Santé forestière basque

2021/06/01 Elhuyar Iturria: Elhuyar aldizkaria

Les récentes plantations d'eucalyptus sur la côte ont suscité des inquiétudes chez de nombreux experts. Selon lui, ils ont un fort impact sur les écosystèmes forestiers du Pays Basque, avec des changements préoccupants dans la biodiversité locale, l'hydrodynamique des rivières et des ruisseaux, la faune et la végétation. Mais le débat vient déjà. La maladie des pins d'Intsinis a déjà commencé et cette fois a été provoquée par les plantations d'eucalyptus.

Le modèle forestier est sur la table et pour y répondre, il y a beaucoup de questions à répondre: Qu'est-ce que nous appelons forêt et que non ? Qu'est-ce qui rend sain et vulnérable ? Quels sont les rôles écosystémiques de la forêt ? Comme point de départ, nous avons demandé à deux experts de longue date, quelle est la situation des forêts d'Euskal Herria ?

Ed. Arthur Elosegi Irurtia

“La paix est le secret des forêts à haute valeur naturelle”

Arthur Elosegi Irurtia

Professeur d'écologie de l'UPV

On m'a demandé la situation des forêts d'Euskal Herria. Question simple, réponse difficile. Difficile, car ce n'est pas aussi simple que la forêt. Pour certains, tous les espaces boisés sont des forêts ; pour d'autres, les plantations d'espèces exotiques ne sont pas. De même, certains se concentrent sur l'état de conservation des forêts et d'autres sur le bois qu'ils produisent. Il n'est pas facile de répondre à tous.

Pour commencer, nous avons beaucoup d'arbres. Plus de la moitié de la CAPV est couverte d'arbres, la Navarre ne le suit pas et à Iparralde, mais dans une moindre mesure, il y a de vastes forêts. Cependant, nous avons des plantations très différentes: En Alava 80% sont des espèces autochtones, en Biscaye 24%. Au passage, dans ce dernier cas, la proportion de forêts autochtones est très similaire (25% et 24% respectivement) sur les terrains publics et privés, ce qui indique une gestion similaire à celle des propriétaires particuliers et administrations.

Plantations forestières dans une situation très préoccupante

En ce qui concerne les plantations d'espèces exotiques, certaines ont souligné que la plupart d'entre elles sont certifiées durables, avec des plans de gestion stricts. Il y a des décennies d'amélioration génétique. Ils sont exemplaires, l'envie des Européens, surtout grâce au pin radiata. Mais c'est que cette espèce a été au-dessus de la maladie : tremblement de pin depuis longtemps, fusarium dans les années 2000, zeste marron après... jusqu'à ce que l'espèce ait échoué. Nos actions n'ont pas influencé ce déclin. Pas de monocultures ni d'exploitations intensives. Tout est dû au mauvais climat. Envie des Européens dans l'envie des eucalyptus galiciens. Plantations, donc, dans une situation préoccupante.

Des forêts autochtones sont également exploitées. Leur situation est difficile à généraliser. Ce n'est pas la même Arbaila qu'Urbasa, Izki ou Aralar. Il y a des gouttelettes d'exploitation rigoureuse mais durable, de vieilles forêts démodées qui ont à peine été exploitées ces dernières années, ainsi que des étangs qui se récupèrent d'une exploitation trop dure. En plus de l'exploitation du bois, les services écosystémiques ont une grande importance : eau, loisirs, chasse, champignons et accumulation de carbone. Demandez-nous à Añarbe, Bertiz, Roncal ou Ultzama.

Et quel est l'état de conservation ? C'est ce qu'on a demandé de Bruxelles lors de la constitution du Réseau Natura 2000. En fait, certains des
habitats protégés par ce réseau sont des forêts. L'état de conservation est dû à l'étendue de ces habitats, à leur structure et à leur fonctionnement naturel et à l'état de conservation des espèces typiques. A partir de ces variables, on observe que dans la CAPV tous les types de forêts d'intérêt présentent un mauvais état de conservation. Tous. Parfois, par exemple, dans les hêtraies, en dépit de vastes forêts, en raison de leur faible structure et de fonctionnement. D'autres fois, par exemple, dans les chênes, parce qu'ils sont peu nombreux.

