Oeil et appareil photo: y a-t-il des ressemblances?

1990/06/01 Agirre, Jabier - Medikua eta OEEko kidea Iturria: Elhuyar aldizkaria

L'appareil photo, comme outil optique, est constitué d'un système optique et d'un récepteur photosensible.

L'appareil photo, comme outil optique, est constitué d'un système optique et d'un récepteur photosensible. Le système optique (OBJECTIF) projette sur le récepteur l'image réelle et inversée de l'objet. Le récepteur, quant à lui, est formé d'une plaque ou d'un film recouvert d'une couche d'émulsion sensible à la lumière qui nous donnera une reproduction de l'objet par un processus de développement.

Schéma des différents composants de l'appareil photographique : objectif (1), diaphragme (2), caméra sombre (3), obturateur (4) et film photographique (5).

Le globe oculaire est également un instrument optique ou objectif. Le couplage ou le couplage entre la cornée et le cristallin forme un système convergent ou unificateur qui génère une image réelle et inversée sur la rétine. Comme on peut le voir dans cette comparaison, la rétine ou le réseau agit sur l'œil humain comme récepteur photosensible.

Dans ce travail, nous allons essayer de mentionner les différentes analogies entre l'œil et l'appareil photo, puis analyser les réponses qualitatives d'un œil ametrope (œil anormal) devant différents stimuli.

Théorie de base

Le système optique de l'œil offre huit surfaces au rayon de lumière ou au stimulus visuel, deux correspondant à la cornée avant d'atteindre le réseau et six correspondant au cristallin. Cependant, puisque la face antérieure à la cornée et les faces antérieures et postérieures du cristallin sont beaucoup plus puissantes que toutes les autres surfaces, nous pouvons dire que pour faciliter la séparation entre la cornée (qui sépare l'air de l'humeur aqueuse) et le cristallin (humore aqueux trempé de la partie antérieure et humore vitrée de la partie postérieure) il faut la différencier.

GLOBE DES YEUX

Iris 1 Cornée 2 Caméra avant avec humour aqueux 3' Cristallin (lentille) 4 Sclérotique 5 Coroides 6 Retina (betsarea) 7 Fosvea 8 Humour vitrée 9 Nerf optique

D'autre part, il faut citer la rétine ou la grille: cette structure est un récepteur photosensible, formé par les cellules visuelles, concrètement les cannes et les cônes. Ces cellules visuelles sont associées aux cellules bipolaires et celles-ci à leur tour aux cellules ganglionnaires. Quant à la photographie de la rétine, il faut dire que les cannes et les cônes ne sont pas distribués de la même manière: tandis que dans le fobe (milieu de l'œil, appelé macula jaune ou point aveugle) il n'y a que des cônes, alors que nous approchons de la périphérie le nombre de cannes augmente.

La distribution différente de ces cellules visuelles et la duplicité dite de la rétine, fait que dans le fobe, au centre, on concentre la vision pour de grandes quantités de luminance ou de lumière, la détection des détails et la vision en couleur (VISION PHOTOPIQUE) et périphérique, en revanche, est plus facile pour la perception des luminances basses, la vision en noir et blanc (VISION ESCOTOPIQUE).

L'appareil photo, comme on peut le voir sur l'image, peut être comparée fonctionnellement à l'œil humain de manière relativement simple. L'objectif de l'appareil photo (1) joue le rôle d'accouplement corné/cristallin ; le diaphragme (2), sa fonction est similaire à celle de l'iris ; l'appareil photo sombre (3), équivalent à la sclérotique et l'obturateur (4), dont la fonction est de régler le temps d'exposition. Enfin, derrière l'obturateur se situe le film photographique (5), le dernier récepteur de l'information optique, ainsi que la rétine dans l'œil. En suivant l'analogie de l'œil et de l'appareil photo, on peut dire que le processus de développement pour obtenir la dernière image photographique est très similaire à celui des impulsions nerveuses qui génèrent la vision dans l'œil.

