En Europe de l'Est, seules 3,2 % des déchets électroniques sont gérés

2021/11/25 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Les déchets électroniques sont de plus en plus nombreux et nocifs pour l'environnement - Ed. Max Pixel

Tant dans la Communauté des États indépendants qu'en Géorgie, qui constituaient autrefois l'URSS, les déchets électroniques ont augmenté de 50% au cours de la dernière décennie. La donnée a été donnée par l'Organisation des Nations Unies, dans sa première étude sur les déchets électroniques dans la région, et a précisé que cette augmentation équivaut à la moyenne mondiale. Cependant, la différence par rapport aux autres territoires est que, bien que dans le monde il récupère et traite une moyenne de 17%, 4 d'entre eux représentent un pourcentage de 3,2.

La Russie est la région qui génère le plus de déchets électroniques par habitant. En général, il s'agit de trois types de déchets: appareils de changement de température (chauffe-eau, climatisation et réfrigérateurs), grands équipements (fours et machines à laver) et petits appareils (comme ustensiles de cuisine ou aspirateurs). Au contraire, les écrans, moniteurs et appareils de télécommunication ont été réduits.

D'autre part, ils ont souligné que de nombreux pays ne recueillent pas de données sur les déchets électroniques, bien qu'on sache qu'ils sont de plus en plus nombreux et qu'ils sont préjudiciables à l'environnement. Ce rapport, élaboré par la Communauté des États indépendants et la Géorgie, aide à combler le vide.

D'autre part, ils soulignent que la gestion des déchets électroniques peut être une bonne occasion de relancer l'économie et de créer des emplois. Par exemple, les déchets électroniques générés dans la région en 2019 comptaient 10 tonnes d'or, une demi-tonne de métaux rares, un million de tonnes de fer, 85.000 tonnes de cuivre, 136.000 tonnes d'aluminium et 700 tonnes de cobalt. A côté d’eux se trouvaient des substances dangereuses nocives pour l’environnement et pour la santé humaine: 2,4 tonnes de mercure, 1,1 tonnes de cadmium, 8,100 tonnes de plomb...

Les auteurs du rapport ont appelé les pays de la région à établir des politiques et des normes solides pour la gestion des déchets électroniques et la protection de l'environnement.