Respect des vieux arbres

Eh bien, dans nos forêts, il y a beaucoup à améliorer. Face à l'exploitation, je suis convaincu que l'intensification n'est pas la voie à suivre, mais se limite à augmenter l'empreinte humaine que nous avons déjà trop grande. Pas du pin à l'eucalyptus, mais des espèces de cycle plus long. Pour les services écosystémiques et de conservation, on peut appeler forêts de protection, récupérer les types de forêts les plus rares, augmenter la valeur naturelle des forêts, en respectant les vieux arbres, en laissant du bois mort dans la forêt, en augmentant la diversité dans la forêt. Parce que nous avons des forêts de grande valeur naturelle comme Aztaparreta, Bertiz ou Artikutza. Quel est votre secret? Nous les avons laissés en paix au cours des dernières décennies. C'est ce que la forêt a dans notre région, qui, avec le simple dépôt accumule de plus en plus de patrimoine naturel. Il est temps de prendre des décisions dans la gestion des forêts. Pas pour nous, pour les générations à venir.

 

“Le secteur forestier est déjà devenu une source de conflits”

Aitziber Sarobe Egiguren

Docteur en biologie

Le milieu naturel d'Euskal Herria est complètement altéré, car l'activité humaine au cours des siècles a atteint tous les coins de notre pays. Avant d'entrer dans l'Anthropocène, les traces humaines pouvaient être observées partout dans le Pays Basque.

Sur presque tout notre territoire, les écosystèmes terrestres propres sont les forêts, c'est-à-dire lorsque les activités humaines sont abandonnées en milieu rural, elles se produisent peu à peu, des centaines d'années. Dans la CAPV, cependant, peu de preuves de ce type de processus ont été recueillies. En Gipuzkoa et en Biscaye, nous n'avons que de petites taches, la plupart des hêtres, séparés les uns des autres et en mauvais état écologique (la taille et l'effet île étant la plus grande menace pour la biodiversité locale). Le nord de l'Alava et de la Navarre, des deux côtés de la frontière, se trouvent dans une meilleure situation, en particulier les chênes, qui occupent de plus grandes surfaces. Elles ne sont pas non plus naturelles, elles sont exploitées, mais de manière plus durable, favorisant le développement naturel. Au sud, dans la plaine, sur les rives de la rivière et entre les champs de culture sont conservés de petites taches forestières.

Cette réalité conditionne totalement notre vision du Pays Basque des forêts (méconnaissance en général). Comment comprenons-nous les forêts ? Qu'appelons-nous forêt ? Les forêts ne sont pas les mêmes que les plantations forestières, même si elles sont boisées.

Des milliers d'hectares nus à matarrasa en vue

Sous la menace du changement climatique, dans le but de la décarbonisation, la capacité des forêts à absorber le CO2 de l'atmosphère est remplie d'heures et de feuilles dans les médias. La nécessité de récupérer les forêts, ou d'investir les bénéfices des entreprises dans les forêts, est devenue une devise que nous entendons plus souvent que jamais. Parallèlement, la pandémie causée par le covid-19 a envoyé la population sous forme de solde dans la zone rurale et a eu une occasion unique de réfléchir sur son paysage. Et c'est que les Basques ont rencontré la crise provoquée par le pin insignis : des milliers d'hectares de terres forestières nues à matarrasa, dont beaucoup sont remplacées par des plantations d'eucalyptus. Cela a favorisé la socialisation du débat sur un modèle forestier qui n'a pas été pris en charge depuis des années.

Il est temps de repenser les objectifs des politiques forestières

Mais le débat, plus que des fondements scientifiques, est économique et politique. Comme déjà mentionné, dans la CAPV, sans avoir à peine de forêts, les masses d'arbres se trouvent partout, puisque le milieu rural presque clair est couvert par la monoculture d'espèces exotiques destinées à la production de bois. Nous nous sommes habitués à nommer forêt pour les plantations de pin et d'eucalyptus. La confusion est tellement (provoquée à cet effet) qu’aujourd’hui, en raison des pertes économiques causées par divers ravageurs, elle refuse l’activité du bois, puisque l’administration nous présente les plantations abandonnées comme des « forêts abandonnées ». En d’autres termes, nous sommes venus à appeler “abandon” aux processus naturels propres.

Ce conflit est non seulement terminologique, mais aussi conceptuel. Bien que l'affection au sol soit évidente pour un modèle forestier intensif basé sur la monoculture, des études comme les pertes de sol sont à peine présentées. D'autre part, les plantations d'arbres exploitées de manière intensive, bien que jusqu'à ce que le tour de coupe arrive, peuvent offrir la possibilité d'augmenter la biodiversité ou d'accumuler le CO2 atmosphérique dans le bois, en quelques années il reviendra dans l'atmosphère accumulée, mettant fin à la biodiversité.

C'est pourquoi il est temps de différencier les forêts des plantations d'arbres, et ne disons pas, de considérer les formes d'exploitation des plantations dans leur impact environnemental. Il est temps de mettre en valeur les avantages des forêts autochtones développées, afin que la biodiversité atteigne le centre. Il est temps de parler de la gestion des sols et de l'argent public pour repenser les objectifs des politiques forestières.