L'abeille, comment fait la ruche?

1988/06/01 Ostolaza, Helena Iturria: Elhuyar aldizkaria

Dans le nombre précédent nous avons parlé largement d'abeilles solitaires. Cependant, il existe d'autres types d'abeilles dans la nature. Essayons de connaître un peu la vie des abeilles sociales.
L'apiculteur pendu de l'arbre. L'apiculteur est formé par la reine de la colonie posée et environ 15 mille abeilles échantillon.

Les ruches abeilles apparurent dans la zone tropicale. Et aujourd'hui, deux des quatre espèces qui y vivent encore: Apis flora et Apis dorsata. Les deux autres, Apis cerana et Apis mellifera, se développèrent lentement vers le nord et le sud de l'équateur. Ils furent donc obligés de surmonter les mécontents de l'hiver : ils étaient libres de pollen d'alimentation et de nectars et avaient une température froide pendant cette saison.

La méthode que ces abeilles ont développée pour durer consiste dans le choix du type d'habitacle pour l'installation de la colonie. Si elle est bien choisie, la colonie vivra des années. Sinon, elles se termineront lorsque le froid arrivera au premier hiver. L'aptitude du lieu de vie est basée sur la capacité des abeilles les plus anciennes, qui sont celles qu'elles choisissent.

Nouvelles colonies

La méthode suivie par les abeilles dans la formation de la nouvelle colonie est appelée apiculture. Les abeilles forment l'apiculteur à la fin du printemps. En raison d'une période de prolifération, la population de ruche augmente considérablement, ce qui entraîne la saturation du refuge. Par conséquent, une ruche est formée.

Il semble que cette surpopulation apporte la mise des filles de la reine. La reine la plus forte hérite d'une ruche déjà construite. Pour décider d'abord que vous avez généralement est la lutte des puyas parmi les jeunes reine. Lorsque la mise de la nouvelle reine est avancée, et la première reine, presque avant la naissance de sa fille, est partie avec une colonie d'environ 30.000 abeilles travailleuses, dans le but de consolider une nouvelle colonie dans un nouveau refuge.

Ruche en tronc creux.

L'ancienne reine, avec le cortège derrière, s'éloigne de la ruche en vol fou. Après avoir parcouru une douzaine de mètres, l'apiculteur se situe sur la branche d'un arbre ou d'un bosquet en forme de barbe. Avant le temps, les explorateurs partent dans toutes les directions à la recherche du nouveau refuge. Ce vol d'exploration n'atteint pas plus de 10 km. Les abeilles exploratrices sont les plus anciennes de la ruche (autrefois elles ramassaient de la nourriture pour la ruche) et donc celles qui connaissent le paysage environnant. Seulement 5% de l'apiculteur.

Une fois choisi le nouvel emplacement de la ruche, d'un côté à l'autre de la ruche commencent à voler en forme de zigzag, tirant avec les ailes sons très variés. Ainsi, ils indiquent aux autres abeilles qu'ils peuvent briser le tas. Bernd Heinrich, de l'Université du Vermont, a montré que, avant que toute la population de la ruche commence à voler, la température de l'ensemble augmente jusqu'à 36°C (la température idéale pour le fonctionnement op- time des muscles du sud).

Ensuite, les explorateurs se situent autour de la ruche et tentent d'ouvrir la voie à travers l'ensemble, en vibrant les ailes. Du pilo se forme un bruit bruyant qui aura comme conséquence l'apogée en fondant la surface ferme de la ruche et démonter des chaînes formées par des abeilles. Tout de suite, l'apiculteur commence à voler, remplissant l'air d'un jet pénétrant et des milliers d'abeilles s'étendent sur un vol nerveux.

Nuage d'abeille de 10 mètres

La ruche forme alors un brouillard de 10 m de diamètre. Pour guider les ruches vers le nouveau refuge, les abeilles exploratrices pénètrent dans la ruche en faisant des lignes qui marquent la direction vers le lieu choisi occasionnellement. Au début, l'apiculteur marche lentement sur les 30 premiers mètres, mais après environ 200 m il s'accélère, atteignant à quelques mètres du sol une vitesse égale ou supérieure à 10 km/h.

Le nombre marqué est la reine.
I.X.I.

Comme l'apiculteur s'approche du point où va être la ruche, les abeilles exploratrices leur indiquent de rester. Les abeilles vont tomber dans le brouillard alors formé et se placer à l'entrée de l'habitacle (fosse de tronc, cavité entre racines ou une branche). De la glande Nassanoff, située au bas de l'abdomen, une foire congrégatrice sera libérée.

Cette ferormone est un signal chimique qui marque l'entrée de la ruche, détectée par les abeilles comme odeur. Ce signal fera que toutes les abeilles se rassemblent autour de la cavité. Une demi-heure plus tard, tous les composants de la ruche sont exemptés dans la nouvelle maison. Avant de passer de nombreuses heures de nettoyage, vous commencerez à construire des rayons ou à collecter du pollen et nectare. La nouvelle colonie s'est consolidée.

Nouvelles colonies en danger

La fondation de la ruche a de nombreux risques. Pour passer le premier hiver noir, la colonie doit surmonter une série d'obstacles: chercher un endroit idéal, construire une ruche de rayons de cire, avec une grande dépense énergétique, prendre soin que les jeunes passent l'hiver et accumuler les fournitures nécessaires pour une époque difficile. La plupart des colonies n'y parviendront pas. Après une longue étude des colonies qui habitent les forêts de la région d'Ithaca (USA), on peut affirmer que les colonies de construction récente dépassent 24% du premier hiver froid.

L'abeille fleurit.
I.X.I.

Quant à ceux déjà consolidés, le taux de permanence était de 78%. Il a également été démontré que si une colonie dépasse le premier hiver, le plus critique, il peut arriver à dépasser cinq autres. Par conséquent, une colonie peut vivre beaucoup, mais il rencontre de grands dangers en choisissant le nouveau lieu, de sorte que l'apiculteur ne peut pas échouer à trouver le nouveau lieu. Chaque colonie doit prendre une décision unique et sérieuse pour pouvoir vivre plusieurs années.