Insertion

1985/12/01 Agirre, Jabier - Medikua eta OEEko kidea | Lasarte, Jabier Iturria: Elhuyar aldizkaria

La vaccination est le moyen utilisé par la médecine pour prévenir les maladies de l'infection. Le nom Pasteur a proposé, en hommage à Jenner, pour les travaux réalisés par ce médecin anglais sur la vaccination contre la variole. La vaccination consiste à introduire dans le corps des hommes ou des animaux des substances appelées antigènes (normalement virus, bactéries ou leurs toxines). Les voies utilisées sont la voie orale, cutanée, schématique, ou voie d'injection, généralement. Le charreo produit un certain nombre de réactions dans le corps qui ont pour conséquence la résistance ou la résistance à une maladie donnée. Il peut être total ou partiel et définitif ou provisoire. Cette situation de résistance est appelée immunité, ce qui signifie exempt ou libre. Aujourd'hui, cependant, le concept de portemanteau a été étendu et comme antigène d'autres sujets sont utilisés.

Puisard des Txerdos

L'intégration du Baztango en 1905 dans quelques magazines parisiens.

L'origine et l'appellation de la vaccination sont directement liées à la maladie connue sous le nom de variole. Cette maladie, que nous pourrions heureusement considérer aujourd'hui disparue, était une maladie très grave, qui est apparue dans toutes les régions et époques. Chinois Au 11ème siècle et en Grèce. Il a déjà été décrit en l'an 400.

La maladie apparaissait comme une épidémie. Leur mortalité était énorme et celles qui se guérissaient (c'est-à-dire celles qui survivaient) restaient avec le visage plein de grandes cicatrices et dans de nombreux cas aveugles.

L'amélioration de B i z i - b a l d i n t z e n, l'hygiène appropriée et, surtout, la vaccination ont fait disparaître cette maladie. Le 26 octobre 1979, Ali Maow Maolin, jeune somalien, dernier marginalisé au monde, a été soigné. La disparition de Baztanga a été proclamée le 8 mai 1980 à l'Assemblée de Santé tenue à Genève dans le monde entier.

Les derniers cas en Europe se sont produits par des accidents dans les laboratoires, provoquant des contagions dans de petits groupes de personnes de la région (familles, collègues), comme c'est le cas à Liverpool en 1946, à Londres en 1973 et à Birminghan en 1978.

D'autre part, la dernière épidémie, bien que relativement petite, a eu lieu en Yougoslavie, où 175 personnes ont été malades en 1971 (dont 35 sont mortes). La maladie a été causée par un prêtre musulman qui revenait d'un pèlerinage dans les villes sacrées de Mecque et de Médine et a été infecté en passant par l'Iran. Quelque chose avant d'arriver à sa résidence en Yougoslavie est tombé malade.

La maladie n'a pas été diagnostiquée initialement ni contaminée, de sorte que l'isolement ne devait pas être la même. Une fois la maladie diagnostiquée, les mesures appropriées ont été prises et 18 millions d'une population de 22 millions d'habitants ont été incorporés en 3 semaines. Le prêtre était vacciné et après une maladie légère, il a été guéri. L'intégration possible a entravé le diagnostic.

Face à cette maladie grave, les humains d'autrefois ont utilisé diverses mesures pour la prévenir. Les Chinois soufflaient dans les narines la poussière des écailles des malades.

Lady Mary Wortley Montdugu, épouse de l'ambassadeur d'Angleterre en Turquie, introduisit dans sa ville natale la méthode qu'elle vit dans l'Est, en 1717, pour éviter la maladie: dans le bras se faisait une incision axale par laquelle ils passaient un fil mouillé dans la servitude d'une épouvante.

Cette expérience a réussi à 6 personnes condamnées à mort et la procédure a été étendue par l'Angleterre et le monde entier. Il y avait des médecins disposés et l'un d'eux, le médecin quaker Thomas Dimsdale, qui a appelé l'impératrice Catherine de Russie pour qu'elle fasse l'inoculation de la folie baztanaise à lui et à sa famille.

