Une équipe indépendante de l'OMS présente sa stratégie de prévention des pandémies du futur

2021/05/14 Galarraga Aiestaran, Ana - Elhuyar Zientzia Iturria: Elhuyar aldizkaria

Ed. C McZinc/OMS

L'année dernière, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a créé un groupe de travail indépendant pour développer une stratégie de prévention des pandémies du futur basée sur des preuves (the Independent Panel for Pandemic Preparedness and Response). Maintenant, en analysant les mesures prises par les institutions pour faire face au covid-19 et l'évolution de la pandémie, le groupe a présenté les résultats obtenus et les étapes à suivre à l'avenir, tant pour freiner le covid-19 que pour éviter que de futures épidémies deviennent des catastrophes mondiales.

Selon le rapport présenté par le groupe de travail, le monde a besoin d'un nouveau système international de prévention des pandémies. En fait, il a détecté des défaillances dans tous les maillons du système actuel de surveillance et de réponse. Selon lui, la surveillance était faible et manquait de ressources économiques suffisantes; le système d'alerte était trop lent et discret; l'OMS n'avait pas assez de pouvoir; la réponse a augmenté les inégalités sociales et il n'y a pas eu de leadership politique mondial.

De plus, lorsque les premières épidémies ont eu lieu, il a fallu trop de temps pour être averti des responsables sanitaires internationaux. Même lorsque la situation d'urgence a été déclarée, la plupart des pays ont attendu que cela se produise plutôt que de préparer une réponse forte. Il n'y a pas eu de coordination internationale et les représentants de l'OMS n'ont pas eu assez d'influence. Le fait de ne pas faire de prévisions a conduit à ne pas tenir compte des inégalités sociales, de sorte que l'écart a augmenté.

Basé sur des preuves

En plus des erreurs, l'équipe a souligné quelques aspects positifs. Parmi eux se trouvent l'effort du personnel sanitaire et la réponse de certains pays, en utilisant les enseignements tirés des fléaux précédents, en se basant sur la science et en utilisant une communication transparente et efficace, renforçant la communauté. Il a également vu que donner une bonne réponse n'est pas lié au niveau économique des pays, mais que certains pays riches n'ont pas été en mesure de contrôler le covid-19.

Il reconnaît que les vaccins ont été développés très rapidement, mais que la distribution doit être équitable. Il a affirmé que l'une des clés pour avancer est de partager des données et des informations scientifiques. C'est ce qu'a déclaré Hellen Clark, président de la Nouvelle-Zélande et membre de l'équipe lors de la présentation du rapport : « La science a donné le monde quand elle en avait le plus besoin, et cette science dépendait de l'échange ouvert de données et de connaissances. Leurs avantages doivent également être partagés librement et librement ».

Propositions à court et long terme

Le groupe considère maintenant que la priorité est de faire face au covid-19, en présentant des propositions à court terme. Mais, dans le même temps, il a souligné que ce qui se passe est une matière et a conseillé d'être prêt pour les interventions futures.

Les déclarations à court terme incluent la distribution équitable des vaccins et de la connaissance et de la technologie pour leur production; le transfert des ressources économiques au projet ACT-A pour la création d'outils pour combattre le covid-19; la mise en œuvre de mesures non pharmacologiques partout en fonction de la situation épidémiologique; et la conception d'une stratégie de l'OMS avec des objectifs clairs pour que tous les pays travaillent ensemble 19.

A long terme, et pour que les apparitions suivantes ne deviennent pas des pandémies, il a donné des conseils concrets. Premièrement, il incombe aux dirigeants politiques de haut niveau de faire face et de répondre aux pandémies, au sein de laquelle les dirigeants de tous les États et gouvernements font une déclaration politique à l'Assemblée spéciale des Nations Unies de septembre. D'autre part, renforcer le pouvoir, l'indépendance et la capacité économique de l'OMS, et maintenant investir pour affronter les futures crises.

Il considère indispensable de créer un système agile de surveillance et de notification des flambées, ainsi qu'une plateforme garantissant la connaissance, la production, la distribution et la régulation des instruments thérapeutiques et sanitaires. Il propose d'établir un système de financement à long terme et, enfin, une communication directe entre les gestionnaires de la pandémie et les chefs de gouvernement. L'équipe de travail a souligné la nécessité pour les gestionnaires d'être interdisciplinaires et que la communauté participe également, en particulier les collectifs à risque d'exclusion.

Avec le rapport général, le groupe de travail a présenté un résumé et un autre document qui rassemble les moments les plus significatifs de cette pandémie.