Travailler sous la mer

1993/10/01 Aizpurua Sarasola, Joxerra Iturria: Elhuyar aldizkaria

Les grandes pressions, les basses températures, la salinité, les courants d'eau forts et l'obscurité sont les plus grandes difficultés à opérer sur le fond marin. Le développement technologique pour affronter ces problèmes est l'une des rares voies existantes. L'intérêt des gens pour ce sujet a été accentué depuis 1985, quand le Titanic a été découvert. Le Titanic a été découvert à 4000 mètres du niveau de la mer grâce à la collaboration entre français et américains. Profitant du son SAR français haute définition, une zone trois fois plus grande que Paris a été explorée dans l'océan Atlantique. Le remorqueur américain Argo a découvert le bateau à travers la télécommande et le bateau Angus a pris des photos.

Machines sous-marines

Les géologues sont très intéressés par les sols et les gisements minéraux du fond marin, en particulier dans les zones à métaux divers et dans les ensembles minéraux liés aux courants hydrothermaux récemment découverts. Supposons que vous vouliez explorer géologiquement le fond marin à 6000 mètres de profondeur. Cette profondeur de référence est due au fait que l'équipement servant à travailler à cette profondeur peut être utilisé sur 97% de la surface du fond marin, c'est-à-dire sur les deux tiers de la surface terrestre.

La première chose à faire pour explorer une partie du sol océanique est de connaître les profondeurs des différents points de cette partie. Pour ce faire, on utilise une sonde sonore qui se trouve dans le même bateau, puis, par le sonar de reconnaissance latérale, on détermine la topographie et la nature du fond marin pierreux ou uniforme. Les sonars de reconnaissance latérale sont généralement placés sous la chopa du navire laboratoire. L'Institut britannique des sciences océanographiques a conçu un sonar pour l'exploration latérale appelée GLORIA. Quand le bateau a une vitesse de huit noeuds, ledit sonar peut parcourir en un jour 10.000 kilomètres carrés de fond marin. La GLORIA détecte facilement les volcans sous-marins et les collines de centaines de mètres de haut.

En
1981, il a présenté la plongée Epaularda. A 6000 mètres de profondeur, vous pouvez parcourir jusqu'à 15 km de fond marin en 12 heures. Il a pris des millions de photographies en Méditerranée, Atlantique et Barbara.

Pour une détection plus précise, par exemple avec une résolution d'un mètre, l'institut français IFREMER a développé le sonar SAR. Ce son explore une bande de terrain de 1,2 kilomètres de large à une vitesse de 2 noeuds, c'est-à-dire une surface de 100 kilomètres carrés par jour. Le bateau qui transporte Sonarra est une remorque qui navigue très près du fond de la mer pour détecter des objets de quelques mètres. Les informations de Sonarreta deviennent une carte mosaïque à travers les processeurs de données.

La prochaine étape dans l'exploration géologique serait d'enquêter sur les images prises avec une télévision ou un appareil photo situé à environ dix mètres du fond de la mer, avec une résolution allant jusqu'à un centimètre. Comme les caméras sont situées à la fin d'un câble de plusieurs kilomètres de long, leur disponibilité est considérablement limitée. Pour ce faire, la flotte de profondeurs indépendante et sans pilote offrirait plus d'avantages. Ce type de bateau existe et s'appelle Epaulard. Il dispose d'un appareil photo de grande capacité, se déplace avec télécommande et peut prendre des décisions simples comme éviter les obstacles.

Même si les systèmes d'exploration mentionnés ci-dessus sont lents (ils peuvent englober environ un kilomètre carré par jour), ils sont capables de fonctionner 24 heures par jour, de sorte que dans de nombreux cas, ils peuvent être économiquement plus intéressants que les bateaux habités. Les bateaux habités sont particulièrement intéressants lorsque le fond marin présente de grands hauts et des bas ou lorsqu'il faut travailler sous la mer.

Sonar de reconnaissance latérale
GLORIA II, sonar britannique de grande capacité.

Un des bateaux habités qui peuvent actionner à 6.000 mètres de profondeur est le Nautile de l'ifremer. En fonctionnement depuis 1985, l'équipage est composé de trois personnes. Nautique légère, de 18 tonnes, elle peut être rectifiée par un petit bateau et dispose de deux manipulateurs à télécommande. Il dispose d'un marteau perforateur pour roche, un piquillo, un échantillonneur d'eau et de déchets et un coupe-câbles.

Plongeurs

Depuis le début des années 80, un quart du pétrole mondial provient de zones de plateformes continentales. Les industries pétrolières de la mer, pour travailler sous la mer, tant par immersion que par embarcations habités ou à télécommande, ont donné lieu à l'évolution des nouveaux systèmes.