Jenner.

Cette opération a été menée avec succès, puis répétée à 200 autres personnes de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Malgré le succès individuel de cette activité, il n'a pas pu éviter la mortalité de la maladie ni son extension.

Des années plus tard, c'est Edward Jenner (1749-1823) qui a proposé un nouveau système qui est arrivé jusqu'à nos jours avec toutes les nouveautés et améliorations qui ont été produites. Son succès a été si grand que nous pouvons considérer ce médecin comme l'un des grands bienfaiteurs de l'humanité.

Une fois, il a entendu un laitier dire: je ne souffrirai jamais un mal museau (smallpox), parce que j'ai déjà souffert les vaches (cowpox) ". Cette dernière maladie n'est rien d'autre qu'une infection cutanée des pis des vaches, qui est transmise de temps en temps aux mains du bailleur du lait. Il produit une maladie cutanée chez les personnes atteintes de pustules et un peu de fébrile. Cette maladie est connue comme vaccin, et son nom a persisté.

Après vingt années d'étude et de réflexion sur ce sujet, Jenner a décidé de le mettre en pratique. Et ainsi, le 14 mai 1796, James Phipps, un garçon de 8 ans, Sara Nelmes, s'inocula avec une fortune prise par la main de Sara Nelmes, la laitière qui souffrait de la variole des vaches. Huit semaines plus tard, le pus de la variole a inoculé l'enfant et la maladie n'est pas apparue.

La procédure a été immédiatement élargie, avec des flambées de plus en plus purifiées et la vaccination dans certains villages est devenue obligatoire ou obligatoire. Avec l'éradication de la maladie, la vaccination a également été interrompue, et en ce moment les virus sont conservés dans certaines cultures (de moins en moins) dans des milieux culturels appropriés.

Certains disent que tous ces virus devraient être complètement détruits, tandis que d'autres sont partisans de garder une petite réserve si l'on considère la possibilité qu'il y ait un cas isolé dans les déserts d'Afrique ou dans les forêts profondes de l'Amérique du Sud, même si elle est très petite.

Bactéries et virus

Pasteur et son époque commencent une nouvelle ère de la médecine: l'ère des bactéries et des virus.

Louis Pasteur (1822-1895), chimiste français né à Dolle, un petit village du Jura, bien qu'il n'ait jamais étudié la médecine, est devenu l'une des figures les plus marquantes de l'histoire de la médecine. Vivant dans la région de Lille, c'était une région consacrée à la vinification, qui pendant longtemps a étudié les causes de la fermentation et la putréfaction de la matière. Il a montré que ces processus étaient dus à de petits micro-organismes. D'où venaient ces micro-organismes ? Ils n'apparaissaient pas par génération propre et pouvaient se trouver dans l'atmosphère.

L'action des micro-organismes était annulée par la chaleur, car les germes étaient détruits : ce procédé a été appelé pasteurisation depuis. À partir de cette découverte, Lister a appliqué les principes d'asepsie et d'antisepsie en chirurgie, obtenant des conclusions étonnantes et très brillantes.

Pasteur.

Pasteur, après avoir surmonté les problèmes causés par une maladie cœtale de Lyon, a essayé de traiter le carbunco ou la taupe sur la route marquée par Jenner. Cette maladie provoquait de grandes catastrophes et des pertes dans les cabanes bovine et ovine. Pasteur inoculait avec succès une souche atténuée du virus obtenue d'une vieille culture. Par la suite, il a également traité le choléra des poules, qui les introduisait comme forme préventive. Il a ainsi obtenu de très bonnes conclusions.

Cependant, sa découverte la plus célèbre fut obtenue le 6 juillet 1885, avec un vaccin préparé dans son laboratoire, mordu par un chien enragé lorsqu'il traita et guérit l'enfant Joseph Meister. Quelques mois plus tard, il sauva un ami et guérit un berger en train de se battre avec un chien enragé.

