Entretien avec Arantzadi

1988/10/01 Martinez Lizarduikoa, Alfontso Iturria: Elhuyar aldizkaria

Le département de géologie de la Société des sciences Aranzadi de San Sebastián étudie ces dernières années les dinosaures de La Rioja. Ses travaux ont été publiés à MUNIBE, Bulletin de l'Association des sciences.
– J’ai eu l’occasion de profiter de votre compagnie et de connaître le travail important que vous accomplissez dans ce domaine. C'est pourquoi il me semble intéressant que vous puissiez informer le groupe qui s'occupe des dinosaures.

L'empreinte du mégalosaure, trouvée à Bretun de Soria. Vous pouvez voir comment le doigt intérieur a été gravé dans le sédiment en forme d'éperon.

– Nous sommes surtout trois personnes qui travaillent dans ce travail: Luis Miguel Agirrezabala, José Ángel Torres et Luis Ignacio Viera. Mais parfois, nous avons la collaboration d'autres personnes, surtout quand il s'agit de faire des travaux sur le terrain.

– Comment travaillez-vous? Avez-vous une aide ou une subvention?

– Non. Nous n'avons aucune subvention et les études que nous réalisons ne nous paient pas. Nous étudions ce domaine car il est intéressant, spectaculaire et largement inconnu, et cela signifie voyages, repas, etc. nous les payons. Le travail sur le terrain, nous le faisons en vacances et quand nous avons du temps libre. Il est donc clair que nos possibilités sont limitées et que nous ne vivons pas de la recherche.

– Quand avez-vous commencé ces recherches?

– Nous avons commencé en paléontologie il y a douze ans. C'est alors que nous commençons à étudier les différents gisements iknologiques de la Sierra de Cameros, dans les provinces de La Rioja et Soria. Tout a commencé en 1977, quand nous avons découvert les premières Iknitas dans le village de Munilla. Les seules iknitas connues à l'époque étaient d'Enciso et se trouvaient à une dizaine de kilomètres de Munilla.

– Que saviez-vous de vos dinosaures ?

– Bon. La première identification sur les traces (dire qu'ils étaient de Dinosaures) est due à l'ancien maître d'Enciso Blas Otxoa. Jusqu'alors, les paysans, les bergers et les habitants de la région croyaient que les "Chevaux de Santiago" avaient été abandonnés contre les Maures.

Après 1971 et 1974, le docteur Casanova et le docteur Santafe, de l'Institut paléontologique de Sabadell, publièrent deux livres sur les quatre gisements d'Enciso contenant des dinosaures.

Ils étaient les seules références d'alors. Mais en 1977, nous avons découvert plus de gisements dans un autre village, ce qui signifie: Que le chêne vert n'était pas une exception isolée et que les traces pouvaient être aussi bien dans la vaste sierra de Cameros que dans ses environs. Et aussi, comme cela a été démontré plus tard.

– Combien d’études avez-vous publiées au cours des onze dernières années?

36 iknitas trouvées à Munilla (La Rioja). Ce sont celles d'Iguanodon.

– Six ont déjà été publiés à MUNIBE et quatre autres sont sur le point de paraître. Cependant, à ce jour, ils ont été publiés: 1979 Enciso (La Rioja); 1980 Bretún (Soria); 1982 Munilla I (La Rioja); 1983 Santa Cruz de Yanguas (Soria); 1094 Munilla II (La Rioja) et 1985 Igea (La Rioja).

– Par conséquent, dans la province de Soria il ya aussi des iknitas.

– Oui, bien sûr. Et c'est que pour la Paléontologie il n'y a pas de limites administratives ou similaires. Aujourd'hui, le WEALD de Cameros occupe la moitié de La Rioja et la moitié de Soria (de la capitale de Logronio à la capitale de Soria) et d'ouest en est depuis la frontière navarraise jusqu'à Burgos.

– Quelles sont les principales découvertes faites ces dernières années?

– Beaucoup, et presque tous très importants. Cependant, en dehors des recherches des Dinosaures, certaines des découvertes ont eu une grande importance. Et c'est que nous avons fait deux nouvelles contributions à la science: deux nouveaux types de fossiles intéressants. L'un d'eux est un petit gasteropode escargot, à moitié salé, adapté pour vivre dans des eaux douces et salées. Ce nouveau mollusque a été découvert à Igea et a été décrit et nommé par les médecins Menessier et Chaussée à l'ECIA de l'année 1985. Il a été appelé Paraglauconia vierai en l'honneur de son compagnon Luis Inazio Viera.

Le deuxième fossile est une fougère en forme d'arbre qui atteignait cinq mètres de haut. Étudiée par le docteur paléobotanique Barale, elle s'appelle Tempskya riojana en mémoire de La Rioja. En outre, c'est la première référence du Tempsky dans la péninsule ibérique, qui jusqu'ici n'a été trouvée qu'en Angleterre, en France, en Russie et aux États-Unis.

– Mais comme je vous ai entendu, vous avez une nouvelle découverte.