La société GEMONOD utilise la voiture propulsée dans l'image pour extraire les métaux du fond marin. Le véhicule peut travailler à 6000 m de profondeur et pompe le matériau des tuyaux d'expédition à la surface.

En raison de la pression marine que supportent les plongeurs, leur travail est principalement basé sur deux méthodes: d'une part, l'immersion dans l'air, qui permet de descendre à une profondeur de 50 ou 60 mètres; et de l'autre, l'immersion avec mélange de gaz, de sorte que les plongeurs peuvent vivre dans une ou deux semaines intervalle de pression. Ces derniers atteignent 200 ou 300 mètres de profondeur. Le record atteint à ce jour est de 1977. Un saladier descendit jusqu'à 501 mètres de profondeur.

Plus la profondeur désirée est élevée, plus le coût de l'immersion est élevé. Le plongeur est un élément important dans les tâches maritimes, mais à des profondeurs supérieures à 150 m, en raison des différents risques, il peut difficilement travailler.

Dans les systèmes atmosphériques habités, les occupants travaillent à pression normale à l'intérieur du navire ou avec un costume de plongée sous pression. Dans le monde il y a 176 systèmes atmosphériques habités. Saga est l'un des plus connus dans le domaine des bateaux sous-marins. Ce navire sous-marin utilise des éléments du navire sous-marin Argyronete du commandant Jacques Cousteau, mais avec une technologie plus moderne. La saga peut descendre jusqu'à 600 mètres et transporter jusqu'à 6 plongées qui peuvent travailler à 450 mètres de profondeur et à 500 miles de terre. Ce bateau n'affecte pas le mauvais temps sur la mer ou la glace et est très approprié pour travailler sur des structures et des équipements immergés.

Le bateau de trois chaises pour travailler dans les zones d'eau profonde est sur le point de disparaître. Récemment, on a commencé à utiliser des monochaises, bien que dans cette situation le plongeur peut avoir de graves problèmes psychologiques. Cependant, la capacité et la capacité de manœuvre du plongeur n'ont pas été atteints dans les véhicules guidés par télécommande.

Plongée sous-marine télécommande

La plongée la plus courante et très utilisée est un petit véhicule en forme de robot qui se déplace avec ses générateurs. Ce véhicule est relié par câble à un bateau et reçoit l'énergie et les commandes par les câbles.

Nautile
Son poids est de seulement 18 tonnes, mais cette plongée peut descendre presque à tous les fonds marins.

Vers les années 70, les premiers plongeurs étaient juste une plate-forme pour tester les technologies de base. Depuis lors, plus de 600 sous-bateaux à télécommande ont été construits dans le monde. En Europe ces dernières années ont été construits plus de 200 plongée, principalement au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie, en Norvège, en Suède et en France.

Bien qu'au début, les plongeurs soient considérés comme des éléments auxiliaires des plongeurs, ils sont de plus en plus acceptés comme des éléments indépendants pour certains travaux. Le travail le plus important réalisé par les structures sous-marines (plateformes, pipelines, etc.) est une inspection.

Certains projets, comme l'ELIT français, visent à éliminer le câble argenté et à le remplacer par des systèmes acoustiques de communication et de contrôle. Le succès du détecteur de mines PAP 104 de la société ECA a été tel que des centaines d'unités ont été construites.

Cette plongée de Saga-1 à 29
m de long a pris fin en 1987 en France. Conçu pour répondre aux besoins de l'industrie pétrolière en mer, il peut atteindre 600 m de profondeur. Alors que six équipages vivent sous pression atmosphérique normale, six plongeurs s'installent dans une cabine à pression. Ils peuvent ainsi travailler plusieurs jours sur des fonds allant jusqu'à 450 m de profondeur.

Peu de véhicules à télécommande sont prêts pour les travaux sous-marins lourds. Certains petits véhicules sont transportés sur des réservoirs pour l'inspection des câbles et des tuyaux. Entre la France et le Royaume-Uni, le développement de machines à cliquet et de grands chargeurs de câbles installés dans le canal de la Manche pour le transport d'énergie a été encouragé.

Bien qu'il soit difficile d'avancer avec précision le rôle que joueront les plongeurs, les plongeurs et les robots dans l'avenir, l'utilisation de systèmes de télécommande devrait augmenter. Pour des tâches coûteuses, simples et répétitives, les robots à télécommande remplaceront progressivement les plongeurs. Le travail en eau profonde nécessite des systèmes mixtes, c'est-à-dire des systèmes habités et des systèmes automatiques. Cependant, les progrès dans ce domaine, comme dans la plupart des cas, seront associés à des facteurs économiques.