Paix dans les déserts

1985/12/01 Barandiaran, Mariaje | Irazabalbeitia, Inaki - kimikaria eta zientzia-dibulgatzaileaElhuyar Fundazioa Iturria: Elhuyar aldizkaria

Il y a longtemps, quelqu'un a dit que le seul possible est celui des déserts. Et nous devons reconnaître que le vu ne manquait pas de raison. Il suffit de se lever de ce morceau de papier pour le réaliser. Il suffit d'analyser les deux puissances qui gouvernent le monde. Quelle contradiction! Dans les prochaines conversations de Genève qui commencent, un nouvel épouvantail parcourra les interlocuteurs autour de la danse la bonne et positive marche de ces conversations. Cette soi-disant guerre des galaxies. C'est l'intention des Américains de militariser l'espace. Le contenu de cet article sera d'analyser en quoi consiste cette guerre des galaxies.

Pour commencer, il faut dire que le nom de la Guerre des Galaxies qui s'est mise à ce projet nord-américain n'a pas trop scié avec son essence. Parmi eux se trouve l'influence des films et des livres de science-fiction. Des termes similaires à ceux utilisés dans la guerre spatiale ou dans la ligne spatiale Maginot seraient plus précis pour décrire tout cela. Cependant, son nom officiel serait quelque chose comme: Programme de défense stratégique. Reagan l'a formulé quand il a publié l'idée.

Objectifs

Que ce programme a des objectifs vraiment ambitieux. Construction d'une barrière hermétique appelée parapluie spatiale. Cette barrière ne permettrait pas le contact d'ogive nucléaire avec le peuple américain. Pour cela, les armes et les systèmes nécessaires seront développés.

La plupart de ces armes seront placées dans l'espace. Certains existent déjà (missiles anti-missiles, par exemple) d'autres naissent (lasers) et d'autres peuvent être considérés comme une occurrence scientifique fière (canon à faisceaux de particules). Le problème futuriste non !

Surmonter l'équilibre de la panique

Cette prétention, que le lecteur aura beaucoup à découvrir, révolutionne la clé des relations entre ces deux superpuissances actuelles.

Jusqu'à présent, les relations entre les deux puissances étaient basées sur ce qu'on appelait dissuasion. Chacun sait qu'il ne peut pas attaquer l'autre sans recevoir la même réponse que l'attaque. Autrement dit, les deux iraient au désastre. Un par peur, ils ne s'attaquent pas. Cette situation est appelée l'Équilibre de la Terreur. Une nation par peur de la peine n'agira pas l'autre et la dissuasion se produit.

Mais, d'une certaine façon, si quelqu'un assurait la façon d'arrêter la réponse de l'autre (ce qui ne peut pas être fait aujourd'hui), il serait au-dessus de l'autre et aurait aussi de nombreux avantages stratégiques.

Figure : Missiles balistiques entre continents soviétiques et américains.

C'est l'intention de Reagan. Cela nous amène au début d'un nouveau quatuor d'armes. On peut supposer que les Soviétiques ne veulent pas offrir aux Américains des avantages stratégiques de cette taille, de sorte qu'ils commenceront sans risque dans la conception de systèmes semblables aux Américains.

Deux opinions contradictoires

Comme pour tout problème de ce niveau, des opinions contraires et favorables sont apparues. Outre les problèmes éthiques et moraux qui ont été lancés en faveur de ce projet, ils affirment que le projet constituera une énorme impulsion pour la science américaine. Leur grand pari sera confronté au fait que les conclusions et réponses obtenues non seulement bénéficieront au domaine militaire mais aussi civil. Les technologies de pointe vont avoir un grand élan.

Ceux qui s'opposent, cependant, affirment qu'il n'est jamais rentable que l'argent à dépenser (1 milliard de dollars = 200 milliards de pesetas) est si grand. D'autre part, ils soulignent que la protection de 100% ne peut en aucun cas être certifiée. En outre, ils estiment légitime que chaque mesure prise pour l'élimination des ogives ait sa propre contre-mesure en peu de temps. En définitive, un projet de ces caractéristiques peut conduire les deux puissances à entrer dans un cercle vicieux.