Pasteur a conclu que le virus de la rage a son siège dans les centres nerveux. Avec la moelle osseuse, il a obtenu un virus atténué qu'il a utilisé dans ses vaccinations. Les vaccins actuellement utilisés sont préparés avec des virus cultivés dans différents milieux:

    Tissu nerveux (ovin, caprin, lapin). Elles peuvent provoquer des réactions encéphalomyélitiques. Tissu nerveux embryonnaire. Ils produisent une immunité bonne et moindre réaction. Vaccins obtenus en cultivant le virus dans l'embryon de canard. L'immunité n'est pas si bonne, mais ils supportent beaucoup plus.
  • Ces derniers temps, des cellules humaines sont utilisées comme milieu de culture, et les vaccins préparés par cette voie sont les plus résistants, et leur pouvoir immunitaire est très élevé.

Les effets curatifs ne sont pas tout à fait satisfaisants, de sorte que la vaccination est effectuée conjointement avec la gammaglobuline humaine anti-rabica. Cette gammaglobuline contient de nombreux anticorps contre le virus de la rage.

Après les découvertes de Pasteur, des chercheurs (dont certains avaient été des élèves de Pasteur, d'autres non) ont travaillé dans des laboratoires, notamment en Allemagne et en France, qui ont donné une grande impulsion à la médecine, découvrant des bactéries et des virus qui produisaient de nombreuses maladies connues depuis des années.

Le plus connu est Robert Koch, qui peut peut-être discuter avec Pasteur le titre d'être père de la bactériologie. Ce chercheur a été le bacille de la tuberculose (plus tard connu sous le nom de bacille de Koche) et a découvert celui du choléra, sans oublier beaucoup d’autres travaux scientifiques et médicaux précieux.

Metchnikoff, Roux et Vidal, anciens élèves de Pasteur, ont doté de nouvelles connaissances de la science naissante.

Von Bering, chercheur en sérothérapie et anatoxine tétanique. Kitasato et Yersin découvrirent en même temps le bacille du pesto, celui de la diphtérie de Loefler, celui de la légume Hansen, celui de la grippe Pfeiffer, etc. Ceux-ci et puis le XIX. fin du XXe siècle Beaucoup d'autres qui ont suivi au cours du XXe siècle ont complété nos connaissances actuelles sur les bactéries et les virus.

Instrumental moderne pour l'insertion de masses.

Plus d'un de ces sages a perdu la vie dans leurs recherches: Noguchy mourut avec la fièvre jaune pendant qu'il enquêtait sur cette maladie, et Daniel Carrion, en 1881, trouva la mort après l'auto-éclairage de la verrue péruvienne dans les travaux d'identification et d'étude de cette maladie qui se produit dans les nations tropicales d'Amérique du Sud, appelée Fièvre de Droya. Dans leurs laboratoires, ces érudits ont réussi à isoler et à cultiver ces germes, en les modifiant en même temps (en les amortissant ou en les tuant pour pouvoir enlever leurs toxines). De nouveaux vaccins ont été obtenus (figure 1).

Qu'est-ce que le vaccin ?

La vaccination n'est qu'une réaction immunitaire similaire à celle du corps humain ou animal lorsqu'il introduit et attaque un virus, une bactérie, une toxine ou un autre corps étranger.

Cette réaction immunitaire, bien que non complète, correspond en grande partie aux lymphocytes, éléments cellulaires trouvés dans le sang.

Les lymphocytes dits T sont activés en même temps que l'attaque et d'eux dérive l'immunité cellulaire. Son évaluation, pas si simple, est réalisée par des tests biologiques spécifiques.

