Les poissons de la région de Fukushima indiquent un faible risque sanitaire

2016/03/01 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Coupe de thon à la foire aux poissons de Tokyo. Ed. Chris 73/CC-BY-SA-3.0

Des chercheurs de l'Institut japonais de recherche en sciences de la pêche ont étudié les isotopes radioactifs dans les poissons marins et d'eau douce, et ont conclu qu'ils ne sont pas dangereux pour la consommation en général.

Cinq ans se sont écoulés depuis qu'un tsunami a provoqué la catastrophe dans la centrale nucléaire de Daiichi. Puis, le déversement des isotopes radioactifs a dépassé les niveaux de sécurité. Depuis lors, en outre, de petits rejets sporadiques ont eu lieu. Cependant, en mesurant la concentration des isotopes cessium-134 et cessium-137, les chercheurs ont affirmé que les niveaux de ces isotopes dans les poissons ont diminué constamment et, dans la plupart des cas, ne constituent pas un risque pour la santé humaine. Il y a des exceptions.

En fait, les chercheurs ont averti que les poissons et crustacés d'eau douce restent beaucoup plus pollués que ceux de mer, en particulier dans la région de Fukushima. Cependant, les Japonais mangent normalement des poissons élevés en piscifactories et non sauvages. Une autre exception sont les gros poissons qui vivent dans le fond.

Cependant, les chercheurs ont reconnu qu'il faudrait faire plus de mesures et plus précises pour bien connaître la contamination réelle et son évolution. À l'avenir, il a été conseillé d'utiliser des détecteurs avec une limite minimale inférieure. Article publié dans le magazine PNAS.