Quelle menace voulez-vous éviter?

Les deux puissances ont installé la plupart de leurs armes nucléaires dans leurs missiles. Aussi bien dans les missiles qui sortent d'un silo (ICBM = Intercontinental Ballistic Missi les = Missiles balistiques intercontinentaux) que dans ceux qui peuvent être lancés depuis les plongeurs (SLBM = Submarine Launched Ballistic Missiles = Missiles balistiques tirés de l'Urpi). Après avoir été libérés, ils effectuent leur voyage complet dans l'espace pour entrer dans l'atmosphère et toucher leur talent.

La trajectoire d'un missile de ces caractéristiques se compose de quatre étapes différentes. Dans chacune de ces phases, le missile pose différents problèmes de détection et d'élimination.

Dans la première étape, le missile, comme les satellites artificiels, occupe une hauteur de brûlage (2 3) pendant deux ou trois minutes. Une fois la dernière phase abandonnée, la deuxième étape du vol commence. Le missile continue à monter pendant plusieurs temps sur une route balistique. Il prend ensuite le chemin vers la terre à travers une inflexion. Cette étape dure environ dix minutes.

La troisième étape est la même que la deuxième dans les missiles uniques. Sur les missiles multicanaux pas. Le porteur d'ogives, appelé bus, commence à libérer les ogives une par une selon un plan élaboré précédemment. Le bus prend environ 20 minutes pour terminer le travail. La quatrième étape commence lorsque les ogives entrent dans l'atmosphère, il faut environ une minute pour toucher la cible.

Comme mentionné ci-dessus, chacune de ces étapes a ses propres caractéristiques et le chemin vers une mission effacée sera également différent. Cependant, les stratèges américains considèrent que la première étape est la plus appropriée pour mettre fin à la mission.

Quelles armes seront utilisées ?

La figure suivante montre le chemin parcouru par un missile intercontinental et le chemin défensif posé par le Programme de défense stratégique.

a) dans cette première phase la mission a été lancée et part dans l'espace pour réaliser son parcours. Dès qu'il a été lancé, il est détecté par satellite en vigueur pour la cause de la chaleur émise par les propulseurs. Le mécanisme de défense est lancé immédiatement. Des projectiles classiques et des lasers situés sur des satellites seront utilisés. Des lasers situés sur le sol seront également utilisés. Ceux-ci seront reflétés dans un miroir satellite en orbite et dirigés vers la source.

b) dans la deuxième phase on suit un parcours balistique de billetterie. Le manque de propulseurs en marche entravera la détection. Des radars et des avions radar seront utilisés sur Terre. En outre, la détection sera encore plus difficile sur les missiles multijets. Ceux-ci, avec les têtes nucléaires tout au long du parcours, sont toutes sortes de déchets (aérosols, ail métallique, morceau de métal, etc.) libéreront ceux qui empêchent beaucoup le travail du radar. Dans cette phase, des projectiles classiques seront utilisés à partir de la surface et des satellites. Ils seront également utilisés lasers à rayons X, qui iront probablement de la plongée dans les satellites qui seront mis en orbite à l'époque.

c) dans la troisième phase, les ogives ont été réintroduites dans l'atmosphère. En ce moment, toute la poubelle libérée pour la camouflaya est légère, il reste donc derrière et sur les écrans radar on verra clairement l'ogive. Bien qu'à ce stade on utilise des lasers, on utilisera de préférence des projectiles classiques. La défense de la première étape, qui sera la plus efficace, sera très importante. Pour deux raisons, le premier sera alors quand il sera plus facile de détecter et le second, que les cibles seront moins.

Les armes que nous avons mentionnées précédemment depuis Axal-Axal seront indiquées plus précisément.