Les lymphocytes dits B arrivent à l'attaque et produisent des protéines appelées gammaglobulines qui neutralisent les virus et les bactéries. Dans une phase postérieure les enzymes cellulaires lissent et détruisent ces lymphocytes. Dans certains cas, certains de ces lymphocytes sont mémorisés pendant des années, et si une nouvelle agression du même agresseur se produit, ils répondent immédiatement à travers la nouvelle et abondante production des mêmes anticorps spécifiques. Pour cela, il est nécessaire que le corps ait complet le système immunitaire.

Formation et administration des vaccins

De nombreux laboratoires répartis dans le monde entier travaillent à la préparation de nouveaux vaccins et à l'amélioration des vaccins existants, afin de réduire la morbidité et la mortalité des maladies dites infectieuses. L'objectif de l'application des vaccins est d'obtenir une immunité aussi complète et persistante que possible et de minimiser les effets indésirables qui peuvent survenir. Dans certains cas, la maladie bénigne qui se produit ne doit pas être contagieuse, c'est-à-dire ne devrait pas s'étendre aux personnes qui l'entourent.

La vaccination utilise des virus, des bactéries, des toxines et des antigènes de fréquence beaucoup plus faible. Toutes ces substances doivent être correctement modifiées pour obtenir de meilleurs effets. Les virus et les bactéries sont utilisés vivants (mais atténués), inactivés ou morts. Les toxines changent en éliminant leur virulence et leur intensité.

* Vaccins vivants atténués

Le plus grand problème que ces vaccins ont est qu'ils peuvent devenir inoffensifs. L'idéal serait de créer un pavage léger ou presque invisible.

Les virus ou bactéries amortissent le poids de la piscine en les cultivant dans différents milieux. En bref, on obtient des souches mutées stables qui ont perdu leur virulence et leur enviabilité.

Dans les cultures du bacille tuberculeux, on ajoute la vésicule biliaire, qui agit comme substance inhibitante, obtenant le vaccin antituberculeux de BCG après plusieurs semis. Ce BCG est le seul vaccin bactérien vivant utilisé dans l'être humain et son immunité est cellulaire.

La conséquence de la polyméte est une paralysie persistante.

Le risque de ces vaccins et qu'on a pu démontrer est la contamination par des virus dans les milieux culturels. Par exemple, la vaccination contre la fièvre jaune a entraîné en 1942 25 585 cas d'hépatite dans un camp militaire américain. L'hépatite n'était pas le produit du virus de la fièvre jaune, mais du virus de l'hépatite qui se trouvait dans un petit nombre de sérums ajoutés pour obtenir l'atténuation du vaccin.

Dans la préparation de vaccins vivants atténués on utilise des cultures de cellules animales et parfois les virus présents dans ces cultures polluent les vaccins. En 1967, un grave accident s'est produit au laboratoire de la ville allemande de Marburg. Dans ce laboratoire, on cultivait des tissus de singe et une infection grave apparut qui toucha tout le personnel du laboratoire, provoquant la fièvre, les saignements et les hémorragies: la mortalité a augmenté jusqu'à 30%. Ils ont réussi à isoler le virus qui a causé la maladie, connu depuis lors comme virus de Marburg.

Le virus SV-5 a été trouvé dans les cellules du rein de singe utilisées pour l'obtention de vaccins. Ce virus a à peine une action pathogène pour la cellule. De ce point de vue, les virus oncogènes sont plus importants: l'un d'eux, appelé SV-40, apparaît souvent aussi dans ces cellules mono, et ont également été trouvés régulièrement dans le vaccin antipolaire.

Quand le milieu de culture est l'oeuf ou l'embryon de poulet, le vaccin peut être infecté par le virus de l'oiseau leucose ou par le virus du sarcome de poulet de Roux. Ces contaminations, cependant, ont été données très rarement et n'apparaissent actuellement pas, car de nouvelles techniques nous permettent de détecter et d'identifier ce type de virus.