Cependant, la rétine ou récepteur photosensible est celui qui établit les principales différences entre l'œil et l'appareil photo. Contrairement à l'émulsion photographique, en raison de la distribution spéciale des bâtons et des cannes et des assemblages neuronaux spéciaux, toutes les régions de la rétine n'ont pas la même valeur au moment de créer l'image, tandis que dans le système photographique la réponse est la même indépendamment de la partie qui participe. Il existe également des différences photométriques entre l'œil et l'appareil photo. Tandis que l'effet de l'énergie lumineuse sur l'émulsion est cumulatif, dans le filet la réponse des cellules visuelles est d'instanpata, en raison de leur capacité d'adaptation de ces cellules à des luminances hautes et basses.

Processus physiologiques

MYOPIE
Dans la myopie (ou brièveté visuelle), l'image d'un objet est formée devant la rétine (a). Dirigés par une lentille concave, les rayons lumineux créent l'image de l'objet dans la rétine (b).

L'œil, comme instrument optique vivant, a une capacité de couplage ou d'adaptation. Et qu'est-ce que la coodation? Capacité d'obtenir des images nettes, précises, d'objets situés dans le champ visuel, à différents endroits ou points. Le processus d'accouplement s'accompagne d'une série de changements physiologiques dans l'œil, tels que la diminution de la beginini, le déplacement longitudinal de l'iris et du cristallin, et en particulier la variation de la capacité ou puissance du cristallin. Avec tous ces changements l'œil est capable de voir avec précision tous les objets situés entre l'infini et un point proche.

Le système photographique a également une capacité de couplage. Comme dans l'œil, dans le couplage ou le mécanisme de mise au point, le diamètre du globe d'entrée diminue, avec toutes les variations que cela comporte, la taille du cercle de mélange diminue, surtout avec le déplacement longitudinal des médias transparents.

Voyons enfin les problèmes de vision de détail. L'acuité visuelle est définie comme la capacité de l'œil à détecter et à différencier les plus petits détails des objets. La rigueur visuelle d'une personne dépend de nombreux paramètres, tels que la luminance, le contraste entre le test et le fond, la taille du globe, et aussi de l'éducation de chaque personne.

Pour distinguer deux points proches les uns des autres il est nécessaire et nécessaire qu'au moins un point non excité entre les deux cellules visuelles excitées par leurs images. En ce sens, l'état d'adaptation de l'œil et la région rétinienne utilisée sont d'une grande importance, ce qui contraste avec un appareil photo.

Dans le système photographique, pour que la caméra apparaisse comme une image séparée ou séparée de deux points, il est nécessaire d'intercaler entre deux grumeaux d'émulsion impressionnés, au moins un grume non impressionné. Comme dit précédemment, l'appareil photo ne peut pas jouer le même rôle que l'œil à cet égard.

Pathologie

HYPERMÉTROPIE
Dans l'hypermétropie, l'image d'un objet est formée après la rétine (a). Dirigé par une lentille convexe, les rayons lumineux créent l'image de l'objet dans la rétine (b).

L'œil emetrope (ou normal) est celui qui est capable de voir clairement les objets lointains sans effectuer de travail d'appel. Quand ce n'est pas le cas, nous pouvons dire que nous sommes devant un œil ametrope (l'ametrope est anormale). En concrétisant un peu plus, un œil peut être myope (avec difficulté à voir à distance, puisque l'objet des images se forme devant la rétine) ou hypermétropée (dans ce cas, la vision voisine est affectée, puisque l'objet des images se forme derrière la rétine).

Une autre erreur est l'astigmatisme. La caractéristique de cette ametropie est que l'image d'un point n'est pas un point, mais deux, situés en outre sur deux lignes perpendiculaires. C'est pourquoi celui qui a l'astigmatisme ne le voit pas clair.


(Je tiens à remercier mes amis Joxe Mari Zinkunegi et Txaro Maiz pour leur collaboration dans l'élaboration de cet article).