Lasers.- A priori sont les armes défensives les plus adéquates. Ils sont de grande précision, ils sont adaptés à l'interprétation de fines allongées comme les missiles. Les lasers peuvent agir de deux manières : soit par la chaleur, pour cela il faut qu'ils sonnent plusieurs temps au même endroit, soit par un choc énergétique, toute la puissance est libérée en un instant.

Théoriquement idéal, bien sûr, a des problèmes pratiques. L'énergie nécessaire pour disposer d'un faisceau laser de puissance suffisante est énorme. De plus, les rayons du laser ne sont pas totalement parallèles. Le parallélisme le subordonnera à la qualité des miroirs qu'il focalise. Par conséquent, comme la distance augmente, la dispersion augmente et en touchant la cible peut être inquiétant. Au lieu de concentrer l'énergie sur un point, il se concentrera sur une surface avec les pertes de puissance que cela implique.

Un autre problème est l'utilisation de lasers à partir de la terre. Le laser qui traverse l'atmosphère provoquera des molécules d'air qui vous soustraieront une partie de l'énergie qu'il transporte.

Armes par faisceaux de particules.- Pour le moment, ce type d'armes doit se limiter à la science-fiction. Ils sont basés sur des accélérateurs de particules. Les atomes d'hydrogène chargés négativement (ceux qui dépassent un électron) seront accélérés par un champ électrique violent. À la sortie de l'accélérateur, un filtre éliminera les électrons restants, les particules résultantes seront neutres.

Pour réaliser l'influence que ces particules auront en frappant avec la cible, il est nécessaire de penser que les particules de poussière qui traînent le vent pendant les tempêtes nous font sentir notre peau frappée.

On croit que ces appareils seront placés dans l'espace, de sorte que les problèmes de miniaturisation seront profonds, en marge de répondre aux exigences énergétiques.

Armes conventionnelles.- Ce seront des projectiles conventionnels. La cause de l'énergie cinétique qu'ils portent quand ils rencontrent la missile provoquera une terrible onde de choc qui fera éclater la mission.

Armes nucléaires.- Comprend des missiles anti-missiles. Cette zone est déjà très développée, car elle repose sur une partie de la politique défensive actuelle des deux géants.

Contre-mesures

Toutes les mesures ont généralement leur contre-pied. Dans ce cas, il arrive aussi. Quelques contre-mesures sont ensuite suspectées. En outre, les mesures n'ont pas grand avantage, elles sont déjà développées et bien connues.

Les armes anti-satellites sont des missiles, des satellites qui tuent des satellites, des charges nucléaires mises en orbite, des mines spatiales, etc.

– Contre-mesures passives, incluant raccourcissement du temps de combustion, distorsion de la flamme de combustion, consolidation des structures de la missile, etc. Ceux-ci seraient utilisés dans la première étape. Les contre-mesures les plus utilisées pour les étapes 2 et 3 seront le lancement de fausses ogives, fils de nylon et aluminium ou aérosols qui empêchent le radar. Dans la quatrième phase, on utilisera des ogives planeuses, ogives qui pourraient changer de parcours, etc.

En conclusion

Expliquer ce qui est exposé, le lecteur peut désormais avoir une idée de ce problème compliqué. Nous avons au moins nos soupçons. Si ce projet ne sera pas la toux de la demi-nuit de la chèvre. Peut-être boutade pour effrayer les Soviétiques ! Le temps le dira.

Le département de la Défense US considère qu’un parapluie idéal de protection nécessite trois niveaux: la défense globale (dont les éléments se situeront principalement dans l’espace); la défense régionale et la défense des zones (villes et installations militaires). Chacun de ces niveaux devrait intercepter, au moins théoriquement, 90% des missiles qui arrivent. Si 1000 missiles étaient tirés de cette manière, 100 seraient passés la première, 10 la seconde et un seul dépasserait la troisième et toucherait la cible.