Quel est l'objectif de la vaccination avec des germes atténués? Apparition d'une petite infection chez la personne vaccinée. De cette façon, les virus se reproduisent à l'intérieur et en quelques jours le nombre d'antigènes augmente. Cela permet une meilleure réponse immunitaire et la meilleure élaboration d'anticorps pour que l'immunité soit de longue durée, semblable à celle qui produirait l'infection naturelle

bien que quelque chose de moindre

Sont de ce type les vaccins de rougeole, rubéole, parotidite et polio. Le premier, le vaccin contre la rougeole, produit occasionnellement à 8 jours une maladie légère, semblable à celle d'une rougeole et qui n'est pas contaminée.

* Vaccins inactifs

Les germes vivants sont inactivés par des moyens physiques ou chimiques. Parmi les milieux physiques la chaleur est le plus utilisé et dans une moindre mesure les rayons ultraviolets. Les produits chimiques les plus utilisés sont le formol, le phénol et l'acétone pour obtenir une plus grande stabilité en ajoutant un cas de mercure.

Ils sont préparés avec germe total ou partiel (généralement capsule). Pourquoi juste la capsule? L'antigène nécessaire est considéré en capsule.

Pour augmenter le pouvoir immunisant des vaccins, on ajoute des substances comme les sels minéraux, l'hydroxyde d'aluminium, le phosphate et le sulfate d'aluminium, le phosphate de calcium, etc. Ces substances ajoutent stimulation antigénique. Des substances huileuses peuvent également être utilisées pour augmenter le pouvoir immunisant (ces substances ne sont utilisées que dans les vétérinaires, car elles ne sont pas très bien tolérées et d'autre part considérées comme potentiellement cancérogènes). Ils utilisent des composants bactériens, ou même des bactéries très mortes, car ils sont censés augmenter la production d'anticorps.

Parmi ces types de vaccins se trouvent la coqueluche, le choléra et la fièvre intestinale chez les bactériens, et dans le cas des viraux, la grippe, la fièvre jaune, et le vaccin injectable anti-polio, type Salk, qui est actuellement à peine utilisé.

L'inactivation du vaccin, la vaccination avec ces mois est moins efficace, moins durable, et nécessite des doses commémoratives qui renforcent périodiquement l'immunité. L'immunité n'est pas cellulaire, mais humorale, avec la formation d'anticorps spécifiques.

Les vaccins contre la diphtérie et le tétanos sont préparés avec des toxines de bacilles, une fois transformées et inactivées par le formol. Ces vaccins sont appelés ANATOXINES.

  • 1771- La variolisation s'étend en Angleterre.
  • 1798- Jenner publie ses travaux sur le vaccin. 1885-Vaccin antirabique de gâteaux.
  • 1892- Vaccin contre le choléra (HAFFKIN).
  • 1898- Vaccin contre la fièvre intestinale, antityphoïde (WRIGHT).
  • 1913- Immusion contre la diphtérie, toxine-antitoxine (BEHRING).
  • 1921- Vaccin BCG (CALMETTE et GUERIN).
  • 1923- Tethargo toxoïde ( RAMON et GLENNY ). Antimaluz ( MADSEN )
  • 1937- Premier vaccin antigrippal. Vaccin contre la fièvre jaune. 17.D ( THEILER ).
  • 1949- Vaccin contre la paroudite. ENDERS et les dîners cultivent le virus de la poliomyélite.
  • 1954- Vaccin antipolaire amorti ( SALK ).
  • 1957- Vaccin atténué contre le pôle vocal ( SABIN ).
  • 1960- Vaccin contre la rougeole ( ENDERS ).
  • 1962- Vaccin contre la rubéole ( WELLER ).
  • 1968- Vaccin antiméningococcique type C.
  • 1971- Vaccin antiméningococcique type A.
  • 1979- Vaccin contre l'hépatite B.
  • 1979- Est considéré comme disparu et recommandé (supprimé). le vaccin arrière n'est pas