– Oui. Squelette du dinosaure. Après de nombreuses années de recherche et d'exploration, nous avons trouvé un squelette assez complet d'un petit dinosaure herbivore, le premier de Cameros et pour le moment unique. Appartient à l'espèce Hypsilophodo n. Ce type de dinosaures était un petit couloir (1,70 mètres de long) et rapide. Il est bien connu en Angleterre pour apparaître sur les couches de l'époque.

Seuls quelques fragments ont été trouvés dans la péninsule ibérique. Une de Teruel et une de Castellón, mais cette de Cameros est la plus complète de toutes.

– Par conséquent, vous n’étudiez que les traces de Dinosaure. Quelles autres pistes avez-vous trouvé?

– La vérité est que lorsque nous étudions un territoire, nous essayons de le rendre aussi complet que possible. L'étude des iknit fait partie de notre travail, mais sans les autres données géologiques et paléontologiques n'aurait aucun sens.

Par conséquent, nous commençons avec la stratigraphie du lieu par une section ou une colonne. Ensuite, nous recueillons toutes les données paléontologiques que nous trouvons en marquant les râpes guide, etc. Tout cela nous permet de connaître l'environnement dans lequel vivaient les Dinosaures.

– Avec ces travaux de stratigraphie, quelles conclusions avez-vous tirées?

Collier. Ce poisson ganoïde et moluskujano est très commun dans les couches de Cameros.

– Maintenant, douze ans plus tard, nous connaissons assez bien la faune et la flore des Dinosaures de Cameros.

Dans nos publications nous avons placé de longues listes d'organismes: ostracodos microscopiques, dinosaures géants, gastéropodes d'eau douce comme les Paludina, ou d'eau salée comme Glauconia ou Cerithio, Couscos comme la palourde, Unio et Teruella d'eau douce ou Gaziodon.

Nous avons également trouvé des restes de nombreux poissons: dents, écailles, vertèbres, etc. Le poisson le plus fréquent est le lepidote. C'était un poisson semi-cuirassé qui, avec ses fortes dents, se nourrissait de mollusques. Ils font également partie du groupe Picnodontoe n et de l'ancien requin Hybodus, celui qui lutte le plus contre chaque nageoire dorsale.

Nous avons également recueilli des traces de crocodiles: dents, vertèbres et ostéodermes (plaques osseuses de sa peau cuirassée).

Les déchets de tortue et de dinosaures sont également mis en évidence. De ces derniers, et laissant de côté le soi-disant Hypsilophodo n, nous soulignons les vertèbres de Suropod ou les dents des carnivores Megalosaures.

– Au temps des dinosaures, comment était le paysage et l’environnement de Cameros?

– Très différent de l’actuel. Maintenant Cameros, en général, est une terre dure, entre 600 et 1200 mètres de haut, avec un paysage rocheux et dur. La végétation est aussi rare, avec des plantes épineuses comme le thym, le romarin et l'ulaga. C'est pourquoi il est très approprié pour le géologue. En fait, ne se couvrant pas avec une forte couche végétale, les roches et les couches de la zone sont parfaitement visibles.

Il y a 125 millions d'années, cependant, c'était une vaste plaine de type Cameros delta, située au même niveau que la mer qui était à pied. Presque tout Euskal Herria se trouvait dans le sous-sol, d'où il sortait.

Sur cette vaste plaine arrivaient les rivières qui amenaient des sédiments érodés sur le continent. Ces sédiments se sont accumulés stratifiés formant les couches qui peuvent maintenant être observées.

– Et dans cet environnement vivaient les Dinosaures de La Rioja?

Tronc étonnant découvert dans le village d'Igea (anciennement Etxea).

– Oui. Toutes les espèces mentionnées ci-dessus vivaient dans une plaine de rivières, étangs et de petits lacs, ainsi que les dinosaures. Ils ont laissé leurs traces marquées dans des boues et des sables souples de fond.

Cependant, en raison du delta il y avait un grand rapport avec la mer. C'est pourquoi les mollusques d'eau douce et ceux d'eau salée sont intercalés. L'altération de la salinité, en outre, empêchait l'établissement de grandes plantes et, parfois, les grands restes végétaux qui se trouvent présentent des bords arrondis et des érosions étant transportés par flottation dans l'eau. Nous citerons particulièrement un tronc de onze mètres de longueur. Nous le trouvons à Igea et il semble que c'est une conifère. Elle est actuellement protégée par une clôture placée par la mairie de la localité et peut être vue sur elle.

– Et comment cette flore a-t-elle affecté la faune mésozoïque?

– En l’absence de grandes plantes et puisque les traces ont été trouvées en couches salées et douces, il semble que le lieu de résidence des Dinosaures (au moins la plupart) n’était pas celui-ci. Ce serait une étape. La plaine delta semble être l'union de deux territoires paléogéographiquement plus élevés. Dans ces zones plus hautes, en outre, il y avait des pentes de fougères de taille de conifères et d'arbres.