une grande déception, en tant que chercheur et citoyen, de savoir que beaucoup de ces plans et politiques n'avaient ni crédibilité ni légitimité. Par exemple, j'ai vu qu'ils n'avaient pas de fonds économiques pour les mener à bien, et que le changement climatique n'est pas parmi nos priorités.

Pour le dire d'une manière ou d'une autre, j'ai eu un sentiment similaire à celui que j'ai eu lorsque je suis allé pour la première fois à une réunion de la communauté des voisins, en se rendant compte qu'au lieu de penser au bien de la communauté, chacun regardait le sien, sans voir que celui qui profite au voisin nous profite à tous, même s'il ne le perçoit pas directement ou immédiatement. C'est un égoïsme essentiellement, qui est également vu au niveau des villes. Ce n'est pas une question d'un en un, mais celle que j'ai vu dans le temps, mais celle qui m'a le plus troublé.

Que voulez-vous être témoin de la révolution ou de la découverte ?

Je crois que c'est une erreur de placer la responsabilité et la responsabilité uniquement sur les individus en ce qui concerne les changements climatiques, les émissions ou la durabilité. Car beaucoup de choses ne sont pas entre nos mains. Nous avons des vies très étroites et nous n'avons souvent pas la possibilité de faire autrement. Par exemple, pour aller au travail, je dois prendre la voiture parce qu'il n'y a pas de transports en commun pour aller.

Je souhaiterais donc que la communauté demande aux politiciens et aux dirigeants de prendre des mesures crédibles, réalisables, efficaces et financièrement suffisantes. Qu'une partie du budget municipal, autonome et national s'adresse effectivement aux politiques d'amélioration de la durabilité et de lutte contre le changement climatique. En définitive, pour améliorer notre vie et notre santé.

En fait, la santé est le bénéficiaire direct de ces actions, mais il semble que cela nous coûte de le voir parce que l'impact n'est pas immédiat ni évident. Il faut ouvrir le regard et je voudrais qu'il y ait un changement dans la demande sociale pour que la gestion des dirigeants soit favorable à un avenir meilleur.